MONIQUE RICCARDI-CUBITT (avatar)

MONIQUE RICCARDI-CUBITT

HISTORIENNE D'ART, CONFÉRENCIÈRE, JOURNALISTE, AUTEUR, POÈTE

Abonné·e de Mediapart

96 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mai 2023

MONIQUE RICCARDI-CUBITT (avatar)

MONIQUE RICCARDI-CUBITT

HISTORIENNE D'ART, CONFÉRENCIÈRE, JOURNALISTE, AUTEUR, POÈTE

Abonné·e de Mediapart

SAUVEGARDE DU PATRIMOINE NATUREL DE BOIS-LE-ROI EN FORÊT DE FONTAINEBLEAU

Une pétition a été lancée en ligne sur Change.org par le Collectif de l'arbre dans le cadre d'une campagne de sauvegarde du patrimoine naturel de Bois-le-Roi contre un projet d'urbanisation de la commune au détriment de la beauté du site, de la survie de la forêt, de sa faune et de sa flore.

MONIQUE RICCARDI-CUBITT (avatar)

MONIQUE RICCARDI-CUBITT

HISTORIENNE D'ART, CONFÉRENCIÈRE, JOURNALISTE, AUTEUR, POÈTE

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

SAUVEGARDE DU PATRIMOINE NATUREL DE BOIS-LE-ROI EN FORÊT DE FONTAINEBLEAU

En 1895 Charles Castellani, artiste de la Bohème à Bois-le-Roi, décrivit la bourgade comme un « d’admirable Eden » dans son autobiographie Confidences d'un panoramiste : aventures et souvenirs. Il était arrivé en 1871 mais après une longue absence, il déplora à son retour en 1906 « Non jamais je ne reverrai çà…et pourtant Bois-le-Roi existe encore avec sa forêt et sa rivière, mais ce n’est plus notre Bois-le-Roi : banalisé, embourgeoisé, attristé enfin, tondu et castré, comme tous les jolis endroits à douze lieues autour de Paris ce charmant pays est devenu une sorte de Vésinet de 4me classe…Il élabora : Partout où apparaissent les gens chics, vous voyez rapidement la belle nature s’aplatir, se déformer, se dépraver Heureusement ils ne peuvent ni nettoyer, ni arranger, ni aplanir les nuages du ciel et les flots de la mer… avant un demi-siècle, les poètes, les artistes… ne trouverons plus un coin pour rêver et contempler…Cette horrible locomotive, cette machine qu’on a appelé le progrès, et qui menace de tout niveler, les intelligences et les forêts, et qui enlèvera aux humains même le rêve du bonheur et de la liberté. » 

Illustration 1
Forêt de Fontainebleau à Brolles, Bois-le-Roi, janvier 2021 © Monique Riccardi-Cubitt

Que dirait-il des projets d’urbanisation effrénée du présent maire David Dinthillac pour transformer en dortoir parisien, « cet écrin formé par la Seine et la forêt » selon les mots d’Alfred Roll, peintre officiel de la IIIe République, lui aussi résident à Bois-le-Roi ? La polémique enfle et une pétition en ligne a été lancée sur Change.org :

https://www.change.org/p/non-à-la-densification-à-marche-forcée-de-la-commune-de-bois-le-roi?utm_content=cl_sharecopy_36212356_fr-FR%3A5&recruited_by_id=ddd9a980-f494-11ed-9334-99858df16c06&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campaign=psf_combo_share_initial

Non à la densification à marche forcée de la commune de Bois-le-Roi !

Une manifestation est organisée le 25 mai à la Mairie afin de contrecarrer ce projet de densification urbaine, voici le lien vers le site de l'élu de l'Opposition Partrick Gautier avec tous les détails du projet et le tract qui présente la carte des nouvelles zones à construire et une description de l’exemple catastrophique du sort de la commune de Saint-Fargeau-Ponthierry qui à signé une convention avec l'EPIFF en 2007, et qui se trouve prise dans un engrenage infernal.

https://reussirensembleablr.fr/-Tracts-

Le présent maire est un philistin, sans aucune finesse ni sensibilité envers la beauté, qu’elle soit dans l’art ou dans la nature, comme j’avais pu le constater en décembre 2022, quand il me déclara préférer un article sur les maisons de tolérance et les lupanars, au mien qui faisait l’éloge de la collection d’art de la Mairie dans la Revue d’Histoire de Fontainebleau. Je lui ai dédié un poème satirique et humoristique, au sérieux dessein de le démasquer.

DE L’ART & DU LUPANAR

Trapu, velu, poilu, 

tel l’ours brun béarnais,

  1. le Maire est un malotru,

faisant fi de manières bien nées, 

il arpente comme un balourd,

en politique le tortueux parcours.

Ignorant le féminin pouvoir, 

sa verve et regard acéré, 

il se délecte, rustre mal léché, 

à dédaigner esprit et beauté, 

pour déclarer goguenard, 

à l’Art préférer le lupanar !

Si Éros peut se parer d’art, 

il y a fort à parier, 

que ce goujat au col épais,

n’en connait point subtilités…

Se dandinant tout guilleret

de son pas lourd et balancé, 

il piétine en un seul mot, 

Savoir, Beauté, Art, 

leur préférant le lupanar !

Du passé glorieux hérité

au village dans la Forêt,

où les Muses élièrent domicile,

retraite digne de Virgile, 

il ne rêve que béton armé, 

asphalte, rondpoints, verre et acier,

d’heureux parisiens le dortoir, 

où entre les herbeux sentiers

s’élèveront à prix d’or achetés, 

des murs sinistres entassés, 

là où régnaient chênaies, 

sapins, bouleaux argentés,  

la laideur vaine et vide de la cité  

triomphante aura imposé,

sur cet  écrin entre Seine et Forêt

le règne de Mammon

et de ses préposés. 

Monique Riccardi-Cubitt, 5 février 2023

https://blogs.mediapart.fr/monique-riccardi-cubitt/blog/050223/de-lart-et-du-lupanar

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.