Monique Douillet
Collaboratrice (bénévole) à la revue écologiste et alternative S!LENCE
Abonné·e de Mediapart

34 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 juil. 2017

Fukushima : 770 000 tonnes d’eau radioactive bientôt dans l’océan

Des milliards de milliards de particules fines radiotoxiques de toute sorte dont se nourriront les espèces sont sur le point d'aggraver la contamination d'une mer déjà épouvantablement marquée par les essais atomiques, les retombées initiales de Fukushima et les fuites souterraines chroniques.

Monique Douillet
Collaboratrice (bénévole) à la revue écologiste et alternative S!LENCE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Selon la presse japonaise, Tepco a reçu l’autorisation de déverser de l’eau contaminée au tritium dans l’océan au large de Fukushima. Depuis l’accident du 11 mars 2011, Tepco, en charge du démantèlement de la centrale, a dû stocker 770 000 tonnes d’eau radioactive dans plus de 1300 réservoirs.

"La décision a été prise", assure dans la presse japonaise Takashi Kawamura, président de l’électricien Tepco. Le gouvernement va autoriser l’industriel à rejeter dans l’océan l’eau stockée sur le site de la centrale de Fukushima, accidentée le 11 mars 2011.

Chaque jour, les opérateurs doivent injecter des centaines de mètres cubes d’eau dans les trois réacteurs détruits pour refroidir les cœurs fondus. Toute cette eau est récupérée pour être décontaminée. Le problème est que la technologie actuelle est capable de venir à bout de tous les éléments radioactifs, sauf du tritium.

L’eau est chargée de cet isotope de l’hydrogène. Très radioactif, sa durée de demi-vie est assez courte, environ 12,3 ans. Depuis six ans, Tepco est donc obligé de stocker cette eau sur le site… à raison d’environ 350 tonnes par jour. Au final, ce sont désormais plus de 770 000 tonnes d’eau, qui sont entreposées dans plus de 1 300 réservoirs.

 Inquiétude des pêcheurs

La situation devient intenable pour l’industriel nippon qui a dû faire face à des incidents sur ses containers. L’argument des experts en faveur du déversement dans l’océan est que ce dernier est capable de diluer suffisamment cet isotope radioactif, par ailleurs faiblement présent à l’état naturel, pour éviter tout danger.

Mais les pêcheurs, qui ont repris leur activité au large de la province nipponne, sont très mécontents. Relâcher du tritium dans la mer va entraîner "une nouvelle vague de rumeurs non fondées, réduisant tous nos efforts à néant", déplore Kanji Tachiya, responsable d'une coopérative de pêche locale, cité par Kyodo News.

Six ans après l’accident, le chantier n’en est qu’à ses débuts. Le devis prévu par Tepco pour la dépollution, le démantèlement et l’indemnisation s’est considérablement accru. Il est passé de 92 milliards d’euros initialement à 177 milliards d’euros désormais. Le chantier devrait s’étendre sur environ un siècle.

Ludovic Dupin (Publié le 18 juillet 2017.)

 Ludovic Dupin, journaliste Energie

Titulaire d’une maitrise de physiologie et du diplôme de journaliste et scientifique de l’ESJ Lille. Il suit l’Industrie, la politique et la géopolitique de l’énergie (schiste, pétrole, gaz, charbon, nucléaire, renouvelables, l’hydraulique). Avant de rejoindre l’Usine Nouvelle, il a travaillé pour SVM, Biofutur, l’UFC Que Choisir. Il a également été médiateur scientifique au Palais de la découverte.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn