moineau persan (avatar)

moineau persan

Sepideh Farsi, Cinéaste

Abonné·e de Mediapart

104 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mai 2023

moineau persan (avatar)

moineau persan

Sepideh Farsi, Cinéaste

Abonné·e de Mediapart

« Ne les laissez pas nous tuer »

« Nous avons besoin de votre soutien. Chers compatriotes et habitants de Ispahan, nous vous demandons de ne pas les laisser nous tuer. Nous avons besoin de votre aide. » Saeed Yaghoubi - Saleh Mirhashemi - Madjid Kazemi - Les enfants d’Iran ».

moineau persan (avatar)

moineau persan

Sepideh Farsi, Cinéaste

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La nouvelle fut brève.

Ce matin à l’aube, Saleh Mirhashemi, Madjid Kazemi, Saeed Yaghoubi… les trois jeunes manifestants du dossier « Khaneh Esfahan » arrêtés en Novembre 2022 lors d’une manifestation et condamnés à la peine de mort avec la charge de « moharebeh » ont été exécutés à Ispahan. La nouvelle a été annoncé par le site du ministère de la justice « Mizan Online ».

Les trois jeunes avaient lancé un appel à l’aide par un message écrit sur un bout de papier déchiré depuis la prison de Dastgerd (à Ispahan) où on lisait : « Nous avons besoin de votre soutien. Chers compatriotes et habitants de Ispahan, nous vous demandons de ne pas les laisser nous tuer. Nous avons besoin de votre aide. » A côté, on voyait le tampon bleu de la bibliothèque pénitentiaire. Suivi de leurs trois noms, puis « Les enfants d’Iran ».

Illustration 1
Message manuscrit des trois jeunes exécutés ce matin en Iran © Saeed Yaghoubi - Majid Kazemi - Saleh Mirhashemi

Les nuits de mercredi et jeudi furent des nuits agitées pour les habitants d’Ispahan. Suite à cet appel, beaucoup d’eux se sont rendus à la prison de Dastgerd et ont fait le siège toute la nuit, bloquant les routes autour de la prison. Il y a eu des accrochages avec les forces de l’ordre, tir et balles et de gaz lacrymogène. La pression semblait faire de l’effet, car ils étaient toujours en vie jusqu’à hier. Puis, ce matin à l’aube, la nouvelle de leur exécution fut annoncée par les médias officiels. Aucune des charges réelles de coup et blessure contre les forces de l'ordre, initialement retenues contre eux n’avaient été prouvé et leurs aveux avaient été extorqués sous la torture comme c’est toujours le cas en Iran. Ils ont été condamnés à mort pour "moharebeh", terme galvaudé qui veut tout dire et rien dire, et qui selon la terminologie de la République Islamique signifie guerre contre Dieu, et est passible de la peine capitale.

D’après le rapport d’Amnesty, Iran a exécuté au moins 582 personnes en 2022, soit une augmentation de 72% par rapport à 2021, plaçant le pays juste après la Chine en nombre d’exécutions et juste avant l’Arabie Saoudite. Ce, alors que la République Islamique d’Iran vient juste d’être nommé à la chaire du Forum Social pour les droits de l’homme des Nations Unis et que l’Iran signe des traités avec la Russie et l’Arabie Saoudite et soutient Bachar en Syrie. Tout va bien dans le meilleur du monde !

Illustration 2
3 jeunes manifestants exécutés en Iran le 19 mai 2023 © anonyme

Voici la photo du père de Saleh Mirhashemi tenant un panneau où on lit: "mon fils est innocent. Il n'avait pas d'arme".

Illustration 3
Mon fils est innocent - Saleh Mirhashemi © anonyme

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.