Débat et des hauts

Garder le cap dans un monde qui a déjà chaviré. Continuer de survivre en apnée. C’est l’impression que me donne les conversations de début d’année avec certains vieux amis. Mais aussi avec des inconnus. Des «c’était mieux avant»? Même plus le regret classique du paradis perdu. Avant s’est noyé sans réussir à atteindre la rive d’après. Pessimisme ou lucidité ?

 © MA © MA
      

           Garder le cap dans un monde qui a déjà chaviré. Continuer de survivre en apnée. C’est l’impression que me donne les conversations de début 2019 avec certains vieux amis. Mais aussi en dialoguant avec des inconnus dans les transports en commun ou coude à coude sur des comptoirs. Sombre constat sur le seuil d’une nouvelle année. Encore des «c’était mieux avant»? On ne sent même plus le regret classique du paradis perdu. Avant s’est noyé sans réussir à atteindre la rive d’après. Ont-ils raison ou tort? Difficile de ne pas partager leur diagnostic d’impuissance face à cette confusion contemporaine. Pessimisme ou lucidité ? Sans doute les deux : un mélange implosif. Avec une résignation peut-être plus violente que le reste. Surtout quand elle est mélangée à nos petites ou grandes frustrations personnelles et bien sûr l'usure du temps. Quel est ce cocktail qui ronge de l’intérieur ?

    Paraît que traverser la rue pourrait remplir les poches. Sans aucun doute pour une minorité avec les codes des très bonnes adresses de la capitale. Mais quelle rue traverser pour s’en mettre plein le cœur et la tête ? C'est hors débat. On s’en fout de tout ça. Sois réaliste dans ta hiérarchie des priorités. Remplissage du cœur et de la tête; un désir des uns et des autres souvent occultée par certains marchands de buzz et politiques, qui est néanmoins essentielle et centrale. Même si le fric reste une grande préoccupation pour la plupart des gens. Gilet jaune ou pas. Pourtant quelque chose, par-delà les fins de mois interminables ou le prix à la pompe, me semble plus important en filigrane des colères multiprises actuelles. Colères où se mêlent le pire et le meilleur. Quelle est donc cette importance, pour ne pas dire urgence, qui échappe aux algorithmes et aux communicants ? Elle circule hors du regard des radars et éléments de langage mis en place pour tout baliser. Que demande la majorité des citoyennes et des citoyens ?

   Redevenir important aux yeux de son miroir. Et dans le regard de ses proches. Se débarrasser du sentiment de n’être qu’un pousseur de caddie sous une couche d’ozone crachant ses poumons. Ne pas être considéré comme rien parce que dépourvu de dizaines de milliers de followers. Les «sans vus » à la télé et sur le net veulent être vus au quotidien et peser dans la balance républicaine. Pouvoir ôter sa panoplie étouffante de figurants de bureaux de vote et de supermarchés. Cesser d’être uniquement des machines bonnes à voter -contre les grands méchants carnivores de démocratie- ou payer à tous les sens du terme pour que s’engraissent toujours les mêmes. Le lambda veut se sentir copropriétaire de l’époque. Son époque. Et colocataire d’une planète ouverte aux futures générations. Bref: être acteur à part entière de ce nouveau siècle. Dans une super production républicaine.

     Le fameux quart d’heure de gloire dans une société de nombrilisme numérique ? Indéniable que certaines colères veulent être sur le devant de la scène. Partager son image avec ses proches et le plus grand nombre. Devenir une vedette des réseaux sociaux. Difficile à tout un chacun d’échapper à son époque. Mais l’essentiel me semble être ailleurs que dans cette course à l’image. Même si l’œil du témoin permanent de soi est toujours prêt au fond de sa poche. Ne serait-ce pas plutôt une course à passer de la survie à la vie ? Une vie avec l’impression de pouvoir être utile à soi et aux autres. Profiter de son temps qui passe au coin de sa rue. Sortir de la périphérie de son histoire. Et de celle de son pays. Quelle solution ? Certes plus facile de poser des questions que d’y répondre concrètement.

     67 186 640 millions d’habitants au centre de la République ?

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.