Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

1213 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2022

Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

Touche pas à mon poème

Quel est ce duo télévisé ? Les deux mâchoires du même piège à cons. Cette phrase lue et entendue ici ou là peut les résumer. L’un nourrissant l’autre. Et inversement. Besoin l'un de l'autre. Que dire de ce spectacle pathétique ? Rien. Il parle de lui-même. Que dit-il ? La parole du vide en langue de néant. Mais grand danger.

Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 «L'épouvantable monde où nous vivons donne le goût de l'isolement et de la fatalité.»

Charles Baudelaire

    «  Il faut reboiser l’âme humaine.»

        Julos Beaucarne

        Quel est ce duo télévisé? Les deux mâchoires du même piège à cons. Cette phrase lue et entendue ici ou là peut les résumer. L’un nourrissant l’autre. Et inversement. Besoin l'un de l'autre. Que dire de ce spectacle pathétique ? Rien. Il parle de lui-même. Que dit-il ? La parole du vide en langue de néant. En fait, on ne devrait pas perdre son temps à regarder ce duo et d’autres dans le même numéro. Ni en parler. Mais ce spectacle est très dangereux.

Inquiétant même. Pas juste deux coqs cathodiques cherchant à tirer la couverture du poste à soi. Ils sont le reflet de ce qui se passe, en direct et en coulisses, dans ce pays. Et un peu partout sur la planète. Une sorte de déforestation mentale. Avec la porte ouverte de plus en plus au pire de l’humanité. Celui qui a mené à de nombreuses « nuits » à travers les siècles. Et ce duo en est un des signes avant-coureurs. L’un des rouages du piège qui est en train de se refermer sur nous. Plus exactement sur notre démocratie.

Ainsi que sur la beauté et l’intelligence. Celles dont nous avons besoin à titre individuel et collectif. Sans elles, à quoi ça sert de continuer d’avancer, espérer, aimer, rêver, construire, douter, rire ; bref : rester vivant. Et debout face à son miroir. Pas devant cet écran de télé qui distille du rance, la haine, et la bêtise la plus crasse. Quand j’ai vu ce duo, je suis resté bouche bée. Incapable de la moindre réaction. Se foutre en colère ? Chialer ? S’en foutre ? J’ai opté pour ignorer et passer à autre chose. La vie est trop courte pour perdre son temps avec la boue cathodique.

Impossible. Je n’arrivais pas à m’ôter de la tête ce spectacle. Comment en sommes-nous arrivés à un tel état de vide ? Arrête de constater et de te poser des questions, me dit une petite voix ; essaye à ton petit niveau de proposer d’autres visions du monde et tenter de remonter le niveau. En commençant par ausculter ton propre vide, ta bêtise, tes impasses. Car, quoi que tu en penses, si ce genre de néant gagne de plus en plus d’espace ; tu y as ta part de responsabilité. Elle a raison cette petite voix. Au lieu de se contenter de constater, de désespérer, de ratiociner, que tout est foutu ; à nous de remettre les mains dans le cambouis. Chacun et chacune à son niveau. Pour réenchanter le monde. Offrir à notre présent et aux jeunes générations autre chose que ce duo de néant. S'élever ensemble.

Le titre de ce billet n’est pas vraiment adéquat. Il y a un mot à changer. Pas mon, mais notre. En réalité, ce duo et les autres participants à ce lamentable spectacle - nuisible à court terme pour la démocratie – sont en train de nous voler un poème. Pour en fait piller toute la poésie de notre pays. Le vider de ce qui fait que c’est encore- pour combien de temps ? - la patrie des lumières. Une patrie avec un cœur et un cerveau qui, même si la tâche est difficile, résiste entre autres à certains écrans vendeurs d'obscurantisme et de raccourcis. Les interdire ? Surtout pas de censure. Chacune et chacun libre de regarder ou non. Que faire alors ? Développer des arguments pour dénoncer la perversité et la dangerosité de certains médias. Tenter aussi-énorme gageure - de faire comprendre aux producteurs et animateurs de ces émissions qu'ils sont en train de pourrir le présent et l'avenir de leurs proches. Attention : vol en cours de la grandeur et de l'esprit de notre pays  !

Que fait la pensée ? Où se trouve notre intelligence ? Urgent de réagir avec nos millions de cerveaux. Quel est ce poème que le vide et le néant veulent nous voler ?


LIBERTÉ
ÉGALITÉ
FRATERNITÉ
SORORITÉ

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal — Gauche(s)
Congrès du PS : l’union avec les Insoumis en pomme de discorde
Derrière Olivier Faure, Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rossignol, trois équipes se disputent la direction du Parti socialiste. Mi-janvier, les adhérents les départageront sur la base de « textes d’orientation » aux stratégies bien distinctes.
par Fabien Escalona
Journal — Gauche(s)
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy