Gorbatchev avoue: « Le but de ma vie était l’anéantissement du communisme !"

Les Cubains, auteurs de l’article, disent de Gorbatchev qu’il est un « hijo de puta » et ils donnent ici des preuves de la manière dont il a été l’instrument de la CIA. Il n’y a pas eu effondrement spontané mais bien trahison au profit de la CIA, de celui qui était à la tête de l’Etat,...--Le socialisme, la nouvelle hantise de la Maison Blanche !!

Gorbatchev avoue: « Le but de ma vie était l’anéantissement du communisme »

Les Cubains, auteurs de l’article, disent de Gorbatchev qu’il est un « hijo de puta » et ils donnent ici des preuves de la manière dont il a été l’instrument de la CIA. Il n’y a pas eu effondrement spontané mais bien trahison au profit de la CIA, de celui qui était à la tête de l’Etat, capable donc comme le dit le texte d’y imposer un personnel à sa botte, non seulement en URSS mais dans toute l’Europe.

Des partis ont résisté comme les Chinois en pleine scission, mais aussi le parti communiste cubain, à cause de sa volonté d’indépendance et son recentrage sur le tiers monde et l’Amérique latine.

Les Russes savent tout cela et leur rancune à l’égard du parti communiste qui de fait les a trahi explique les difficultés des communistes dans un pays qui regrette massivement l’URSS.

L’histoire du PCF reste à écrire dans le cadre de cette trahison, comme celle de bien des partis européens étroitement liés à Moscou. j’ai personnellement vécu ces moments et peu à peu ils prennent sens (note et traduction de Danielle Beitrach)

Lire la suite: Actions contre Cuba

ici aussi :

-----

Le socialisme, la nouvelle hantise de la Maison Blanche !

Un rapport de 72 pages issue de l'administration de Donald Trump dénonce le socialisme et montre clairement sa crainte de son retour populaire dans la gauche étasunienne

Le Council of Economic Advisers (CEA) de la Maison-Blanche a publié un rapport cette semaine sur "Les coûts d'opportunité du socialisme", apparemment basé sur le fait que cela "avec le 200ème anniversaire de la naissance de Karl Marx, le socialisme fait un retour en force dans la politique américaine".

En lisant le rapport, il apparaît clairement que l’administration Trump craint le "retour" du socialisme aux États-Unis, alors que de plus en plus de politiciens de gauche gagnent des places dans la politique du pays.

Les Socialistes Démocrates d’Amérique comptent désormais plus de 50.000 membres. Des politiques socialistes telles que l’assurance maladie universelle, l’éducation gratuite, l’impôt sur les riches et les entreprises sont soutenues par la majorité de la population américaine. L’étude assimile cette montée du socialisme au 200ème anniversaire de Karl Marx, mais elle "oublie" de mentionner la montée du fascisme et des politiques discriminatoires depuis l'élection de Donald Trump en novembre 2016.

Ce rapport est publié juste avant les élections de mi-mandat de novembre, alors que les candidats progressistes montent dans les sondages et gagnent en popularité auprès d'un nombre croissant de personnes. Le CEA a estimé qu'il serait judicieux de recourir à une tactique des années 1950, "la peur du rouge", la "chasse aux sorcières" contre le communisme et les communistes, l'horrible réalité du maccarthysme.

Pour lire le rapport - en anglais - du CEA

article et traduction Nico Maury

-----

-Francis Wurtz : ...La Commission européenne est en train d’offrir aux démagogues d’extrême-droite au pouvoir en Italie le cadeau royal qu’ils espéraient. En exigeant une réduction des dépenses inscrites au budget prévu par Rome pour 2019, et en menaçant de rejeter celui-ci si le gouvernement persistait dans ses projets, l’exécutif bruxellois jette littéralement des millions de citoyens transalpins dans les bras de la coalition politique la plus dangereuse de l’histoire italienne depuis la défaite de Mussolini....

-CumEx Files, nouveau scandale de l'évasion fiscale - Eva Joly - vidéo 16'

-----

celles et ceux qui virent de plus en plus à droite :

-Extrait :....Sahra Wagenknecht, chef du groupe parlementaire du Parti de gauche, a accusé Merkel dans une déclaration mercredi d'être «un canard boiteux à la chancellerie» et s'est plainte «que l'Allemagne ait actuellement un gouvernement incapable de fonctionner». Lors d'un événement la semaine dernière, elle la ouvertement dissociée son parti des manifestations de masse à Berlin et a décrit l’idée de «frontières ouvertes» comme «irréelle et totalement irréalisable».

Ce n’est qu’une question de temps avant que Wagenknecht ne parvienne à un accord avec l’extrême droite. Wagenknecht est une «voix courageuse de la raison», s'est enthousiasmé le chef de l'AfD, Alexander Gaulland, qui a récemment écrit un article dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung, basé en grande partie sur un discours de Hitler de 1933....l'article entier :

-StreetPress : Le 10 octobre dernier, Carole Bureau-Bonnard, vice-présidente de l’assemblée nationale (LREM), et le député Jean-Baptiste Djebbari (LREM) ont dîné à l’ambassade du Soudan avec l’un des principaux responsables du génocide au Darfour, le général Salah Gosh....

La marche des Honduriens, un prélude

Ils sont 7.000 à avoir entamé une marche à pied de plus de 2.000 kilomètres pour tenter de pénétrer aux États-Unis. Hommes, femmes enfants, démunis de tout, ils préparent l’« assaut » dénoncé par Donald Trump qui mobilise 800 militaires pour renforcer la Garde nationale à la frontière afin de leur interdire l’entrée aux États-Unis. Ils viennent essentiellement du Honduras, dont ils fuient la violence et la misère, et espèrent atteindre la frontière américaine dans un mois et demi pour trouver refuge. Pour eux et les 1.500 enfants qui les accompagnent, il n’y a pas de marche arrière.

Continuer la lecture de

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.