Morvan56
Abonné·e de Mediapart

58 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 janv. 2020

Morvan56
Abonné·e de Mediapart

Macron et la "dégradation" du langage. Par Roland Gori (1)

Au moment où je terminais un essai sur Walter Benjamin, le Président de la République adressait ses vœux de Nouvel An aux citoyens français. Quelle ne fût pas ma surprise d’y découvrir l’un des plus beaux exemples de cette dégradation du langage théorisée par Benjamin.

Morvan56
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Publié dans l'Huma - Vendredi, 3 Janvier, 2020 - Roland Gori

En pleine crise sociale liée aux mouvements s’opposant à la réforme des retraites de son gouvernement, Emmanuel Macron leur donne une leçon de morale les exhortant à la « solidarité », à adhérer à son « projet de justice et de progrès social », à « ouvrir la décennie de l’unité retrouvée de la Nation », à faire « ensemble de la décennie qui s’ouvre une décennie française et européenne »(2) 

Il vante dans une étonnante posture d’autosatisfaction les mérites de son bilan, il fait l’éloge de l’exceptionnelle capacité de son gouvernement à répondre à la crise des Gilets Jaunes : « avec le Grand Débat National, face aux colères exprimées par le mouvement des gilets jaunes, nous avons su instaurer un dialogue respectueux et républicain, sans précédent dans une démocratie ».

Il poursuit sur les avantages économiques de sa politique qui, « dans le concret de nos vies, [a produit] les premiers résultats de l’effort de transformation engagé depuis deux ans et demi », « plus de 500 000 emplois ont été créés depuis mai 2017 […] ». Il continue par un panégyrique de son action en soulignant son courage de ne pas renoncer « à agir avec vigueur, pour ne surtout plus mécontenter personne à l’approche des futures échéances électorales ».

Il ira jusqu’au bout de la réforme et « ne cédera rien au pessimisme, ou à l’immobilisme ». Il dirige ce « peuple de bâtisseurs, conscient de sa vocation universelle », qui a le « sens de l’Histoire » et « quand l’Histoire s’accélère l’esprit français ne cède rien à la fatalité. »

Ignorant les mouvements de colère et de révolte des fonctionnaires des services publics, des « stylos rouges » et des « blouses blanches » il poursuit, imperturbable, sur « l’Etat et les services publics [qui] ont un rôle essentiel pour renforcer cette unité française », bien que toute sa politique depuis le début de son mandat tend à imposer à l’Etat et aux services publics une conversion à la religion du capitalisme, une hybridation avec le secteur privé (3).

Nous sommes ici dans une technique de communication ravalée au rang de « bavardage » avec une « dégradation » du langage sans précédent !

Passons rapidement sur les éléments d’autopromotion de ce discours au sein duquel nous voyons les résultats économiques suivre l’agenda électoral (« depuis mai 2017 ») en effaçant comme à son habitude la dette à l’endroit de son prédécesseur.

Passons sur les mouvements de manche vantant le caractère d’« exception » de son entêtement après un mois de grève dans les transports et une année de mouvements sociaux (« d’habitude, c’est le moment du mandat où on renonce ») accentuant le mépris à l’endroit de ses prédécesseurs et le caractère exceptionnel de sa personne.

Venons-en à l’essentiel. Nous constatons que la plupart des fragments de son discours recyclent des éléments de langage de sa communication électorale sans grand changement, en évidant la signification des mots, - « Etat » et « services publics », « solidarité », « universel », « dialogue respectueux et républicain, sans précédent », « justice et progrès », « apaisement », « politique ambitieuse pour l’hôpital », « l’unité de la Nation »… -, et en empruntant à un langage de « faux universel (4) » et de progressisme social autoproclamé qui ne passe plus.

Qui passe d’autant moins qu’il est en flagrante contradiction avec la réalité sociale. Face à des mouvements de colère et de révolte réactionnels à une involution des services publics et des protections sociales, le Président de la République se présente comme leur garant.

Nous sommes dans une situation de communication paradoxale dont les conséquences politiques peuvent s’avérer calamiteuses aujourd’hui, demain… ou plus tard.

Le discours présidentiel témoigne d’une autosuffisance rare, il est vrai, et d’une croyance assez exceptionnelle à prétendre incarner la vérité. Telles les œuvres d’art lorsqu’elles sont mises au service de la propagande, nous assistons à une disparition disséquante de la capacité à dire le monde.

Il n’y a plus de message dans un tel discours, seulement de la communication. Une communication à l’imagination appauvrie qui recycle au nom de la mode et du futur (« nos enfants [et ] et leurs enfants après eux ») les lunes mortes d’un néolibéralisme vieilli.

Un tel discours se consume en se consommant, il ne requiert en aucune manière cette « prière de l’âme » que l’on nomme « la faculté d’attention ». Lorsqu’en politique un élu se risque dans les hésitations, les doutes et les tremblements de son discours à chercher l’attention de ceux qui l’écoutent, ceux-là savent qu’ils sont respectés et se trouvent invités à lui faire confiance.

La confiance est affaire de foi, de sacré, - comme le dit l’étymologie -, et toute confiance commence par une confiance dans le langage. C’est, peut-être, ce qui se perd ici de plus précieux pour sauver la démocratie des tentations illibérales.

1. Professeur honoraire de  Psychopathologie clinique à l'Université d'Aix-Marseille, Psychanalyste. Derniers ouvrages parus, Homo drogus (avec Hélène Fresnel, 2019, Harper Collins), La nudité du pouvoir Comprendre le moment Macron (2018,  LLL), Un monde sans esprit. La fabrique des terrorismes, 2017, Paris, LLL.

2. Vœux du Président de la République aux Français pour l’année 2020,  site de l’Elysée.

3. Roland Gori, La nudité du pouvoir. Comprendre le moment Macron, Paris, Les Liens qui Libèrent, 2018.

4. Au sens de Pierre Bourdieu, 1995, Contre-Feux, Paris, LIBER, 1998.

-----

voir la vidéo 45' : Interview de Roland Gori, co-créateur de l'Appel des Appels, pour les 10 ans de l’association - septembre 2019

ce qu'il disait en juin 2017 sur le totalitarisme de la norme - vidéo 26'

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Europe
« La droite fasciste n’a jamais disparu de la société italienne »
L’historienne Stéfanie Prezioso explique ce qui a rendu probable l’accès d’une post-fasciste à la tête du gouvernement italien. De Berlusconi en « docteur Frankenstein » au confusionnisme propagé par le Mouvement Cinq Étoiles, en passant par le drame des gauches, elle revient sur plusieurs décennies qui ont préparé le pire.
par Fabien Escalona
Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit