mustapha kharmoudi

écrivain

BESANCON - France

Sa biographie
Bio succincte: Mustapha Kharmoudi, né au Maroc, vit en France depuis 1971 (en particulier à Besançon, ville à laquelle il a consacré un roman : Ô Besançon!). Il a occupé de nombreuses fonctions culturelles, en particulier il a été directeur de la Maison de la Méditerranée de Belfort pendant une vingtaine d’années, dont le Président d'honneur était le grand orientaliste Jacques Berque. Il a été par ailleurs militant dans de nombreuses associations en lien avec l'immigration, et à ce titre il a siégé dans des institutions nationales pour l’intégration des populations immigrées. Romancier, nouvelliste, auteur de théâtre et scénariste. Et poète (voir son site : http://kharmoudi.mustapha.free.fr). Romans et nouvelles « L’Autre prophète », roman historique, éditions des Impliqués « Une Amance éternelle », roman, éditions Pierre-Philippe. « Maroc, voyage dans les royaumes perdus », roman historique, éditions L’Harmattan - « La Saison des figues », nouvelles, éditions l’Harmattan « Ô Besançon, une jeunesse 70 », roman, éditions l’Harmattan « Une Petite vie marocaine », roman, éditions du Manuscrit « Le Temps des chacals », roman, éditions du Manuscrit A paraître « J'attendais Anna », roman Poésie de nombreux poèmes ont été publiés dans des revues et portails littéraires Recueil : "D'exil et de peine", éditions Le Manuscrit Recueil : "Vagabondage", idem Théâtre « Mieux vaut l'enfer que la vie parmi vous », éditions Acoria « Ce rien de courant d’air qui fait qu’on a froid », théâtre, éditions Lansman. Texte lauréat de la Scène francophone Internationale « L’humanité tout ça tout ça », théâtre, éditions Lansman. Ce texte aussi a été lauréat de la Scène francophone Internationale. Il a été mise en scène et joué par la Compagnie parisienne Anopee Théâtre pendant 3 ans, avec des critiques unanimes. A paraître : « De l’inculture comme arme absolue contre le capitalisme » - « Souper Saint-Ange », en collaboration avec le metteur en scène parisien Jean-Marie Lehec Cinéma : Participation au film « Fatima « (plusieurs couronnements dont 3 Césars), notamment en tant que consultant (scénario et dialogues), et en tant que répétiteur et traducteur… Co-scénariste (avec Philippe Faucon) du film « Amin », tournage en septembre 2017. « Mort pour la France », scénario docu-fiction « Une petite ville française », co-scénariste (avec Karin Albou), fiction
Son blog
7 abonnés Le blog de mustapha kharmoudi
Voir tous
  • Éloge de l'exil : chapitre 1/13

    Par
    eloge-de-lexil-mk-parc-micaud
    (…) Aussi loin que re­montent mes souvenirs, j’ai toujours été per­turbé par le chaos qui m’entou­rait. Qui m’entoure toujours. Le chaos social, ce qu’on appelle l’état so­cial, par op­position à une vie où la nature offre une pré­sence immé­diate, stable et li­sible (...)
  • L'Âme nomade

    Par
    Et alors un torrent de larmes s'écoule le long de ses belles joues rouges et belles. Et elle dit : (...) Car un homme qui ne respecte pas les bêtes, c'est un homme qui ne se respecte pas lui-même, et un homme qui ne se respecte pas lui-même, c'est un homme qui ne respecte pas sa femme.
  • L'aveuglement occidental

    Par
    Sac de Rome Sac de Rome
    D'où ce constat aussi terrible que blessant : pour s'être suicidée avec le capitalisme, aucune solution ne pourrait venir de la civilisation occidentale.
  • Film ADAM, de Maryam Touzani

    Par
    adam-film
    Alors voilà : une jeune femme marocaine, Samia, quitte son village natal (probablement rural), et s'enfuit avec sa grossesse. Pourquoi? Parce qu'au Maroc, ni la loi ni la religion ni les traditions patriarcales n'autorisent un enfantement hors mariage. Mais jamais au grand jamais, on n'ira faire le moindre reproche au mâle-dominant responsable de ce terrible ravage.
  • Chroniques marocaines : Vive les femmes... marocaines

    Par
    mk-et-asma
    Et elle chantonne, avec une voix qui murmure à peine, comme se sachant sur une terre étrangère. Car les terrasses des bistrots marocains sont la propriété sociale exclusive des hommes marocains, lesquels, de ce seul fait, restent assez attardés. Et vulgaires. Je m'éloigne un peu, et je lui dis que je n'entends rien. Et elle lève la voix.