allah le corona les moutons et ses fidèles

(...) ces pauvres moutons, ah voilà: on y est enfin, je parle bien sûr des moutons à quatre pattes, ces bêtes-là, qu'ont-elles commis comme crime si abominable pour qu'allah leur en veuille éternellement, au point de les punir par millions et par millions chaque année depuis déjà 15 siècles... ça en fait combien de punitions infligées à ces pauvres bêtes (...)

Chroniques de l'absurde

allah le corona les moutons et ses fidèles

plantons d'abord le décor : c'est au maroc, et c'est par ces tristes temps de corona, et c'est l'heure des préparatifs de ce qui est convenu d'appeler, ici en europe, la "fête du mouton"... les musulmans eux, une fois n'est pas coutume, sont plus logiques, ils la nomment  l'aïd el kébir, la grande fête, la plus grande de toutes, et pour cause : c'est celle où l'on se carnivore comme jamais de toute l'année, et toujours elle arrive après la fin du ramadan, un peu comme pour se venger d'avoir été mis à sec (le mieux aurait été de parler de mise à sac, car dans les bons pays musulmans, le ramadan – qui est, d'après allah lui-même, censé être un mois de privations - est en fait le mois le plus dépensier et donc le plus cher de l'année).
en comparaison de l'aïd el kébir, dans la tradition musulmane, même la fête de la naissance et celle de la mort du prophète de l'Islam sont toutes riquiqui, à peine si on ne s'en fout pas, du genre : ah tiens, c'était la semaine dernière... et, soit-dit en passant, quand il était mort, mahomet, personne n'avait prêté attention à lui, il avait été abandonné dans sa maison trois longues journées par une chaleur de désert, laquelle chaleur avait fini par avoir gain de cause sur le cadavre, si bien que ses femmes avaient dû creuser un trou sur place, et l'y enterrer pour mettre fin à leur calvaire... leur calvaire à elles pas à lui, car lui, en tant que le plus préféré de tous au cœur d'allah le très très grand, ici le mot cœur n'est qu'une métaphore, car à ses propres dires, allah n'a pas de cœur, pas plus que d'yeux ni oreilles d'ailleurs (ce qui ne veut pas forcément dire ce que ça peut laisser croire, n'est-ce pas).... mais bon, l'essentiel est qu'en cette heure fatidique où ses épouses suffoquaient, mahomet devait profiter du paradis éternelle (oui oui je fais une faute, chère jeanne, mais sais-tu qu'en arabe le mot paradis est au féminin, et ne trouves-tu pas que c'est plus sexy comme ça, non)... bon, j'ai commis ce péché... euh... cette faute... euh... ce lapsus, pour mieux illustrer l'une des plus belles caractéristiques du paradis d'allah, qui le distingue en mieux des autres pitoyables paradis du dieu des chrétiens et des autres dieux de toutes autres religions dévoyées... en cette heure-là donc où son cadavre commençait à sacrément gêner celles qui le viellaient, je dis celles car les ceux, eux, étaient trop occupés ailleurs, là où ça a de l'importance, la vraie importance : ils s'affairaient à déjà faire au mieux ce qu'ils savaient - et savent toujours - faire le mieux: se déchirer entre eux pour le pouvoir... vous allez encore dire que je suis mauvaise langue en matière de religion, mais tout de même, le plus célèbre des dictons arabes, et les arabes sont célèbres pour parler en dictons, ne dit-il pas ceci : les arabes ne se sont jamais mis d'accord que sur un seul point : ne jamais se mettre d'accord entre eux...
et voilà : ça au moins c'est réglé... je peux donc reprendre le cours de mes déambulations mentales sans avoir à subir de préjugé... je disais donc qu'en cette heure-là que je viens d'évoquer par deux fois, mahomet était déjà à l'abri chez allah, où des milliers de femmes-anges, toujours pucelles malgré le très grand nombre de rapports qu'elles ont sans arrêt pour l'éternité et chacun sait que l'éternité c'est très long - surtout vers la fin, comme disait l'autre - , je disais donc que ces femmes-houries devaient, selon l'islam, s'offrir à la virilité de mahomet - comme à celles de tous les musulmans -, sauf que la virilité de mahomet était largement connue et reconnue déjà de son vivant, et encensée dans des hadiths et autres sources authentiques de la tradition musulmane - pour autant que le mot authentique puisse avoir quelque pertinence en la circonstance, vu que les plus anciens écrits datent d'au moins 100 ans après la mort de mahomet... enfin bref, il est parvenu aux bons musulmans le témoignage de ce bon compagnon de mahomet qui relate que l'envoyé d'allah était plus viril que 30 hommes réunis - hommes arabes de surcroît, ce qui n'est pas rien, comme chacun – ou plutôt chacune- le sait n'est-ce pas - (30, en chiffre c'est plus éloquent, chère jeanne)... laquelle tradition nous rapporte aussi que le messager d'allah le très très puissant avait épousé aïcha, la plus célèbre de sa bonne vingtaine d'épouses (au total) – la limite de 4 ne s'appliquait pas à lui, allah le dit dans le coran, et ce même allah précise d'ailleurs de façon très très menaçante dans ce même coran que les femmes de mahomet devaient rester veuves jusqu'à leur mort, et donc n'offrir leur corps – légalement ou pas – à aucun autre bon ou même très bon compagnon du prophète...
je disais donc que la tradition officielle musulmane rapporte qu'il avait épousé aïcha quand il avait, lui, environ 50 ans, et elle moins de 9 ans (je confirme en lettres pour jeanne, oui : neuf !)

et voilà : je ne sais plus où j'en suis, ni de quoi j'avais l'intention de parler, et encore moins de quoi je dois parler maintenant... pff... c'est toujours pareil, dès qu'il s'agit de ces choses qu'allah a généreusement distribuées aux arabes, je perds la boussole, mon esprit se met à gesticuler dans tous les sens, sans queue ni tête (tiens: là aussi c'est le cas de le dire)... il saute sans cesse du coq à l'âne, à croire qu'il n'y a peut-être aucune logique à tout ça, va savoir...
franchement, que viennent faire ici le coq et l'âne, c'est à en perdre la raison... de quoi je devais parler à la fin, hein... ah oui ça y est, c'est de moutons qu'il s'agit, ça me revient, ça me revient...
oui oui, donc : revenons à nos moutons (ah plus qu'ailleurs, c'est le cas de le dire)... et revenons aussi à ce bon peuple du maroc, et à ce diable de corona...

26f0a5045d0422e3f082f534a1392cf4

mais au passage réglons d'abord cet épineux problème : qui a créé cette épineuse bestiole mortelle (mais attention : mortelle juste pour l'homme, rappelons-le pour ne pas affoler les autres espèces, sinon on risque de s'exposer au pire du pire: le confinement général de tout ce qui vit, hein)... qui l'a créé, hein, mais qui est responsable de tout ça, hein... mis à part les inévitables complotistes – dont beaucoup de bons musulmans, et allah et youtube en sont largement témoins - qui mettent en cause l'homme, on peut aisément imaginer les anges poser la question à allah le très capable de tout, qui est le seul censé avoir tout créé lui-même, sans même avoir l'air d'y toucher, hein... et à vrai dire c'est une vraie question : qui l'a créé, cette saloperie : allah en personne, ou bien a-t-il délégué cette tâche ingrate à son bras droit - ou plutôt bras gauche -, ce vicieux satan qui rumine une haine ancestrale contre tous les bons musulmans, au point d'empêcher un homme et une femme (musulmans, c'est obligé musulmans, parce qu'à vue d’œil ça ne marche pas pour les autres), ce malin satan qui ne peut supporter qu'un homme et une femme (encore une fois musulmans) se retrouvent seul à seule (oh quelle catastrophe) dans une pièce - un bureau de travail par exemple - et croyez-moi c'est mahomet en personne qui l'affirme... et mahomet sait de quoi il parle... je veux dire qu'il sait que satan avait déjà désobéi à allah pour ne pas avoir voulu se prosterner devant l'homme premier, à qui nous ressemblons, nous autres, comme deux gouttes d'eau– ou plutôt comme six milliards de gouttes d'eau. Au passage, je ne sais pas s'il est dans les prérogatives de satan de s'adresser à allah d'une manière ou d'une autre, comme pour le cas du trop malheureux job-sur-son-fumier, histoire de lui montrer une à une ses six milliards de ces images à son effigie : dis-moi un peu mon très très haut, qu'est-ce qui n'était pas bon dans le programme initial pour que ça ait foiré à ce point, hein?

voilà, j'en étais où déjà,  je perds tous les fils inextricables de cette histoire rocambolesque... c'est à se demander si ce vieux abraham n'aurait pas mieux fait de zigouiller son fils, isaac ou ismaël - ou les deux après tout, car qui tue un enfant en tue deux, comme aurait dit l'adage s'il était passé à l'acte quand allah le lui avait réclamé au départ... et pourquoi diriez-vous, eh bien oui, pourquoi et pourquoi hein... si ça se trouve c'était légitime, et si ça se trouve ce n'était pas légitime, va savoir... peut-être que le malheureux allah avait trop de choses à faire, avec toutes ces infinies galaxies qui foutent le camp à toute vitesse et sans le moindre frein pour parer à tout éventuel danger... et qu'avec tout ça à faire face, il ne  savait plus à quel point abraham lui restait encore fidèle, ou pas, lui en ce temps-là le seul homme qui croyait en lui, du moins en lui seul, et du coup il devait le tester... cela dit, n'importe qui l'aurait testé autrement, mais voilà : allah est tout sauf n'importe qui (oh, belle trouvaille, non?), lui il est au-dessus de tout et de tous, lui il sait tout, lui il peut tout... sauf cette fois-là, bizarre non?... la preuve c'est qu'il a changé d'avis in-extermis, au tout dernier moment...
en vérité le plus trivial des raisonnements aurait voulu qu'allah, le très très en tout, eut su d'avance ce qui allait se perpétrer d'injuste, et en particulier ce qui se tramait dans la tête peureuse d'un vieil homme déclinant qui fait des cauchemars en dormant...

en tout cas, ce que j'adore dans cette histoire, c'est que le malheureux patriarche avait failli ne jamais être patriarche de qui que ce soit, car il était sûr et certain que dans son songe c'était bien allah, bien que sous son ancien pseudo juif d'avant l'islam, et non son pervers bras gauche qui était, rappelons-le, hautement capable de se faufiler entre allah et n'importe qui d'autre, comme mahomet en avait fait lui-même la triste expérience en se faisant avoir, lui l'ange gabriel (et peut-être même allah en personne va savoir après tout, car tout indique que personne ne savait rien d'avance dans cette fichue légende)... et d'ailleurs les fameuses sourates - à posteriori dites sataniques, mais d'abord dites divines ça va de soi -, que le rusé satan avait soufflées à l'oreille candide de mahomet, ces sourates étaient restées valides un bon moment avant qu'in-fine allah - et non mahomet - s'en fût aperçu et en piquât une des plus folles colères contre son envoyé... et dieu sait combien allah déverse de violentes colères contre eux à longueur de coran, de bible, et à longueur d'inculture de ses milliards de fidèles, à croire qu'il a une nette préférence pour les obscurantistes...je dis ça comme ça, je fais trop long et c'est stupide de ma part, vu que je ne voulais parler depuis le début que d'un simple point de détail, comme dirait l'autre... mais bon, à la réflexion... oui c'est ça: je dis bien à la réflexion... à tout bien peser, quoi...  je veux dire si l'on veut bien laisser allah de côté, et du coup pouvoir réfléchir sereinement, comme il se doit à un homme de notre temps de raisonner et non pas seulement s'aveugler de croire... si l'on fait tout ça, et donc allah mis à part, on verra clairement  que ce que je dis est somme toute bien réfléchi, raisonnable...

car voici l'argument le plus incisif en faveur de cette thèse : ces pauvres moutons, ah voilà: on y est enfin, je parle bien sûr des moutons à quatre pattes, ces bêtes-là, qu'ont-elles commis comme crime si abominable
pour qu'allah leur en veuille &éternellement, au point de les punir par millions et par millions et par millions chaque année depuis déjà 15 siècles... ça en fait combien de punitions infligées à ces pauvres bêtes, si l'on sait que, de nos jours, il y a environ un milliard et demi de musulmans, après avoir été un milliard, et avant le milliard un demi-milliard, et avant tout ça tout un tas de grands nombres de millions... et ce sur une durée de quinze longs, très longs siècles d'islam... même si les arabes ont toujours le sentiment que c'était seulement hier, ou avant-hier... et en quelque sorte c'est un peu vrai, du moins au vu du résultat, non?

ps : remarque à la bonne intention de l'amie jeanne (et accessoirement pour les autres) : il n'y a pas de majuscule dans la langue arabe

mk, besançon, juillet 2020

vidéo : maroc: marché des moutons (https://youtu.be/iMp7X7DRqa4)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.