Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

1117 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 avr. 2015

Les cieux: avec ou sans filtre ?

Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Alek Hess

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil. »

René Char

          Certains ont besoin de filtres pour regarder le ciel. D’autres osent le regarder les yeux dans les cieux. Sans crainte, ni attente. Si ce n’est de  la pluie, de la neige, l'espoir du beau temps... Sans croire à la présence d'un quelconque créateur. Avec ou sans filtre, chacun - dans un monde idéal- devrait être libre de son regard. Choisir son point de vue.

 Quelle différence entre ces deux catégories d’individus ? On peut constater que, très rarement dans la longue histoire humaine, les « sans filtre » cherchèrent et cherchent  à imposer leur vision du monde. Pas eux qui, au nom d' un «filtre»,  massacrent ceux qui ne prient pas et ne pensent pas comme eux.  Depuis quasiment des millénaires, des hommes assassinent pour infliger leur manière de voir le ciel.  Nous obliger tous à regarder les mêmes étoiles qu’eux. Asservir notre regard. 

 Fort heureusement, parmi ces « avec filtre»,  la majorité  ne pense pas que sa manière d’être et de voir est unique. Incontournable. Cette majorité accepte de partager le ciel avec des «sans filtre » qui le voient sous un autre angle. Laissant à chaque individu le choix de son interprétation d’une étoile filante ou d’une tempête. Pas prête à aller fouiller dans les yeux du voisin pour vérifier qu’il posséde le bon filtre. Bref, ils foutent la paix  à leurs contemporains. Si tous les croyants pouvaient les imiter, ça ferait des vacances à l'humanité entière.Usée par les assauts répétés des éteigneurs d'étoiles.

 Imaginons un seul instant un monde sans les trois filtres ayant le plus de poids. Combien de morts et blessés aurions nous évités ? Sans aucun doute, des centaines de millions de femmes et d’hommes n’auraient pas été massacrés au nom de ces filtres avec croissant, étoile ou croix.  Des pays entiers pas dévastés par des croisades sanguinaires avec des épées, kalaches ou avions de chasse. Combien d’hectolitres de sang et de larmes non versés?

 Cela dit, un quatrième filtre fait beaucoup de dégâts lui aussi de nos jours. Ses lieux de cultes sont implantés un peu partout sur la planète.   Et ouverts 24H sur 24. Les représentants de ce culte officient avec une souris et un clavier. Leur fatwas numériques peuvent désintgrer  l’économie de toute une région, un pays, et même un continent.  Eux aussi veulent imposer leur ciel.

Une voute céleste détruite peu à peu par la course à l’industrialisation. La couche d’ozone passant après les bénéfices nets de scrupules dans les poches des actionnaires.  Guerre entre autre  du dieu Dollar contre Euro. L’addition réglée en espèces sonnantes et trébuchantes toujours par les mêmes. Rien de nouveau sous le soleil du profit; Un profit à tout prix. Même celui de la destruction de la planète.

 Pas le moment de parler de ce genre de choses, pourrait-on me dire. Critiquer les «avec filtre»  surtout en ce week-end pascal aux  jardins truffés de chocolat. Et avec l'ignoble massacre au Kenya. Pas de jour idéal pour proposer la résurrection du doute. On devrait sans cesse rappeller l'absolue neccessité du doute. Ceux qui ont commis  l'horreur au Kenya ne doutaient pas. Au nom de leur filtre, ils ont massacré des êtres avec une vision du monde différente de la leur.  Les mêmes voulant empêcher la liberté de blaspémer et rire de tout. Des barbares n'ayant qu'un seul objectif: instaurer un ciel unique.

 Toujours d'actualité de rappeler que personne, croyant ou mécréant, ne détient la vérité. Sa vérité appliquée à tous. Non. Juste détenteur de son bout de regard sur les autres êtres vivants et sur notre planète. Sa personne limitée à son passage éphémère sur le plancher des vaches tournant autour du soleil. Pas plus, ni moins. Chacune et chacun trimballant comme il peut son sac de nœuds à ciel ouvert. Sous l’œil impassible des étoiles qui ne doivent pas souvent se marrer à la vue de notre connerie humaine. Elles méritent un meilleur spectacle. À nous de mieux jouer.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema