Mouloud Akkouche

Auteur de romans,nouvelles,pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...

Sa biographie
Fictioréalités au fil de l'actualité
Son blog
212 abonnés En vrac
Voir tous
  • Élections, piège à immigrés

    Par
    C'est reparti pour un tour. Des décennies de la même chanson.Les paroles et les interprètes plus ou moins différents d'une élection l'autre. L'immigré se retrouve toujours coincé. Alors qu'il ne voudrait pas grand chose. En tout cas pas plus,ni moins,que la majorité des individus de ce pays. Qu'on lui foute la paix.Et qu'il puisse être un jour «urnes out ». Ne plus être un enjeu d’isoloir.
  • Usé jusqu'à l'autre

    Par
    La fatigue comme papier peint des quartiers populaires. Présente surtout dans les regards. Même les silences semblaient usés. L'air chargé d'une fatigue ambiante. Le bus emportait des corps éreintés de la veille pour les redéposer au même endroit lesté de la fatigue du jour. Un manège qu’il regardait avec ses yeux de gosse. Comme figurant d’un théâtre à ciel ouvert.
  • Honte sur un plateau

    Par
    Honte et haine en plein réfectoire du collège. Double h sur mon plateau. Première fois que j'ai aussi honte. Mes parents me mettent encore une fois dans la merde. Pourtant ils essayent plein de trucs pour que ça aille moins mal. Je leur en veux quand même. Pourquoi y m'ont fait venir dans ce putain de monde ? J'ai rien demandé. La planète pouvait se passer de moi. Et moi de la planète.
  • Mobile de rêve

    Par
    Un large sourire aux lèvres. Elle a réussi à les vendre. Rapidement et à un bon prix. Elle est très heureuse.Grâce à cette transaction, elle va pouvoir rembourser toutes ses dettes. Sortir enfin du rouge et voir venir. Pouvoir respirer quelque temps. Et il lui restera assez pour s'acheter un smartphone. Si longtemps qu'elle fantasme sur ce téléphone. Son rêve dernier cri à portée de main.
  • « Pas d'étrangers sur la planète »

    Par
    La phrase est inscrite noir sur blanc sur son T-Shirt. Celui d'un nonagénaire très souriant. Il traverse lentement la gare. Utopiste, hors sol, problèmes d'intégration, terrorisme, les réfugiés, grand remplacement...Certaines bêtes cathodiques auraient sorti leurs crocs en le croisant. Sans doute un nanti à côté de la plaque de la réalité. Quel naïf.