L’Europe est une ZAD !

Du procès des Patatistes aux Droits de l’Homme en Iran...

C’est le 8 mai et l’on est encore de manif ! Seulement cette fois, c’est à Bruxelles que ça se passe, place du Luxembourg, pour ensuite rencontrer des députés Européens sensibles à la cause iranienne. En quel honneur la manif ? Protester contre la répression sanglante des prisonniers politiques de la section 350 de la prison d’Evine, survenue en Avril, sous le gouvernement d’Hassan Rohani (le nouveau président « réformateur »), par ailleurs occupé à gérer les négociations sur le dossier nucléaire.

On arrive à 13h30. Il y a tout de même un peu de route depuis Paris, et il pleut…  Bref, pas le temps de manger avant que la manif démarre. Tout juste le temps d’attraper une cornée de frites. Et c’est là que mon amie bruxelloise, Anne, me raconte l’histoire des Patatistes belges et de leur procès. Vous connaissez peut-être ? Bon, je vous la raconte au cas où...

Patatistes en action Patatistes en action

Ça démarre le 29 Mai 2011, jour où des centaines d’activistes ont décontaminé un champs de patates à Wetteren (BE). Ils ont arraché les pommes de terre OGM et les ont remplacées par des variétés de pommes de terre Bio. L’introduction volontaire des plans de pommes de terre génétiquement modifiés avait été lancée par l’institut de Biotechnologie de Flandres, l’université de Gand, l’université de Wageningen, la chambre d’agriculture de Flandres et… la multinationale BASF. L’action de remplacement des pommes de terre était une action publique et non-violente, s’appuyant sur le fait que la culture OGM en plein champ est interdite en Belgique. Le 16 janvier 2012, BASF reconnaît qu’il y a « un manque d’acceptation de cette technologie dans de nombreuses parties d’Europe – de la part d’une majorité de consommateurs, paysans et politiciens », annonce mettre fin immédiatement à toute activité de recherche et confirme qu’elle ne produira plus aucune variété transgénique visant spécifiquement le marché du vieux continent. Mais 11 des activistes patatistes ont néanmoins été poursuivis et le tribunal de Dendermonde, qui maintient la charge d’association de malfaiteurs contre eux. De plus, l’université Catholique de Leuven met à la porte la chercheuse Barbara Van Dyck, en raison de sa participation à cette journée d’action. Barbara Van Dyck ayant depuis, obtenu gain de cause au terme de plus de deux ans de procès.

Revenons à Bruxelles…

Bruxelles - Soutien aux prisonniers iraniens de #350 Evin Bruxelles - Soutien aux prisonniers iraniens de #350 Evin

Arrive l’heure de la manif. La pluie incessante n’aidant pas, nous ne sommes qu’une centaine, place de Luxembourg, à manifester contre le passage à tabac violent des prisonniers politiques iraniens, dont même la détention est sans base légale. Tous les intervenants que nous écoutons, que ce soit des responsables européens des organismes de défense des droits de l’homme ou des députés européens (dont Isabelle Durant, députée européenne verte, souvent présente aux côtés des dissidents iraniens), conviennent que la nouvelle couleur « réformateur » du régime iranien n’est que de la poudre aux yeux. Que la situation en matière des droits de l’homme s’est même empirée depuis l’élection de Rohani. Et qu’il faut profiter des négociations sur le dossier nucléaire pour faire pression sur le régime iranien à propos des droits de l’homme. Ils en conviennent tous sans exception.

Et pourtant à la radio ce matin, j’entends que le « 4e round » des négociations sur le dossier nucléaire iranien démarre à Vienne… et pas un mot sur les Droits de l’homme !

D’aucuns me demanderaient le rapport entre les patatistes belges et les prisonniers politiques iraniens ?

Je leur répondrai que l’Europe, celle-la même qui a accueilli les bras ouverts beaucoup de dissidents iraniens dans les années 80 et qui aujourd'hui négocie avec le régime iranien au sujet du nucléaire, sans se soucier des droits de l'homme en Iran, cette Europe qui en arrive à poursuivre aujourd’hui ses propres activistes pacifistes (à l’instar des « Patatistes » de Wetteren ou des « Zadistes » de Notre Dame des Landes). Cette Europe-là, est désormais une immense Zone à Défendre.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.