moineau persan
Sepideh Farsi, Cinéaste
Abonné·e de Mediapart

95 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 nov. 2022

moineau persan
Sepideh Farsi, Cinéaste
Abonné·e de Mediapart

Dieu Arc-en-Ciel

« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.

moineau persan
Sepideh Farsi, Cinéaste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Nous sommes les gens du Moyen Orient. Certains d’entre nous sont tués en guerre, d’autres en prison, d’autres encore sur la route, ou en mer. Même les montagnes les plus hautes prennent leur revanche sur nous. Car nous sommes nés pour mourir. » Voici le dernier post de Kumaj Daroftadeh (16 ans) sur son compte Instagram. Il a été abattu par les forces de l’ordre du régime iranien le 30 octobre à Sanandaj.

En 65 jours de révolte, depuis le 16 septembre dernier date de la mort de Mahsa Zhina Amini, 

plus de 59 enfants ont été tués en Iran par les forces de l’ordre de la République Islamique. Nous ne sommes pas ici dans un contexte de guerre civile, ni d’occupation étrangère, nous parlons bien d’enfants visés par des tirs directs et tués par balle. Par enfant, nous entendons tout individu de moins de dix-huit ans à qui l’on doit protection, d’après les définitions de la convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), célébré le 20 novembre.

Citons ici les premiers des  54 articles : 

  • le droit d’avoir un nom, une nationalité, une identité
  • le droit d’être soigné, protégé des maladies, d’avoir une alimentation suffisante et équilibrée
  • le droit d’aller à l’école
  • le droit d’être protégé de la violence, de la maltraitance et de toute forme d’abus et d’exploitation
  • le droit d’être protégé contre toutes les formes de discrimination
  • le droit de ne pas faire la guerre, ni la subir
  • le droit d’avoir un refuge, d’être secouru, et d’avoir des conditions de vie décentes
  • le droit de jouer et d’avoir des loisirs
  • le droit à la liberté d’information, d’expression et de participation
  • le droit d’avoir une famille, d’être entouré et aimé
    Tous ces articles sont bafoués par la République Islamique.

Faut-il parler de Javad Pousheh, 11 ans tué par un tir reçu à l’arrière de la tête, alors qu’il se promenait au centre de Zahédan ?

Doit-on parler de Mona Naghibi, 8 ans, tuée par balle en allant à l’école avec sa sœur. Ces derniers mots furent : « je crois que j’ai reçu une balle »...

De Nika Shakarami et de Sarina Esmailzadeh, toutes deux 16 ans, tuées par de violents coups de bâton sur la tête. Nika et Sarina qui aimaient tant chanter et dont la voix sonne dans nos oreilles… Nika et Sarina dont les dépouilles n’ont pas été rendus à leurs familles, dix jours durant. On ignore toujours ce qu’elles ont subi pendant leur enlèvement. 

Ou de la toute dernière victime du régime, Kian Pirfalak, 10 ans, tué à Izeh lorsque les gardes ont ouvert le feu sur la voiture de ses parents. Kian ce petit génie passionné de robotique, que l’on voit sur une vidéo présenter son invention en saluant le « Dieu Arc-en-ciel ». Kian dont la mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison jusqu’à la mise en terre. Pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue, comme ce fut le cas des dépouilles de Nika et de Sarina. La mère de Kian a été obligé depuis, de faire des aveux forcés, se déclarant membre de la Mossad, sans doute pour sauver son mari, grièvement blessé.

La république islamique condamne les enfants à subir des violences perpétuelles, en perdant leurs camarades, leurs frères et sœurs ou leurs parents. Comme la fille de Fereshteh Ahmadi tuée par balle à Mahabad, l’image de cette petite fille empoignant la poussière sur la tombe de sa mère les yeux pleins de larmes nous met face à notre silence ... 

Le régime islamique a pris un peuple entier en otage. Un peuple qui ne veut plus de lui et qui se lève tout entier, partout et de tout âge.

Nous appelons les instances internationales d’observation et de protection des droits humains et les médias à redoubler de vigilance, car la coupure d’internet qu’exerce le régime iranien, rend beaucoup plus difficile le recensement des victimes.  

Nous demandons à l'Unicef qu'elle sorte de son silence au sujet des enfants assassinés, emprisonnés, torturés, violés par le régime iranien et qu’il honore sa devise "Pour chaque enfant".

Nous demandons enfin à l’État français d’aller au-delà de simples « paroles de soutien » et d’accompagner son refus par d’actes concrets. De cesser d’accorder la moindre forme de légitimité à un régime qui enfreint de façon systématique et non dissimulée toutes les règles que la communauté internationale a faites siennes et en prenant toutes les mesures nécessaires.

Jusqu’à quand la communauté internationale va-t-elle se taire et laisser ce massacre se perpétrer ? 

Avons-nous déclaré forfait de notre humanité ? Ou bien ces enfants ne sont-ils pas considérés comme des « enfants » protégés par la CIDE, juste parce qu’ils sont nés en Iran ? Est-ce que les articles de cette convention changent de sens lorsqu’il s’agit de faire commerce avec un pays dont on convoite les ressources naturelles, quelqu’en soit le régime ? 

Si nous ne faisons rien face à cette barbarie, notre humanité n’aura plus de sens.

Une veillée sera tenue demain 20 Nov, Place du Châtelet du 18h à 19h. Venez nombreux avec des cierges et signez la pétition. Votre voix compte.

Cliquez ici pour signer la pétition.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique auprès d’une association d’aide aux migrants à Calais. Dans un entretien à Mediapart, elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine

La sélection du Club

Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER