Mouais, le journal dubitatif
Journal dubitatif
Abonné·e de Mediapart

97 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 juin 2022

A Nice, évacuation de sans-abris pour faire plaisir aux touristes

Les sans-abri dérangent à Nice. Surtout lorsqu’ils sont toxicomanes. L’été arrive, les touristes avec. Ils emprunteront cette montée menant au musée Marc Chagall dont il faut dégager la vue semble-t-il. Des sans abris ont été délogés ce matin du pont sous lequel ils étaient, sans proposition alternative, avec pour justification un réaménagement de l’espace vert.

Mouais, le journal dubitatif
Journal dubitatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il est 8 heures ce vendredi 17 juin. Coincées sous le pont de la voie rapide, juste au dessus de la gare des trains de Nice-Ville, cinq personnes dorment encore. Cela fait plusieurs mois que Marine et ses quelques compères sont installés ici. Sur proposition d’Eric Ciotti en personne selon elle à l’époque. Mais hier soir, veille de fin de campagne pour le second tour des législatives, et pour procéder à des travaux de réaménagement de l’espace, la mairie a décidé qu’ils devaient partir. Où ? Aucune idée, et ce n’est pas le problème de la mairie (si). Celle-ci sait parfaitement par ailleurs qu’ils déplacent le problème plus qu’ils ne le règlent.

C’est la politique estrosiste : cachez cette misère que je ne saurai voir. A peine leur a-t-il été donné un papier signifiant l’interdiction de « bivouaquer », avec un certain nombre de lieux proscrits correspondant plus ou moins à l’entièreté de la ville. L’un des agents municipaux explique qu’il existe des solutions avec les accueils de nuit. Peut-être fait-il mine de ne pas savoir qu’ils sont tout le temps plein, avec très peu de places disponibles, qu’on y accepte pas les chiens, et qu’il faut quitter les lieux dès le matin après le déjeuner.

Photographie de Edwin Malboeuf pour Mouais

Plusieurs services municipaux sont mobilisés ce matin donnant une impression de disproportion face à ces cinq personnes : espaces verts, cellule squats, agents de propreté de la voirie, une dizaine de policiers municipaux. Même un élu, Franck Martin, 21ème adjoint au maire, délégué aux commerces, aux marchés, à l’artisanat, et au territoire Hauts de Nice arrive avec sa Tesla, et vient serrer quelques mains. D’après nos sources, c’est la « pollution visuelle », qu’entraînerait ces personnes toxicomanes à la rue, qui a motivé le délogement du début de cette montée, l’avenue Biassini, pour aller au musée Marc Chagall. Un chemin fortement emprunté par les touristes ayant commencé à débarquer en masse sur la Côte d’Azur. Et auxquels il faut donc masquer cette misère sociale.

Aucune solution, aucune prise en charge, aucun contact autre que celui de la demande de déguerpir. Et encore. D’après Marine, notre présence ce matin a sans doute poussé les équipes municipales à plus de mansuétude qu’à l’accoutumée. Avant notre arrivée sur les lieux, c’est à la sirène qu’ils les ont réveillés. Et d’ordinaire, selon Marine c’est brimades, insultes et blagues. Qui n’ont tout de même pas manqué finalement (voir la vidéo en fin d’article).

Par ailleurs, policiers et agents municipaux n’hésitent pas à venir nous intimider en nous expliquant qu’il est interdit de filmer, et que si nous diffusons, ils porteront plainte.

Photographie de Edwin Malboeuf pour Mouais

Nice, village Potemkine

Après avoir attendu sagement une heure que les résidents trient leurs affaires et les déplacent sur le trottoir d’en face, les policiers commencent à s’impatienter. Ils finissent par venir enfin leur parler pour la première fois et invitent les agents de nettoyage à venir procéder à l’évacuation des affaires restantes dans le camion benne. En une heure, le site est nettoyé. En face, les nombreuses valises et affaires du groupe de sans abri s’est amoncelé. Probablement qu’elles resteront là, et que Marine et les autres se seront seulement déplacés de quelques mètres. Une opération vile et absurde, aux frais du contribuable, dans l’unique but de dresser un décor Potemkine pour touristes argentés et riverains allergiques à l’empathie.

L’après-midi, après être repassé, des arbres, un terrassement et des tuyaux d’arrosage avaient déjà été installées. Une efficacité et un savoir-faire niçois redoutable dans l’ignominie. Nul doute, que bientôt, spécialité locale, des grilles et des caméras suivront. Il ne faudrait pas que le touriste, sur sa balade estivale le menant au musée Chagall, puisse remettre en question l’image lisse et dorée de Nice qu’on lui a vendu.

Photographie de Kawalight

Photos, texte et vidéo par Edwin Malboeuf pour Mouais (soutenez la presse libre, abonnez-vous ! https://www.helloasso.com/associations/association-pour-la-reconnaissance-des-medias-alternatifs-arma/paiements/abonnement-mouais)

La vidéo :

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel