Monique Douillet
Collaboratrice (bénévole) à la revue écologiste et alternative S!LENCE
Abonné·e de Mediapart

34 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 avr. 2017

Namie, un retour à haut risque imposé à la population

Le 31 mars de cette année, les ordres d’évacuation des territoires les plus habités du bourg de Namie du département de Fukushima ont été levés. Le groupe citoyen de mesure a publié les cartes de débit de dose de la radioactivité ambiante, et de la contamination du sol. Les résultats sont incroyables.

Monique Douillet
Collaboratrice (bénévole) à la revue écologiste et alternative S!LENCE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

23/4/2017

L'association "Nos Voisins Lointains 3.11" m'a demandé de diffuser cette info très récente.

Le 31 mars de cette année, les ordres d’évacuation des territoires les plus habités du bourg de Namie du département de Fukushima ont été levés.

Le groupe de mesure citoyen, « Le Projet de mesure de la radioactivité environnementale autour de Fukuichi (la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi) » a publié les cartes de débit de dose de la radioactivité ambiante, et de la contamination du sol. Les résultats sont incroyables.

La radio contamination des territoires de Namie est bien pire que celle habituellement relevée en « zone contrôlée de radioactivité ».

En effet, une zone est classée comme « zone contrôlée de radioactivité » si le total de la dose effective due à la radiation externe et celle due aux substances radioactives dans l’air risque de dépasser 1,3mSv par trimestre, ou si la densité de contamination de surface dépasse 40 000Bq/m2. Dans une zone contrôlée de radioactivité », il est interdit de manger et de boire, et bien sûr d’y passer la nuit. Seuls les adultes y sont autorisés, et il ne leur est pas permis d’y demeurer plus de 10 heures. En quittant la zone, ils doivent se soumettre à un dépistage strict de radioactivité.

Or, les relevés effectués à Namie figurés dans les cartes* vont bien au-delà de ces chiffres de référence utilisés pour définir la « zone contrôlée de radioactivité ». C'est pourtant sur un pareil territoire que l'on fait revenir la population ! 

Nous avons téléchargé la carte des relevés de radioactivité, le résultat de la 38e action de monitoring en s’appuyant sur le GyoroGeiger, dosimètre fonctionnant avec Android. Les mesures ont été effectuées à 1 mètre du sol. Les points où le débit de dose est supérieur à 1 µSv/h, pour 56 relevés sur 100 effectués, sont indiqués en rouge. Mesure maximale à 3,71 µSv/h soit l'équivalent de 32 mSv/an. Est-il concevable de faire revenir les personnes évacuées, dans de pareils lieux ??!!!

C'est une violation des droits de l'homme que d'autoriser les gens à vivre sur de tels sols !

* Pour visualiser les cartes :

 http://nosvoisins311.wixsite.com/voisins311-france/single-post/2017/04/23/Namie-retour-de-la-population-dans-la-zone-non-contr%C3%B4l%C3%A9e-de-radioactivit%C3%A9

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières