Mouloud Akkouche
Auteur de romans,nouvelles,pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

1020 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 sept. 2019

Cour d'honneur

Rien de plus normal qu'un hommage national. C'est quelqu'un qui œuvré pour les autres.Toute son existence. Bien sûr critiquable. Qui n'a pas commis des impairs dans sa vie? En quelque sorte l'élégance de l'imperfection. Un être qui a beaucoup apporté pour le pays. Notamment pour les classes populaires. Tous ces invisibles broyés par la mâchoire du quotidien. Notre pays peut être fier de son œuvre.

Mouloud Akkouche
Auteur de romans,nouvelles,pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

        Rien de plus normal qu’un hommage national. C'est tout de même quelqu'un qui œuvré pour les autres. Toute son existence. Bien sûr un être critiquable comme chacun d’entre nous. Qui n'a pas eu des ratés ou commis des impairs ? En quelque sorte l'élégance de l'imperfection. Indéniable donc que c’est une personne qui beaucoup apporté pour le pays. Un travail remarquable. Notamment pour les classes populaires. Tous ces invisibles broyés par la mâchoire du quotidien. Certains, même à des postes de responsabilités, ne les oublient pas. Sans condescendance étouffante ni mépris. Une réelle empathie.

        Toute la patrie doit lui être reconnaissante. Les drapeaux en berne des écoles aux mairies en passant par tous les édifices publics. Son visage et ses actes diffusés sur toutes les chaînes de télé. Que les quotidiens fassent leur unes sur une personne exceptionnelle. Merci aux journalistes de transmettre son œuvre aux générations futures. Que, par delà sa mort, perdure sont travail. Un travail qu'il ne faudra pas oublier après les cérémonies. Mais qui sera difficilement résumable en quelques lignes ou en une formule lapidaire sur une plaque. Les bio officielles n'offrant que la partie visible d'une trajectoire. Au fond pas plus complexe que l'histoire d'un être.

     La France républicaine et laïque a pris une grande claque en apprenant sa mort. Difficile d'y croire. Pourtant pas une fake news comme celles qui ricochent sur nos miroirs numériques. Mort. Pas décédé comme on écrit la majorité des journalistes comme s'ils avaient t peur de la vérité. Quand le r se glisse entre le t et le o de mot. C'est fini. Pas de restauration système à un jour ou des années avant la mort. Ni de touche retour pour reprendre l'histoire à tel ou tel niveau comme dans un jeu vidéo. Son regard éteint définitivement. Un regard citoyen. Plus tout le reste parti avec sa mort. Sans oublier son grand sens de l'humour et sa joie de vivre. Une immense perte pour ses proches et notre pays.

         Nombre de citoyennes et de citoyens de ce pays sont encore sonnés par la nouvelle. Non, ce n'est pas possible. Nous sommes là, voyeurs2.0 de son histoire et impuissants. Les bras ballants face à la réalité. Apprise chez soi, au boulot, dans la rue, à une terrasse de café... Les nouvelles ne vont pas plus vite qu'avant. Elles se trouvent juste en permanence au fond de notre sac ou poche. La vie du monde s'annonce avec un frétillement ou une annonce sonore partout où le réseau dispose d'un filet à homo-numéricus. Chaque individu est comme de garde. Des millions d'être au chevet de la planète. Tous sensibles au moindre soubresaut de son époque. Comme celui de sa mort. Une mort très dure à avaler.

       Sûrement que des esprits querelleurs vont pester contre toutes ces cérémonies. Pourquoi un tel concert de louanges ? D'autres ne vont mettre en avant que les aspects négatifs de l'être disparu. Quelle indécence. Pour ma part, je trouve ça tout à fait normal. Indispensable même que celles et ceux ayant sué pour la majorité puissent être honorés. C'est à travers ce genre de communion qu'un pays tout entier se retrouve. Plus de femme, d'homme, d'enfant, de catholique, de juif, de musulman, d'athées, de gauche, de droite, d’homo, d’hétéro, de lesbienne... Toutes les différences fondues en un corps unique. Celui de tout un pays honorant une personne ayant travaillé pour tous et chacun d'entre nous. Plus ou moins directement. Sans justement se soucier des différences des uns et des autres. Avec le même regard sur celles et ceux confiés à sa charge. Son œuvre ne s'arrête pas à sa mort.

       Elle aura aussi des conséquences pour l'avenir de notre pays. Des graines semées dans le jardin de la République qui continueront de germer. La patrie est reconnaissante aux grands hommes. C'est gravé au cœur de Paris. C’est donc un hommage tout a fait légitime. Une minute de silence ? Les drapeaux en berne ? Une cérémonie dans la cour d’honneur des Invalides et sur toutes les chaînes télé ? Je ne sais pas si ce sera assez d'honneur pour son travail. Un travail de fond.

      L’œuvre d'une directrice d'école morte au front.

NB: Texte inspiré de ce tweet de Francis Mizio : "Hé Twitter, help me. Pour un billet, je cherche les dates quand Chirac avait fait marcher un cul-de-jatte, et la fois où avec sa cape et son collant il avait arrêté un tsunami. Et aussi la photo où il plie une carte routière d’un seul coup."

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Libertés publiques
Covid-19 : « Le gouvernement réglemente par protocoles et foires aux questions, une menace pour l’État de droit »
Stéphanie Renard, maîtresse de conférences en droit public, fait le bilan de deux années de crise. Cette spécialiste de l’ordre public sanitaire s’inquiète de la diffusion d’un « droit souple » qui « menace l’avenir de l’État de droit et le principe de légalité », et dénonce un « retour en arrière, vers une vision hygiéniste de la société ».
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille