Monique Douillet
Collaboratrice (bénévole) à la revue écologiste et alternative S!LENCE
Abonné·e de Mediapart

34 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 déc. 2016

FAÇONS DE PARLER

La manière de nommer l'évènement ne sera pas sans effet sur ce que l'Histoire en retiendra et par voie de conséquence, sur les leçons qu'on en tirera. "Mal nommer un objet, c'est ajouter au malheur de ce monde".

Monique Douillet
Collaboratrice (bénévole) à la revue écologiste et alternative S!LENCE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une majorité de Français pour nommer le triple désastre survenu au Japon en 2011 disent : "Fukushima", tout court. Fukushima désignant un accident survenu il y a un certain nombre d'années dans un lieu géographique lointain qui n'a pas affecté notre vie.

Les Allemands plus préoccupés par le danger nucléaire emploient "catastrophe". Ils placent la catastrophe de Fukushima sur le même plan que celle de Tchernobyl et savent qu'on n'en a pas fini.

Au Japon, on dit : "san - ichi - ichi", trois petits mots ! "San, trois (correspondant à mars), suivi de : un, un, façon d'énoncer onze comme un numéro de téléphone". Ce trois - un - un résonne comme une copie presque conforme de l'appellation américaine : "nine eleven" (septembre - onze)". Dire onze mars, c'est donc situer la deuxième date historique mondiale du XXIe siècle, après onze septembre. Curieusement, l'appellation de ces deux désastres ne mentionne pas l'année ! "Tchernobyl" non plus dans la conversation. Serait-ce pour indiquer que ces évènements marquant le début d'une nouvelle ère ne peuvent pas être circonscrits ?

Les Japonais qui ne veulent plus du nucléaire ont créé un néologisme "Genpatsu-shinsai". Genpatsu est une abréviation de centrale nucléaire et shinsai fait référence au séisme. Cela signifie : "désastre causé par un séisme et par la centrale nucléaire, soulignant bien que ce désastre conjugue le phénomène naturel et l'action de l'homme.

Mais beaucoup de Japonais choisissent de nier la réalité et se contentent du terme shinsai.

Constatons que la manière de nommer l'évènement ne sera pas sans effet sur ce que l'Histoire en retiendra et par voie de conséquence, sur les leçons qu'on en tirera. "Mal nommer un objet, c'est ajouter au malheur de ce monde" disait Albert Camus. En effet, la mise en garde est lourde de sens quand on apprend que le Japon et la France, peu après le 11 mars, sont allés vendre des centrales nucléaires en Turquie, pays sismique s'il en est.

Michaël Ferrier qui réfléchit au devenir de Fukushima écrit :"Nous vivrons avec la multiplicité des changements qui se trament au quotidien depuis ce 11 mars." (Entre autres les mutations génétiques que nous découvrons déjà.) Empruntant au jargon nucléaire, il transfère le terme de demi-vie aux êtres humains dont l'avenir entre désormais dans les calculs de probabilités de ceux qui nous gouvernent en jouant sur les estimations de taux et de seuils (1) supportables ou fatidiques.

(1) L'autorité de régulation nucléaire, la NRA, propose d'enterrer des déchets très radioactifs à 70 mètres sous le sol pendant 3 à 4 siècles, sous le contrôle des compagnies électriques, puis sous le contrôle de l'Etat pour les 996 siècles suivants. Une prévision à long terme ! Quant au seuil admis pour les déchets, il passe sous la barre de 800 Bq/kg, alors qu'il était de 100 Bq/kg avant l'accident. 80 fois plus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk