Mouais, le mensuel dubitatif, deux ans après ? Mouais ! (autopublicité)

Cher-e-s Mouaiseux-Mouaiseuses, on va trop se vanter. Ok, 22 numéros géniaux et magnifiques. Et maintenant ? Hum, évidemment en tant qu’anarchistes et libertaires sudistes, on ne fait pas ce qu’il y a de plus léger dans l’humilité. Mais que voulez-vous, on y croit et on essaie de tenir le rythme ! Objectif 1 000 abonnées avant la fin de l'année...

Estrosi : "De l'audace, tojours de l'audace, encore de l'audace" Estrosi : "De l'audace, tojours de l'audace, encore de l'audace"
Chaque mois nous concoctons avec les ingrédients du bord, un mensuel différent de presse alternative. - « Bam ! » - « Et ça ne serait pas un peu prétentieux, non plus, comme approche, ça ? ». Et pourtant, on essaie, si si on vous jure, de le faire relativement humblement. C’est-à-dire qu’on n'est pas là pour prendre de haut des supposées lecteurs et lectrices agenouillées ingurgitant nos bonnes paroles comme des mantras haut de gamme supposés améliorer notre karma à toustes. On vous jure que non.


Au contraire (et pas en même temps), ce qu’on tente d’aborder et de co-construire, c’est une autre forme de presse, dont la posture serait horizontale dans la relation entre journalistes et lecteurs et lectrices, avec un idéal à la fois l’un et à la fois l’autre pratiquement d’un numéro au suivant, comme un dialogue permanent entre celles et ceux qui en ont envie. Pour le dire plus simplement, un mensuel PAR-TI-CI-PA-TIF ! « Paf ! » - « Ok, le coup du participatif, on le connaît … deux pages de courriers des lecteurs et lectrices et un peu de poésie new age et c’est bon, on fait du participatif ». Et bien parfaitement pas !

Loin de la dynamique des blogs, des billets d’humeur et des fils de commentaires anxiogènes, ce qu’on aimerait peu à peu dessiner du bout de la plume, enfin des touches de ces satanés claviers d’ordinateur, c’est qu’il est justement urgent de sortir du tout numérique, de retrouver une temporalité propre au papier pour COM-MU-NI-QUER ! Retrouver une possibilité d’échange dans la perspective de finalement nous permettre de matérialiser nos idéaux anti-autoritaires, éthiques et individuels.

C’est-à-dire échanger nos idées, nos imaginaires, nos ressentis, nos réflexions, nos douleurs, nos désirs, nos peurs, etc. Tout ce qu’on peut vouloir échanger au travers d’une liberté de l’information réanimée. Tout cela au travers d’un journal de presse, un mensuel, qui aujourd’hui part de Nice, fait 24 pages, qui pourrait en faire le double et s’attacher aux problématiques locales d’ici et d’ailleurs, tant qu’elles nous concernent ! Parce qu’il est là le fond du fond. On aimerait être concernés par ce qu’on écrit-lit dans nos journaux. Et on souhaiterait que petit à petit, mais le plus rapidement possible, Mouais, le mensuel dubitatif devienne au travers de ces pages, un de nos espaces de pensée et de dialogue, avec « nous » anarchistes, libertaires, « ajoute ton terme camarade » … au travers duquel nous serions toustes des journalistes-lecteurs-lectrices.

C’est donc pour cela, qu’en attendant de rédiger la réponse au débat de la page 415 de Mouais 1312 (mars 2168) sur la nécessité de zones non-spécistes, et de faire répondre nos ami-e-s chats à ce débat, nous vous proposons de nous permettre de poursuivre cette expérience in vivo, en commençant par vous abonner à Mouais, et nous proposer des contenus à publier dans le journal.

On compte sur votre amour pour CriCri qui vous somme de vous abonner. "De l'audace, toujours de l'audace, encore de l'audace", aurait-il déclaré.

Pour vous abonner , c’est ici :www.tinyurl.com/abonnement-mouais

Pour nous signaler votre vive euphorie à la lecture de ces quelques lignes : contact@mouais.org

A très vite, car le temps file. 1 000 abonné-e-s d’ici la fin de l’année, ça serait vraiment une bonne nouvelle… 330 pour l’instant, alors n’hésitez pas plus, ABONNEZ-VOUS À MOUAIS : https://tinyurl.com/abonnement-mouais

Ou par chèque à l'ordre de l'ARMA au 1, rue Spitalieri, 06000 Nice

La rédac du chat noir

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.