Monique Douillet
Collaboratrice (bénévole) à la revue écologiste et alternative S!LENCE
Abonné·e de Mediapart

34 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 déc. 2015

RETOURS FORCÉS DANS LES ZONES ÉVACUÉES DE FUKUSHIMA 1

Le gouvernement japonais en a décidé ainsi : les ordres d’évacuation vont être levés avant le mois de mars 2018, sauf pour la zone non récupérable. L’aide au logement va s’arrêter au mois de mars 2017. Quelques communes ayant leur propre politique de soutien des sinistrés prendront le relais.

Monique Douillet
Collaboratrice (bénévole) à la revue écologiste et alternative S!LENCE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le gouvernement japonais en a décidé ainsi : les ordres d’évacuation vont être levés avant le mois de mars 2018, sauf pour la zone non récupérable. L’aide au logement va s’arrêter au mois de mars 2017. Quelques communes ayant leur propre politique de soutien des sinistrés prendront le relais.

Examinons la situation à la lumière de ce qui se passe dans la bourgade de Nahara, totalement évacuée après le 11 mars 2011. La commune comptait 2694 foyers et 7368 personnes. Les retours ont été prévus à partir du 5 septembre 2015. Un sondage datant d’octobre dernier, effectué auprès des ex-habitants, avait révélé que 22,9 % ne souhaitaient pas revenir - 30,5 % n’avaient pas tranché - 9,6 % étaient prêts à rentrer, principalement des personnes âgées et 36,1 % étudieraient un retour sous condition.*

Pour passer sous le seuil de 20 mSv (nouvelle limite autorisée), le gouvernement a fait décontaminer les maisons, mais rarement les abords et les jardins et jamais les forêts alentour. Rappelons qu'avant l'accident la limite était de 1 mSv par an. Ceux qui reviennent ne peuvent donc pas ignorer le risque auquel ils s'exposent.

Dès les premiers jours de la réinstallation, les problèmes se sont additionnés : des maisons ont été vandalisées, le barrage de la commune qui alimente l’eau du robinet n'a pas été assaini, mais aucune trace de césium n’ayant été détectée lors de l'inspection de référence, l'eau a été déclarée potable. Il était prévu qu'après 3 ans dans un dépôt provisoire, les déchets pollués seraient transportés dans des lieux intermédiaires, 30 ans au maximum, avant la destination finale (à trouver). Mais faute de solution, ils sont toujours entreposés dans des sacs à proximité des habitations et des écoles. Des plantes y germent et poussent à l'intérieur, déchirant les parois. Nombre de résidents les gardent dans leur jardin, soit en surface, soit enterrés. La situation s'est banalisée. A la TV, après la météo, on présente le journal de la radioactivité !

Dans les zones de réinstallation, on passe d’une surveillance territoriale à un contrôle individuel. Les résidents sont incités à suivre leur exposition à partir de dosimètres portatifs personnels. Ces enregistrements tendent à sous-estimer l’exposition réelle, car ils ne tiennent pas compte de l’ingestion/inhalation et n’enregistrent qu’une partie de la radioactivité ambiante, même lorsqu’ils sont portés en continu (ce qui n’est pas toujours le cas).

Dans plusieurs villes les habitants prennent les affaires en mains. Ils mesurent la radioactivité en voiture, à vélo, à pied età différentes hauteurs adaptées aux enfants, à partir d’appareils reliés à des GPS. Des cartes sont mises en ligne et partagées. Ils mesurent aussi celle des sols et analysent des aliments.Une base de données des centres de mesure citoyens Minna no data (version anglaise) existe depuis oct. 2014. Chacun peut consulter les résultats d’analyses en cours, ou les débits de dose dans l’air ambiant.Ces équipements coûtent très cher. Néanmoins des données multiples sont indispensables, car reconstituer son niveau d’exposition est un véritable casse-tête.

* Source L'ACROnique de Fukushima.

Ces informations sont extraites de la conférence de Kurumi SUGITA, chercheuse au CNRS retraitée, et de Marie Augendre, MCF géographie, U. Lyon 2, coordinatrices d’un projet financé par le CNRS.  (Conférence a été organisée par Les Amis de la Terre Lyon le 1er octobre 2015.)

Certains éléments proviennent de leurétude inédite : Déplacés et Indécis laissés à eux-mêmes depuis l’accident de Fukushima (DILEM). Rapport annuel, 2013.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le « wokewashing », la nouvelle stratégie des majors pétrolières
La justice raciale, le féminisme et les droits LGBT+ sont de plus en plus mobilisés par les géants pétroliers pour convaincre des bienfaits de leurs activités fossiles. Une pratique récente baptisée « wokewashing » et qui n’a qu’un seul objectif : retarder l’action climatique pour continuer à nous abreuver de pétrole.
par Mickaël Correia
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal — Libertés publiques
« Une gestion exclusivement policière de la crise sanitaire »
« La logique aurait voulu que les autorités adoptent une approche sanitaire et sociale » pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, pointe la professeure de droit public Diane Roman, qui regrette que, « désormais, tout se résolve en termes de mesures policières ».
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois