Monique Douillet
Collaboratrice (bénévole) à la revue écologiste et alternative S!LENCE
Abonné·e de Mediapart

34 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 oct. 2018

Communiqué de presse sur la conférence « La catastrophe nucléaire de Tepco...»

Un réseau international de groupes antinucléaires composé de représentants du Japon et de plusieurs pays européens a appelé le gouvernement japonais et le fournisseur d’énergie japonais TEPCO à assumer financièrement les dommages causés par l’accident nucléaire de Fukushima en 2011.

Monique Douillet
Collaboratrice (bénévole) à la revue écologiste et alternative S!LENCE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué de presse sur la conférence « La catastrophe nucléaire de Tepco, possibilités de soutiens humanitaires et juridiques pour les habitants de la région de Fukushima »

du 21 au 23 septembre 2018 à Francfort « Solidarité avec Fukushima .

Un réseau international de groupes antinucléaires composé de représentants du Japon et de plusieurs pays européens a appelé le gouvernement japonais et le fournisseur d’énergie japonais TEPCO à assumer financièrement intégralement, les dommages causés par l’accident nucléaire de Fukushima en 2011. En outre, toutes les personnes touchées par la catastrophe doivent recevoir l’aide nécessaire au-delà de l’Olympiade de 2020 à Tokyo, les plus de 30 représentants qui ont participé à la conférence internationale sur l’œcuménisme organisée par le Centre protestant Oekumene à Francfort sur le Main.

Ainsi, le réseau exprimait sa solidarité avec les représentants de la plainte Nariwai exercée par environ 4000 plaignant(e)s à Francfort. Le 10 octobre 2017, le groupe est parvenu à un verdict largement acclamé au tribunal de première instance du district de la ville de Fukushima, dans lequel l’État japonais a également été tenu conjointement responsable de cette catastrophe. Toutefois, les plaignants réclament actuellement des indemnités beaucoup plus élevées en deuxième instance.

« À travers nos demandes d’indemnisation et de rétablissement des anciennes conditions de vie et de travail (Nariwai) pour toutes les personnes concernées, nous voulons également préciser qu’un accident nucléaire — si tous les dommages étaient réellement indemnisés — pourrait signifier la ruine d’un État et que la sortie du nucléaire est la seule solution raisonnable », a déclaré Takashi Nakajima. (Soma/Préfecture de Fukushima), Président du Groupe des plaignants. « Il ne s’agit passeulement de compensation, nous voulons aussi récupérer notre patrie », a ajouté M. Nakajima.

Les thèmes de la conférence ont critiqué la politique de retour du gouvernement japonais et de la préfecture de Fukushima ; ils relatent sa dangerosité du fait que les zones précédemment fermées ont été progressivement rouvertes au retour des habitants depuis 2012, à condition que l’exposition annuelle au rayonnement ne dépasse pas une valeur limite de 20 milli sieverts par an — ce qui est 20 fois plus que la valeur limite autorisée jusqu’au moment de l’accident.

Il a été dit que ce seuil était beaucoup trop élevé. « Il n’y a pas de limite en dessous de laquelle le rayonnement radioactif ne représenterait pas une atteinte potentielle à la santé », a déclaré Jörg Schmid, médecin basé à Stuttgart, de l’organisation International Physicians for the Prevention of Nuclear War (IPPNW). Les représentants se sont donc également inquiétés des risques sanitaires auxquels sont exposés des dizaines de milliers d’agents de radioprotection dans la préfecture de Fukushima. Le réseau a également averti le Comité International Olympique (CIO) et d’autres organismes de l’organisation sportive internationale d’un abus politique de Tokyo 2020 par le gouvernement japonais. On craint légitimement que les Jeux de 2020 ne servent à faire oublier la catastrophe nucléaire de Fukushima, ont-ils déclaré.

Outre les plaignants de Fukushima, l’Association chrétienne des jeunes femmes du Japon (YWCA) et des militants japonais de plusieurs pays européens, des experts en droit nucléaire, des représentants d’églises, des médecins et des journalistes ont également participé à cette conférence.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo