moineau persan
Sepideh Farsi, Cinéaste
Abonné·e de Mediapart

82 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 oct. 2020

Tu as réussi, Pavlos!

«Ο Παύλος τα κατάφερε... Γιε μου» Ce sont ces mots qu'a crié Magda Fyssas, la mère de Pavlos Fyssas après l'annonce du verdict qualifiant l'Aube Dorée d'organisation criminelle. Pavlos Fyssas a été assassiné le 18 septembre 2013 par Georges Roupiakas, membre du parti Aube Dorée. Ce dernier a été reconnu coupable de meurtre, hier, par la justice grecque.

moineau persan
Sepideh Farsi, Cinéaste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Magda Fyssas, mère de Pavlos Fyssas, rappeur assassiné par l'Aube Dorée en 2013 © Louisa Gouliamaki - AFP

C'est un jour de janvier 2020 et je me trouve dans un appartement au centre d'Athènes. Il est midi et je bois du thé en discutant avec une amie grecque, lorsqu'on sonne chez moi. Je n'attends personne, mais je réponds par l'interphone. Une voix d'homme m'annonce : contrôle de police! Je ne le prends pas au sérieux et remets l'interphone en place. A peine ai-je eu le temps de raconter l'incident à mon amie qu'on sonne à la porte, cette fois, celle de l'appartement, accompagnés de coups de poing qui tambourinent sur la porte. Des coups qui résonnent fort, intimident. Je regarde par l'œilleton et je vois trois hommes, jeunes, baraqués, crânes rasés, habillés en civil. Je suis ébahie. Mon amie me rejoint à la porte se met à leur parler à travers la porte, toujours sans ouvrir. Ils répètent la même chose sur un ton plus menaçant. C'est un contrôle de police. Mais pour quel motif ? Routine, dit l'un d'eux, car il y a des noms "étrangers" sur la sonnette et il prononce les noms écrits sur la sonnette, le mien et celui de mon conjoint, tous deux à consonance clairement extra européenne. Ils continuent à nous sommer d'ouvrir. Avez-vous un mandat de perquisition, demande l'amie grecque qui me tient compagnie. L'homme dit que non et nous montre un badge qu'il est impossible de déchiffrer à travers l'œilleton. On réplique qu'on ne les croit pas, qu'on n'ouvrira pas la porte et on décide d'appeler le numéro d'urgence de la police. Les trois hommes nous entendent parler à l'agent police et disparaissent comme ils étaient apparus.

Au terme d'une déclaration téléphonique à la police, on me dit qu'une patrouille de police serait envoyée chez moi, laquelle n'arrive jamais. J'appelle aussi l'ambassade de France pour les alerter. Ma déposition est prise et l'incident prend ainsi fin. Je ne saurai jamais qui étaient ces hommes et je n'y pense plus, même s'il faut avouer que ce n'est pas un fait banal, même s'il s'agit d'une plaisanterie de mauvais goût, de faire semblant de procéder à un contrôle policier de votre domicile juste à cause de la consonance "étrangère" de votre nom !

Hier, en voyant le visage de Magda Fyssas à la sortie du tribunal, cet incident m'est revenu à l'esprit et j'ai repensé à tous les victimes de ce groupe et à tous mes amis "anti-fa" et à ce qu'ils devaient ressentir à ce moment précis. Même si la gravité du petit incident que j'ai relaté est sans comparaison avec celle des faits reprochés aux membres de l'Aube Dorée par la justice grecque.

Pavlos Fyssas, rappant sous le pseudo "Killah P" avait 34 ans au moment où il a été poignardé par Georges Roupiakas, membre de l'Aube Dorée.

Le pêcheur égyptien qui déclare devant le tribunal, avoir aujourd'hui encore, peur de marcher dans les rues, depuis que des membres de l'Aube Dorée ont tenté de l'assassiner, s'appelle Abouzid Embarak.

La liste de toutes les personnes traumatisées par les agissements des membres de l'Aube Dorée est longue à dresser.

La justice grecque vient de crever un l'abcès en rendant ce verdict historique, mais la plaie qui ronge la société grecque depuis la formation de l'Aube Dorée mettra du temps à se refermer.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a suscité la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
Un tri dans la nuit : nos corps dissidents, entre validisme et Covid-19
Un entretien initialement publié par Corps Dissidents, dans le blog d'Élise Thiébaut, et toujours actuel. Le validisme est une question cruciale pendant le Covid19. Il l’a été dans les réactions – solidaires ou pas – des gens face aux discours selon lesquels seuls les vieux et les handicapés mouraient du Covid-19. Il l’est pour la question du triage : est-ce qu’uniquement les corps productifs méritent d’être sauvés ? 
par Elena Chamorro
Billet de blog
Vieillissement et handicap
Les maux pour le dire ou réflexions sur le vieillissement vécu de l'intérieur.
par Marcel Nuss
Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses
Billet de blog
Aujourd'hui les enfants handicapés, et qui demain ?
Comment résister au dégoût qu'inspire la dernière sortie en date de Zemmour concernant les enfants handicapés ? Réaliser exactement où nous en sommes d'un point de basculement collectif.
par Loïc Céry