Test grandeur nature pour la démocratie turque cette nuit du 15-16 juillet 2016

Un pouvoir qui se prend par la force est un pouvoir fondé sur la force... La démocratie turque a montré qu'elle ne se prend pas par la force. Ce 16 juillet 2016, le peuple turc a fini sa révolution démocratique. Il a su arracher l'autorité du pouvoir à l'armée.

Retour sur les événements:

Cette soirée folle du 15 juillet 2016 aura été une soirée test pour la démocratie turque. Reprenons le fil des événements, vers 22h, des éléments de l'armée font leur apparition à Istanbul et Ankara, les réseaux sociaux rentrent en ébullition. Vers 23h, le Premier ministre turc annonce une tentative de coup d'Etat perpétré par des éléments de l'armée qui agissent en dehors de toute chaîne de commandement. L'armée putschiste s'est déployée sur des points stratégiques à Ankara et Istanbul (Aéroport d’Istanbul, Pont du Bosphore, Parlement etc.). Le chef d'Etat major aurait également été retenu en otage. Dans la foulée, l'armée putschiste prend le contrôle de la télévision turque faisant lire à l'une des journalistes vedette un message indiquant que l'armée prenait le contrôle du pouvoir pour sauver la démocratie et sécuriser le pays.

Jusque-là, le gros de l'armée paraît encore hésitant quant à la réaction à adopter. Sur la chaîne privée CNN Turque, le Président Erdogan en vacance à Bodrum est joint par une journaliste via l'application Face Time. Il invite le peuple turque à se mobiliser et à sortir dans la rue. Cet appel fut déterminant pour la suite des événements. Les turcs commencent alors à sortir dans la rue. Ils reprennent le contrôle de l'aéroport, de la télévision d'Etat, de la place Taksim... Au même temps, le commandement de la quatrième division en charge du contrôle d'Istanbul décide d'intervenir en faveur du régime. Ce ralliement se traduit par la destruction d'un hélicoptère putschiste par un avion de chasse. Le Président Erdogan fait son apparition devant les caméras et invite encore les turques à se mobiliser.

Vers 2h, le Premier ministre annonce que la situation est largement sous contrôle. Les services de renseignements annoncent également le contrôle de la situation.

Dans la matinée, des images montrent des files de militaires arrêtés et violemment bousculés par les manifestants. Premier bilan, plus de 160 morts, près de 1500 blessés et 3000 arrestations. 

Analyse:

Aucune démocratisation n'est possible sans une rupture effective dans la chaîne de l'autorité. Pour qu'il y ait une véritable démocratisation, il faut que le peuple arrache le pouvoir d'une manière ou d'une autre, qu'il s'en saisisse effectivement. Cette rupture est le plus souvent terrible et douloureuse pour le peuple, mais elle est et elle sera toujours nécessaire. Tous les pays véritablement démocratiques ont connu cette rupture plus ou moins douleureuse. 

Depuis la révolution de Mustapha Kemal, l'armée était la source de l'autorité en Turquie. Ce 16 juillet 2016, la démocratie turque a fini sa révolution. Elle a su arracher l'autorité du pouvoir à l'armée. En Turquie, le pouvoir est enfin entre les mains du peuple. Le peuple turc est aujourd'hui un peuple libre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.