Déposons les limites !

Risquons-nous la perte conceptuelle d'un état que l'on ignore ? Nous nous organisons sociétalement dans l'abstinence de nos droits fondamentaux Grandir au rythme de notre inscription dans ce monde Déposer les limites.

Chaque espace pythagorien est interrogé dans sa géométrie n'appartient qu'à lui-même.

Image attendue de l'autre dans la forme, symétrie rassurante notre transcription sans étonnement.

L'enveloppe qui colle à son idée du voyage.

OUPS !!!

Je dis oups ! moi aussi, comme Babouillec qui a composé ces lignes (in Algorithme Éponyme) en me réveillant dans un Paris désert, à regarder les passants de plus en plus rares avec leur masque passer sous ma fenêtre. Depuis que j'ai quitté l'Iran, c'est la première fois que l'on partage le même quotidien avec les miens. C'est peut-être la première fois que l'humanité entière partage le même quotidien, la même peur, à peu de chose près.

A ne pas sortir de la maison, guetter les nouvelles comme on peut, et attendre l'inconnu. C'est un temps qui pousse à la réflexion. Qui me ramène les mois de l'hiver 78 en Iran, le couvre-feu, les pénuries, les heures passées à la maison à lire, les nuits à monter sur le toit pour crier. Les mois

Ma mère, 77 ans, est cloîtrée chez elle depuis des semaines. Elle me dit que les jours où elle est en forme, elle va marcher sur le toit de la maison, pour voir un peu le soleil.

Je sais que cela passera avec le temps. Avec les beaux jours, le printemps, cela finira par passer.

J'ai mis une poignée de lentilles à germer pour le nouvel an iranien qui arrive avec l'équinoxe. Je le fais pour ma mère qui l'a toujours fait pour moi, je le fais pour ma fille qui a toujours fêté Nôrouz, à Paris. Je le fais pour les réfugiés enfermés sur l'île de Lesbos, pour les Syriens enfuis de chez eux et coincés à Evros, entre la folie d'Erdogan et l'impuissance de l'Union Européenne.

Chaque matin, je regarde les petits germes verts pousser un peu plus haut et je me demande dans quel état nous sortirons de ce virage ?

Plus humains, plus solidaires ou plus refermés sur nous mêmes ?

Déposons les limites.

sabzeh-1399

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.