LA TERRE BRÛLE, NOUS DANSONS SUR UN VOLCAN, L’HUMANITÉ COURT À SA PERTE

BRAVO M. HULOT, NOUS VOULONS DES COQUELICOTS Quand les temps se font pressants, le ciel menaçant, quand les outrages et les mensonges sont récurrents, il n’est plus séant de respecter le bon usage, mais de se dresser et donner témoignage

LA TERRE BRÛLE, NOUS DANSONS SUR UN VOLCAN, L’HUMANITÉ COURT À SA PERTE

BRAVO M. HULOT, NOUS VOULONS DES COQUELICOTS

Quand les temps se font pressants, le ciel menaçant, quand les outrages et les mensonges sont récurrents, il n’est plus séant de respecter le bon usage, mais de se dresser et donner témoignage

Bravo M. Hulot !

Vous avez eu le courage dans un sursaut d’écoeurement de dire NON à la manipulation médiatique

NON au mensonge et aux faux-semblants d’un gouvernement vendu à une politique néo-libérale du passé que la planète terre ne peut plus supporter

NON aux excès de la globalisation

NON aux lobbys industriels tout-puissants

NON aux intérêts financiers des multinationales qui détruisent l’environnement

NON à l’exploitation éhontée des ressources naturelles

NON aux pays fragilisés du Tiers-monde mis à genoux par la cupidité d’une minorité au train de vie égoïste dispendieux

NON aux peuples entiers affamés et asservis aux demandes superflues d’une société de consommation effrénée

NON aux pesticides qui détruisent la bio- diversité, polluent les sols, les rivières, les nappes phréatiques

NON à la pollution de l’air, de l’eau, de la terre de mégapoles incapables de contrôler leur dépendance d’une technologie destructrice, d’agriculture et d’élevage industriels

NON au plastique qui envahit les mers et tue ses habitants

NON à l’esclavage d’enfants dans les mines de minerais rares nécessaires aux nouveaux portables d’une industrie qui crée un besoin artificiel par cupidité

NON à l’esclavage de femmes, d’hommes et d’enfants dans des ateliers de textiles et de cuir de misère au Tiers-monde pour assouvir le besoin de renouveau d’une mode frivole et gaspilleuse

NON à l’adoration du Veau d’Or du président Macron et de sa femme, vendus aux intérêts de la finance et des multinationales qui l’ont fait élire. Votre cœur a parlé ce matin-là quand vous avez décidé sur les ondes de France Inter, sans préméditation aucune, de donner votre démission d’un poste dont vous ne pouviez plus avec honneur assumer la responsabilité

 

Adam et Eve au Paradis Terrestre, Lucas Cranach l’Ancien c. 1530 Adam et Eve au Paradis Terrestre, Lucas Cranach l’Ancien c. 1530

 
 

                                                        Adam et Eve au Paradis Terrestre, Lucas Cranach l’Ancien c. 1530

Tout est bon sur cette terre tant qu’on y respecte les lois de la nature sans les mensonges du savoir-vivre. Jean-Jacques Rousseau

Entendons par savoir-vivre dans ce contexte, l’artifice de la vie urbaine industrielle moderne, ses faux besoins, ses mensonges et son hypocrisie pour se donner bonne conscience. Le temps n’est plus aux faux-fuyants, il faut agir maintenant. Des hommes, des femmes se sont dressé en solidarité, ils sont une centaine de mille, ils doivent devenir des millions, des legions dans le monde entier afin que notre Terre dont nous sommes responsables soit sauvée

 

LE PARADIS SUR TERRE, NOUS LE FAISON, OU L’ENFER… 

DEUX PÉTITIONS À SIGNER

NICOLAS HULOT. NON, M. HULOT, VOUS N’ÊTES PAS SEUL

https://www.change.org/p/nicolas-hulot-non-monsieur-hulot-vous-n-%C3%AAtes-pas-seul

 

NOUS VOULONS DES COQUELICOTS.

Appel à la résistance pour l'interdiction de tous les pesticides

https://nousvoulonsdescoquelicots.org/l-appel/

 

 

UN POÈME POUR LE TEMPS

Hymn to the Milleniun

                                                    A Vision 

Arise, O Man, arise,

and claim from Heaven,

thy rightful inheritance.

Thou godly power, demiurge,

creator of Heaven and Hell on Earth,

thous canst stand with the Immortals.

 

How much longer will you crawl

under the weight of your own mediocrity?

How much longer will you defer

your meeting with Eternity?

Here and now, is to-morrow,

yesterday but a dream,

thou art God's Hand, Thought,

and Divine Will.

 

Awake, O Man, awake, to thy destiny,

take up thy calling,

the Earth has grown old

and needs regenerating.

It is the measure of thy imagination

and power of thought, O Man,

that will save it from ruin.

The land, the waters, the air,

are all polluted by thy living,

O Man, in a promethean act of will,

thou hast the power to reverse the satanic mill.

It is not life as before, or after,

it is life as it must be, a new order of things.

 

It is not war, or destruction,

it is a new thinking,

a transformation, a transmutation,

from which will arise the new way of living.

Man, change thyself first,

and the earth will change.

Assume thy own dignity,

sanctify thy body degraded by excesses.

Revere, and be revered,

and in reverence find a new Philosophy.

Be proud, O Man, not a slave to matter,

assume, control it, it controls thee.

In thy mind, in thy heart, horizons are boundless,

Apocalypse need not be.

It is a sickness of mind and soul to think it so,

it is just as easy to conceive prosperity,

fraternity, the right to equality,

to live on an earth made bountiful, with dignity,

by enlightened intelligence, not selfish cupidity

 

Slave-master, thou enslaves,

and art enslaved thyself, O Man,

claim thy freedom!

For every man who rises, elevates all others

here lies thy only duty.

And thus a new race of Men will arise,

giant treading a resplendent Earth,

humming with the thousand vibrations,

of Love, Peace and Harmony,

thus Heaven will be on Earth,

and Man fulfil his destiny.

 

London, March 1999

 

ET SA TRADUCTION

 

Hymne au Millénium

                                                 Une Vision

Debout, Homme, dresse toi,

revendique des Cieux ton légitime héritage,

Toi, pouvoir divin, démiurge,

Créateur du Ciel et de l’Enfer sur Terre,

toi, Homme, tu appartiens à la race des Immortels.

 

Combien de temps encore te laisseras-tu accabler

par le poids de la médiocrité?

Combien de temps refuseras-tu encore

d’accepter ton gage d’Eternité?

Demain est ici déjà, hier n’est plus qu’un rêve,

tu es la Main de Dieu, sa Pensée et sa Volonté.

 

Éveille toi, ô Homme, éveille toi,

reconnais ta destinée,

entends son pressant appel,

la Terre a vieilli et doit se régénérer,

c’est toi, Homme, qui peut la sauver

de la ruine et de la destruction

par le pouvoir de ta pensée et de ton imagination.

Ô Homme, ta vie a pollué

les eaux, l'air et la terre,

mais en toi est le pouvoir, la volonté prométhéenne,

de retourner sur son axe cette roue diabolique.

 

Ce n’est plus la vie d'hier ou celle de demain,

c’est la vie comme elle doit être,

un nouvel ordre des choses.

Ce n'est pas la guerre ou la destruction,

c'est une pensée nouvelle,

une transformation, une transmutation,

desquelles surgira un nouveau mode de vie.

Change, Homme

et la Terre changera,

assume ta propre dignité,

sanctifie le corps que tu habites

et dégrades par tant d'excès.

Vénère, et sois vénéré,

et dans cette vénération même

trouve une philosophie nouvelle.

 

Sois fier, ô Homme,

non pas esclave de la Matière,

assume la, domine la, tu en fais ta maîtresse.

Dans ton coeur et dans ton âme,

les horizons sont sans limites,

l'Apocalypse n'est pas pour demain,

c'est une corruption de l'âme et de l'esprit

qu’ainsi de penser.

Il est aussi aisé de concevoir une nouvelle prospérité,

dans la fraternité, dans l'égalité

du droit de vivre avec dignité,

sur une Terre rendue féconde par l'intelligence illuminée,

triomphant de l'égoïsme et de la cupidité.

 

Maître esclave, tu enchaînes, et es toi-même enchaîné,

ô Homme, conquiers ta liberté,

car tout homme qui s'élève,

élève avec lui l'humanité entière,

là est ton seul devoir.

Ainsi une nouvelle race d'Hommes sera créée,

géants habitant une Terre rayonnante,

résonnant des vibrations cosmiques

de la Paix, de l'Amour et de l'Harmonie,

le Paradis sera sur Terre,

et le destin humain accompli.

 

Londres, mars 1999 (Traduction)

 

Monique Riccardi-Cubitt

Paris, le 20 septembre 2018

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.