Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

1213 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 sept. 2018

Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

«Encore un Mouloud»

Vol de sac dans un bar. Acte banal de nos jours. Nul buzz à engranger sur sa page FB. Cette fois l’internaute victime du vol à mis en ligne la vidéo du bar. L’homme est indéniablement un vrai pro. Mais l’internaute, fou de colère, n'a pas admiré le grand spécialiste. Pour lui, pas un Arsène Lupin du vol de bistrot. Juste «Ce fils de p*te qui m’ a volé mon sac…»

Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

VOLEUR DE BICYCLETTE - Extrait © editionsmontparnasse

        Vol de sac dans un bistrot. Acte banal de nos jours. Pas un scoop. Ni de buzz et pouces levés à engranger sur sa page FB. Cette fois l’internaute victime du vol à mis en ligne la vidéo du bar. L'action en différé. L’homme est indéniablement un vrai pro. Très au point et sûr de lui. Mais l’internaute, fou de colère, n'a pas admiré le grand spécialiste. Pour lui, pas un Arsène Lupin du vol de bistrot. Juste « Ce fils de p*te qui m’ a volé mon sac…. ». Une colère naturelle. Mais première fois que je vois un volé faire un gros plan sur son voleur. Le bar ayant mis apparemment à sa disposition les vidéos des écrans de contrôle. La réaction de cet internaute  peut interroger. Et même être critiquable. Après tout, chacun sa manière de réagir. A propos de réaction, je vais lire celle des tweeters. Les commentaires donnant souvent la température de notre époque. Plutôt fébrile ce siècle à peine majeur.

     Raciste. L’un des premiers commentaire est une accusation de racisme. Ironie ou réelle accusation ? Une autre accusation du même genre un peu plus loin sur le fil des échanges numériques. Le voleur est apparemment d’origine maghrébine. Réaction étonnée de la victime sans doute mécontente d’être taxée de raciste. Il n'a fait aucune allusion au faciès de son voleur. Pour le type qui vient de se faire chourer son outil de boulot, l’origine de son voleur est juste «Fils de pute ». Pas plus, pas moins. Une colère banale et un coup de gueule contre un voleur, pas la mise en accusation de toute une population aux mêmes traits que le coupable du vol. Rien de nouveau dans l'accusation express très en vogue à notre époque. Critiquer un arabe est évidemment du racisme ou de l’islamophobie. Remettre en cause une femme obligatoirement du sexisme. Critiquer un juif ou l’État d’Israël est une position antisémite. Désapprouver les agissements d’un homo relève de l’homophobie. Faut raison garder. Ne pas crier au loup à chaque fois pour rien. Essayer de tourner sept fois la souris dans sa main avant de balancer l’anathème cloueur de débats. Éviter de tout mélanger. Surtout que des loups, de vrais, sortent de plus en plus en meute un peu partout en Europe et sur la planète. Certains aux cranes rasés, d’autres aux cerveaux lavés par des intégristes religieux et souvent la télé-réalité. Je laisse donc cette accusation de racisme infondée et continue mon chemin virtuel.  Que des échanges habituels concernant ce genre de sujet. Jusqu’à trois mots. Un commentaire lapidaire. Sans la moindre  explication.

    Encore un Mouloud

       Aussitôt je me connecte à mon appli à questions. A quel Mouloud fait-il référence ? A celui entendu le matin sur les ondes de France Inter. N’ayant pas la télé, je en connaissais cet animateur que de nom. Pour découvrir un voix et un univers fort intéressant. Grande subtilité de sa part de terminer par «La fêlure » une émission sur la mélancolie. Pas sûr que que ce commentateur lapidaire l’ait écoutée. Sûrement un autre Mouloud qui a motivé son commentaire. Mouloud Feraoun ? Le grand écrivain auteur notamment du superbe « Le fils du Pauvre». Un footballer prénommé Mouloud. Le comédien Mouloud Rozen ? Je cherche sur le net de qui il veut parler. De moi ? Çà m’étonnerait car ma visibilité réelle et virtuelle est très réduite. En plus, je n'ai rien piqué de mon existence. Pas tout à fait vrai. Ce serait oublier les magazines littéraires que me livrait chaque mois mon pote responsable de la bibliothèque du lycée. " Que toi qui lit ce truc là." Une collection éparpillée au gré des rencontres. Toutes ces digressions ne me dévoilent pas qui est réellement ce « encore un Mouloud.». Et si c’était un total inconnu ?

       L’enquête continue. Son épicier du coin le dépannant en beurre le dimanche soir pour faire des crêpes aux gosses? L’infirmier venant de faire une piqûre pour calmer les douleurs de sa mère hospitalisée ? Le jeune athlétique courant après le camion poubelle en bas de sa rue ? Un pompier éteignant le feu de bagnole des jeunes cons de la cité d’en face ? Le prof de français de son fils ? Le juge Mouloud qui vient de mettre en examen un financier véreux ? Le serveur du bar du coin ? Que de probabilités. Ça va être très difficile de trouver. Mais quel idiot je fais. Pourquoi ne pas y avoir pensé plus tôt ?  Bien sûr que je sais qui est ce Mouloud. Cet encore Mouloud. C'est le type qui a chouré son portable pendant qu’il faisait ses courses au supermarché. Un basané dont il n’ a vu que très brièvement le visage et le dos. Comment nommer ce voleur qui s'enfuit à toutes tennis ? Il a besoin de mettre un prénom sur ce dos. L'identifier.  Abattu et  en colère comme dans " Le voleur de bicyclette" ?

       Lui a opté pour Mouloud comme certains diraient Martin ou Dupont. Un classique raccourci, très souvent emprunté par manque de temps pour penser plus loin que sa colère. Mais peut-être qu'il avait raison : son voleur se prénommait Mouloud. Le voleur du bistrot pouvant aussi se prénommer ainsi.  Bien sûr que certains voleurs portent ce prénom. Tous les Mouloud ne sont évidement pas des saints. Parmi eux des individus non recommandables. Certes des Mouloud. Mais avant tout des fils d*e Pute. Même si c’est insulter les putes et leurs enfants que de les comparer à de minables voleurs de proximité. Alors que d’autres le font à plus grande échelle. Des Mouloud, Francois, Vincent, du gang du CAC 40 et de l'évasion fiscale. Des malins, fort bien assistés, qui sont très rarement pris la main dans le sac. Contrairement aux gagne-petit tel ce voleur de bar filmé en direct. En général les petites mains du vol finissent toujours par être appréhendées. L'internaute en colère retrouvera-t-il le contenu de son sac ? Nous lui souhaitons.

    Un Mouloud peut en cacher un autre.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine

La sélection du Club

Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER