Mouais, le journal dubitatif
Journal dubitatif
Abonné·e de Mediapart

104 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 sept. 2022

Mouais, le journal dubitatif
Journal dubitatif
Abonné·e de Mediapart

Marche blanche pour Zied, tué par un policier

Dimanche 18 septembre s’est élancé du boulevard de la Madeleine, à l’ouest de Nice, la marche blanche en hommage à Zied, tué par la police le 7 septembre dernier, au volant d’une voiture. Les contours du drame sont encore flous. Pour l’instant seul le récit policier émerge du flot médiatique, pourtant déjà démenti par la diffusion d’une vidéo le lendemain des premières déclarations.

Mouais, le journal dubitatif
Journal dubitatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Environ 200 personnes sont présentes ce dimanche matin, à 11 heures, devant l’immeuble où résidait Zied, boulevard de la Madeleine. De ce quartier populaire de Nice, s’élance silencieusement la foule, vêtue de T-shirts blancs avec inscrit en lettre noires « Justice pour Zied, un ange parti trop tôt », direction le Palais de justice. Dans le cortège, ses voisins, ses amis, sa famille, mais aussi quelques figures politiques locales de gauche. Colère froide et tristesse contenue se dégagent des rangs. On discute ça et là des mensonges proférés à l’encontre de Zied, de la non-nécessité du tir, et de l’indécence après sa mort. Il a été dit que Zied était arrivé en France il y a un an. Premier mensonge. Zied a grandi à la Madeleine, comme nous l’explique l’une de ses amies d’enfance à la pancarte exhaustive : « En France, la peine de mort a été abolie en 1981. Sauf pour les refus d’obtempérer et encore moins pour les enfants issus de l’immigration ».

Les organisateurs et organisatrices de la marche respectent scrupuleusement le protocole et invite régulièrement les manifestants à rester sur la chaussée. La « mama », comme elle est appelée affectueusement par les proches de Zied, est placée en tête de cortège et chacun est sommé de rester derrière elle. La marche est agrémenté de quelques « Justice pour Zied », de temps à autre.

Arrivés au Palais de justice, quelques prises de parole rappellent qu’on ne doit pas mourir pour un refus d’obtempérer. Des ballons blancs sont lâchés dans l’air, et les pancartes sont déposées sur les grilles du Palais de justice. Les participants, émus, expriment aussi leur fierté d’avoir été nombreux à rendre hommage à leur ami, avec un cortège diversifié (voir vidéo ci-dessous). Et qu’il faudra ensuite soutenir la « mama ».

Frédéric Rodriguez, coach sportif, l’un des organisateurs de la marche, tient à remercier le préfet Bernard Gonzalez de ne pas avoir cédé aux pressions politiques, ainsi que les policiers qui ont encadré la marche dans ce moment de tension. Il invite ensuite chacun et chacune à se disperser dans le calme, sans créer d’effet de foule. Ils entendaient rendre un hommage irréprochable. Cela fut le cas.

Place désormais à la justice pour déterminer le déroulé exact des faits, et potentiellement réparer le préjudice causé à la famille endeuillé, constituée partie civile et représenté par Maitres Guez Guez et Elhamamouchi.

Texte, photos et vidéos par Edwin Malboeuf pour Mouais (soutenez-nous, abonnez-vous : https://www.helloasso.com/associations/association-pour-la-reconnaissance-des-medias-alternatifs-arma/paiements/abonnement-mouais)

Reportage vidéo de la marche :

Mouais : Zied B, tué par la police : Marche blanche le 18 septembre © Mouais, le mensuel dubitatif... Quoique

Rappel des faits :

Le mercredi 7 septembre, Zied Bensaïd conduisait sur la voie Mathis, avec un passager à son bord. La voiture est signalée comme ayant une conduite dangereuse. Il est pris en chasse par la police et est rapidement coincé à la sortie de la voie Mathis. L’un des policiers sort son arme, met en joue Zied, et fait feu sur la vitre du conducteur. Le tir est mortel. Comme toujours, le récit policier qui suit invoque immédiatement la légitime défense, son intégrité physique étant mise en jeu. Dès le lendemain, une vidéo prouve le contraire. La procédure devra déterminer le détail des faits. Un drame qui rappelle l’importance de la « sous-veillance » citoyenne, pour contrebalancer le narratif policier. Dans tous les cas, pour les infractions routières, il existe le relevé de plaque, et non la peine de mort.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Comment dire « non au fascisme » est devenu inaudible en Italie
La victoire du post-fascisme n’a surpris personne en Italie, où l’extrême droite s'est installée dans le paysage politique et médiatique depuis des décennies. Le « centre-gauche », impuissant et sans repères, porte une lourde responsabilité dans cette banalisation. Aujourd’hui, seules quelques rares organisations de jeunesse tentent de bousculer l’atonie générale qui s’est emparée de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk