Mouais, le journal dubitatif
Journal dubitatif
Abonné·e de Mediapart

97 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 juil. 2022

Ces gens-nous ?

[REDIFFUSION] « On ne peut pas avoir un gouvernement qui prétend lutter contre les discriminations que nous subissons et une ministre qui s'autorise à dire ça », explique le secrétaire général de Stop Homophobie après les propos de Cayeux sur nous, ces-gens-là. Mouais. Un gouvernement qui lutte contre les discriminations ? La blague : Caroline est ici chez elle, et elle est franchement une des moins pires.

Mouais, le journal dubitatif
Journal dubitatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quand je regarde la photo des membres du gouvernement, je me dis que malheureusement je n’ai aucun ami parmi « ces gens-là », aussi je n’écoute pas forcément ce qu’ils disent dans les médias. Par exemple, si Darmanin conseillait dans Santé Magazine un baume apaisant à appliquer sur un œil crevé ou une main arrachée, il n’aurait pas mon attention. Alors, quand une amie m’appelle pour me demander : « ça va, tu n’es pas trop heurté par les propos de Caroline Cayeux ? », j’ai un temps de latence « heu non, pas du tout, mais qui c’est ? »

Donc une ministre macroniste (normalement j’arrête là mes recherches en soupirant), chargée des Collectivités territoriales, bardée de ses décorations d’Officier de la Légion d’honneur, Officier de l’ordre national du mérite et Officier des Arts et des Lettres, a déclaré il y a presque 10 ans (ouais, pas frais le scoop) que le Mariage pour tous serait un dessein contre la nature. Punaise, quelle violence ! Bah, à l’époque, des propos de cette finesse on en a dégusté pendant des mois (merci Taubira et la hollandie d’avoir laissé traîner les « débats »). Et puis, elle a raison quelque part, le mariage est en soi contre-nature, dicté par des préceptes de droite d’accumulation des richesses : chez les Grecs et les Romains, le mariage consistait déjà à signer un contrat entre deux familles pour en préserver l’héritage. Puis les institutions religieuses ont déterminé plus de modalités à respecter, notamment le fait qu’on ne puisse pas marier deux personnes de même sexe. Faut pas oublier que pour toutes les religions, nous-ces-gens-là sommes une abomination. Caroline n’a pas été particulièrement virulente, et même si elle soutenait les Manifs pour tous, elle n’a jamais défilé avec une croix géante traînée derrière elle.

Mais ce qui fait bondir toute la presse qui ne bosse pas (sujet facile, pas la peine de faire beaucoup de recherches, la preuve, en dix minutes je ponds un article !), c’est que Caro a déclaré à la télé avoir des amis parmi « ces gens-là ». Ouahou, insulte suprême, pétition d’élus de gauches, lettres ouvertes, dépôts de plaintes par les associations qui luttent contre l’homophobie (ou la « LGBTQIA+phobie », terme repris par nombre de journaux et dont le sens échappe un peu au lecteur). Clairement, Caro ne supporte pas l’idée que des couples homos puisse adopter ou avoir des enfants, c’est ça qu’elle trouve contre-nature, pas le fait qu’on s’encule ou se léchouille, ça à la limite elle aimerait peut-être essayer, mais je digresse. Un papa, une maman, voilà, basique. Et elle a le droit de le penser ! Après tout, cela aurait été bizarre qu’elle change radicalement d’avis en dix ans. On la verrait mal à la Pride sur le char des Gouines Féministes Vélocipèdes !

Pour tout dire, le mariage ne m’attirait pas trop à l’époque, un « caprice » (dixit Caroline) qui ne me titillait pas, jusqu’à ce qu’on me refuse le droit à un congé exceptionnel (mort de ma belle-mère) car je n’étais que pacsé, et non marié. Donc, ce nouveau droit, ben je l’ai pris. Hop, mariage. Merci François Hollande (là je m’étrangle un peu). Ce que je retiens essentiellement de cette époque, c’est que le parti de Caroline a contribué à banaliser, au sein même de l’Assemblée nationale, les rapprochements entre homosexualité et pédophilie, viol, zoophilie, narcissisme, polygamie, décadence… et expériences transgéniques. Et je me demandais, en visionnant les débats que je suivais assidûment, si j’allais bientôt copuler avec un animal moi aussi, avec un ours par exemple (« bear » dans le milieu) et si j’allais bientôt devoir violer un polygame.

Du coup, « j’ai beaucoup d’amis parmi ces gens-là » c’est plutôt mignon, c’est l’amie noire de Nadine Morano, c’est édifiant de bêtise et d’ignorance d’accord, mais c’est du pipi dans un bénitier par rapport au reste, et puis elle dit qu’elle nous tolère maintenant, même mariés, ce qui est une avancée notable. « J’ai toujours dit que la loi, si elle était votée, je l’appliquerai » nous explique-elle en authentique républicaine, et c’est tout ce qu’on lui demande non ? Quoi ? Et de fermer sa gueule au lieu de dire des énormités ? Oui, aussi. Mais y a-t-il réellement matière à un dépôt de plainte pour « injure publique envers un groupe de personnes en raison de leur orientation sexuelle par une personne dépositaire de l’autorité publique » ? Au moment même où son patron assume les Uber files et la haute trahison que cela constitue (en favorisant Uber au détriment de l’intérêt général) dans l’indifférence des pantins qui lui servent la soupe lors de l’entretien du 14 juillet.

« Mes propos ont blessé nombre d’entre vous. Je les regrette profondément, ils étaient naturellement inappropriés. L’égalité des droits doit toujours être une priorité de notre action » a-t-elle déclaré depuis, et elle a envoyé des courriers d’excuses aux assos LGBT. Que demander de plus ? Qu’elle pense différemment ? Regardez son CV, d’où elle vient, son parcours, son héritage, elle a toujours été fidèle à ses convictions, il n’y a là aucune surprise. « On ne peut pas avoir un gouvernement qui prétend lutter contre les discriminations que nous subissons et une ministre qui s’autorise à dire ça » explique Terrence Khatchadourian, secrétaire général de Stop Homophobie. Mais où est-il allé chercher que ce gouvernement lutte contre les discriminations, contre les violences sexistes et sexuelles, contre l’homophobie ? Trois ministres Manifs pour tous (Gérald Darmanin, Caroline Cayeux et Christophe Béchu), deux nouvelles plaintes pour viol déposées contre la secrétaire d’État  Chrysoula Zacharopoulou, les affaires Darmanin, Abad… sans parler de toutes les lois sécuritaires visant les musulmans. Un gouvernement qui lutte contre les discriminations ? La blague : Caroline est ici chez elle, et elle est franchement une des moins pires.

La moins pire en comparaison de ses collègues de l’UMP en 2013 dans l’hémicycle (citations en vrac) : « On franchit les portes de l’éthique… pourquoi pas le clonage façon Raël… il va bientôt être interdit de parler de père et mère… orwélien… c’est pas un triangle rose mais un triangle noir avec l’inscription SOS danger… méditons en ce jour du seigneur… pourquoi le principe de précaution envers le maïs transgénique ne devrait pas s’appliquer à ce projet de cette loi… l’âme de ces enfants sera chamboulée… pour moi c’est un crime… qu’est-ce qui empêche deux hommes et trois femmes de se marier… je fais mieux le poulet au champagne que toutes les femmes que j’ai connues… suicide de la société… saccager la vie d’enfants… possibilité d’engendrer un animal à partir de deux animaux du même sexe… fabriquer des utérus artificiels… enfants en solde… création de deux humanités… Las Vegas du mariage… la France ne peut pas accueillir tous les fiancés du monde… tourisme matrimonial… des homosexuels issus de pays étrangers pourront se marier chez nous… décadence de notre société… des enfants que vous allez brûler… ».

L’homosexualité est donc contre-nature oui ! Contre une nature bigote de droite, consanguine socialement (voire génétiquement hein, coucou Christine B.), contre une nature discriminante, voire violente envers les femmes, contre une nature raciste et homophobe. À moins que… attends une seconde, j’ai une révélation : ce sont ces phantasmes et pensées réactionnaires qui s’avèrent être contre-nature ! Une sorte de nécrose, une pensée mortifère qui va à l’encontre des pulsions de vie. Quoiqu’il en soit, Caroline n’est pas isolée, même si ses collègues la critiquent dans les médias, il est à parier qu’ils se battent pour lui offrir un café à la buvette, la félicitant tout en discutant des meilleurs films de Delon et Bardot. Faut vous dire, Monsieur, que chez ces gens-là, on n’pense pas, Monsieur, on n’pense pas, on prie.

Par Bob

Article exclusif pour la version en ligne de notre journal, mais n’hésitez pas une seule seconde, abonnez-vous au papier : https://www.helloasso.com/associations/association-pour-la-reconnaissance-des-medias-alternatifs-arma/paiements/abonnement-mouais

Montage de Bob pour Mouais

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Conjoncture
Le lien brisé entre emploi et inflation
Notre premier épisode sur les mirages du plein emploi: pourquoi l’embellie de l’emploi ne permet-elle pas une hausse des salaires réels ?
par Romaric Godin
Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal — Écologie
La sécheresse fait craquer de plus en plus de maisons
Depuis 2015, les périodes de sécheresse s’enchaînent et affectent les sols argileux. Plus de 10 millions de maisons en France sont sur des zones à risque et peuvent se fissurer. Un enjeu à plusieurs dizaines de milliards d’euros pour les assurances.
par Daphné Gastaldi (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine