Mouloud Akkouche

Auteur de romans,nouvelles,pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...

Sa biographie
Fictioréalités au fil de l'actualité
Son blog
190 abonnés En vrac
Voir tous
  • Imperfection

    Par
    Trop subtil pour être parfait. Certains tentent d'y parvenir.Une gageure dans notre époque où le désir de perfection est une injonction permanente ? Comme chez ces trois jeunes étudiants évoquant l’actualité:des gilets jaunes à la couche d’ozone en transitant par le genre.Pesant chaque mot. Avec la trouille de lâcher ce «qui ne faut pas dire». Et d'être accusés de tous les maux.
  • Débat et des hauts

    Par
    Garder le cap dans un monde qui a déjà chaviré. Continuer de survivre en apnée. C’est l’impression que me donne les conversations de début d’année avec certains vieux amis. Mais aussi avec des inconnus. Des «c’était mieux avant»? Même plus le regret classique du paradis perdu. Avant s’est noyé sans réussir à atteindre la rive d’après. Pessimisme ou lucidité ?
  • Loin des yeux

    Par
    Serial killer. J’ai du sang sur les mains depuis des années. Mais personne ne peut le voir. J’opère toujours discrètement. Sans la moindre trace pouvant remonter jusqu’à moi. Un tueur impossible à identifier. Donc in-condamnable. Je peux marcher dans rue en toute tranquillité. Personne ne me traînera menottes aux poignets devant un tribunal. La justice c’est pas pour nous.
  • Steak bleu ou jaune ?

    Par
    Cinq cents people et scientifiques proposent un « lundi vert » sans viande ni poisson. Tandis que des milliers de gilets jaunes manifestent chaque samedi pour défendre leur bifteck. Certains veulent moins de viande dans leur assiette. D’autres rêvent d’en avoir plus souvent. Et de meilleure qualité que celle bas de gamme. Une bonne côte de bœuf républicaine ?
  • Nouvel ami

    Par
    Prendre le temps avant qu’il nous prenne. Il a collé le post-it sur son frigo. C’est sa bonne résolution de début d’année. Avant de sortir et accomplir son geste annuel. Le même rite depuis une décennie, chaque deuxième jour de janvier. Il se gare sur le parking d’un cimetière ou d’un crématorium. Jamais au même endroit. Puis il reste assis dans sa voiture. Qu’attend-il ?