Vous êtes en train de créer une nation de fantômes

Emmanuel, j’ai entendu tes annonces hier. Il existe des faits que j’observe de ma petite place de psychologue en plusieurs emplois financés par l’ARS et la protection de l’enfance, donc par nos impôts. Et de cette place forcément moi aussi Emmanuel, je suis inquiète, très. Mais pas pour les mêmes raisons.

Bon je voulais m’exprimer, vaut mieux ça qu’une rage contenue et prête à exploser.

Tout d’abord et pour que les choses soient claires, je ne crois pas que nous allons être contaminés à notre corps défendant par des nanoparticules, ni que le COVID soit une invention destinée à faire allégeance à Bill Gates, et ni que celui-ci soit le prêtre suprême d’une secte pédo-sataniste.

Ceci posé et au-delà des croyances, il existe des faits que j’observe de ma petite place de psychologue en plusieurs emplois financés par l’ARS et la protection de l’enfance, donc par nos impôts.

Et de cette place forcément moi aussi Emmanuel, je suis inquiète, très.

Il y a quelques jours, une patiente me parlait de son compagnon qui l’a réveillée en hurlant. Il était pourtant endormi, son cri ressemblait à ceux que l’on pousse lorsqu’on n’en peut plus. Un cri poignant, de l’inconscient qui submerge même le rêve et qui éclate dans le réel, ou plutôt dans la réalité. Quelqu’un qui évacue son trop plein, son trauma.

Le réel selon Lacan (un mec intéressant, si si), c’est l’impossible. Ce qui nous submerge, l’imprévu, le sidérant, le plus jamais comme avant. C’est la mort, le tremblement de terre, le viol, l’attentat, l’accouchement, la tempête, l’épidémie. Et le réel, c’est aussi la trace primaire du trauma. Quand on s’y retrouve de nouveau confronté, il réactive les traces du traumatisme passé, et avec elles, l’angoisse se réveille, avec son lot d’agressivité, de repli, de pulsion de mort, de destructivité, de culpabilité.

Alors Emmanuel, quand tu gères le réel du COVID en nous maintenant sous pression, quand tu persévères à nous infantiliser et à nous prendre pour des cons, quand on est soumis de quinzaines en quinzaines à des décisions qui tombent, sans vraies explications, sans fondement (oui on en parle de la létalité factuelle), quand on soumet l’autre à la hiérarchie du plus fort, on attise le trauma et on joue avec le feu. On persiste à ne pas donner de sens, ce qui pourtant est une clé de la guérison, à jouer avec les mots donc avec le symbolique, et à ce petit jeu au final, Manu, on ne peut que perdre.

Parce qu’Emmanuel avec toutes tes études supérieures, tu imagines bien quand même que cette façon de faire pose question.

Tu veux que je te parle des ados suicidaires qui augmentent de façon exponentielle ? De l’agoraphobie,  de la phobie scolaire, des victimes du confinement, enfants battus et leurs mères, des maladies de peaux, des maux de ventres, des hospitalisations psychiatriques refusées par manque de place alors que la demande explose ? De l’anxiété qui s’enflamme à tel point que tu devrais miser sur les anxiolytiques bien plus que sur les vaccins, de l’ARS qui  demande d’aller bosser même si covidés, alors qu’on doit se balader seuls dehors en plein mistral avec un masque ? Des nourrissons qui apparaissent à la vie, tentant de s’ancrer dans le peu de visage qu’ils peuvent capter ?

Des exilé.e.s, tu ne voulais rien savoir, et pourtant tu vas devoir gérer le tsunami des exilé.e.s psychiques, la catastrophe psychiatrique, une génération à qui l’on apprend de taire son insouciance, et comment crois-tu qu’elle va grandir?

Sais-tu aussi que ta communication, guerrière et alarmiste aura des répercussions ?

Ta pub à la con où la grand-mère succombe sous les baisers de ses proches, est clairement délétère et que le slogan dont ta team « communication pour la plèbe » doit être tellement fière, un truc dans le genre « si j’aime mes proches je ne m’approche pas » est un bel exemple d’injonction paradoxale ! Tu sais qui fait ça, je veux dire structurellement ? Les pervers, figure-toi ! Les pervers sont des experts de la manipulation, de la culpabilisation, de la certitude, et du discours faussé. Et c’est étrange hein, parce que ça te ressemble pas mal, c’est effectivement ancré en toi.

Du coup en tant que névrosée, certes hystérique et un peu obsessionnelle, mais bienveillante tu vois, qui essaye de ramasser les débris, les recoller peut-être, je vais te demander tout simplement de m’aider.

Parce qu’au-delà de ma petite personne y a des millions de gens qui en ont besoin. Arrêtes de nous rendre fous, décales toi un peu, expliques franchement au peuple qu’il doit accepter de ne vivre que pour bosser, sois franc, ça t’aidera pas, mais ils pourront choisir de désobéir, et il vaut mieux ça crois-moi, qu’un pays entier en burn out, une nation entière dont la fatigue psychique arrive déjà au maximum. Si t’en peux plus des gilets jaunes, imagine ce qui va arriver ! Donne des moyens aux hospitaliers, et tant qu’on y est n’oublies pas la psychiatrie, parce que toi-même à la fin t’en auras sûrement besoin !

Ce qui se passe aujourd’hui n’est pas pour moi un désastre sanitaire, car nos médecins, maintenant qu’ils ont compris, vont œuvrer malgré toi pour le contrer... Un désastre économique ? C’était déjà annoncé et bien avant le COVID…. mais attention de ce qui peut advenir d’un vrai désastre psychique.

Vous êtes en train de créer une nation de fantômes, qui n’auront plus qu’un plaisir : celui de vous hanter.

Par Staferla pour Mouais

Abonnements : https://www.helloasso.com/associations/association-pour-la-reconnaissance-des-medias-alternatifs-arma/paiements/abonnement-mouais

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.