myriam alderton
En finir avec le service national universel Oui à la décroissance !
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

3 Éditions

Billet de blog 20 janv. 2019

S.N.U et Gilets Jaunes : surtout qu’ils ne se reproduisent pas !

Nul doute que le service national universel (S.N.U)  promis à nos chères têtes blondes va occuper une bonne place dans le grand débat organisé par notre Président

myriam alderton
En finir avec le service national universel Oui à la décroissance !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nul doute que le service national universel (S.N.U)  promis à nos chères têtes blondes va occuper une bonne place dans le grand débat organisé par notre Président, il aurait d’ailleurs tort de s’en priver car s’il n’avait pas prévu la révolte des gilets jaunes, en revanche, il avait bien prévu comment étouffer dans l’œuf tout esprit de contestation ; En installant le S.N.U au sein même de l’éducation nationale et en ciblant les mineurs dès l’âge 16 ans, voire depuis peu 14 ans (gilets jaunes oblige.) (1)

Pour ceux qui n’ont pas suivi, ce «beau projet citoyen» à 3 milliards d’euros par an se met donc paisiblement en place cette année, sous forme «expérimentale»  dans treize départements pilotes. Ce gouvernement  n’étant pas à une contradiction près,  le S.N.U ne sera pas militarisé MAIS la formation des encadrants des jeunes sera confiée à l’armée (Florence Parly BFM TV le 19 janvier 2019.)

Pas militarisé MAIS aussi « dès son arrivée, chaque jeune se verra remettre un uniforme.  Puis chaque matin, après le réveil à 7 heures, les jeunes assisteront à 8 heures à la levée des couleurs et entendront la Marseillaise… » (1)

Devenu l’alpha et l’omega de la citoyenneté façon REM, ce service national universel est sensé redonner  un semblant d’esprit patriotique ainsi que le sens de l’engagement à une jeunesse qui semblerait (encore et toujours) l’avoir perdu.

Christophe Lejeune, député REM de la Haute-Saône  ne s’y est d’ailleurs pas trompé : « La Haute-Saône réunit plusieurs acteurs essentiels pour la mise en place de ce SNU, et compte parmi ses atouts, la présence d’une base aérienne sur son territoire…Nous avons eu une culture du service militaire à l’époque, et même si le SNU n’est pas un service militaire, cette culture fait que nos encadrants sont capables d’accompagner cette préfiguration. » (2)

Ainsi donc,  l’armée va prendre la direction de ce S.N.U au sein de  l’éducation nationale, sans que personne n’y trouve rien à redire.

Passons sur cette soi-disant «expérimentation» prévue dans treize départements pilotes : «Environ 3000 jeunes, garçons et filles, de 13 départements (200 par département) vont être sélectionnés dès le mois à partir de mars 2019 sur la base du volontariat.» (1)

On peut se demander quelle valeur aura une telle expérimentation, durant laquelle les mineurs s’engageront sur la base du volontariat, alors que le SNU a pour vocation d’être obligatoire ? Embrouille et confusion sont de faibles mots dans un tel contexte, il s’agira surtout d’une phase de communication et de propagande du gouvernement, qui n’est pas sans rappeler, la manière dont grand débat se met en place actuellement dans notre pays.  

Dans le S.N.U final donc, ce ne sont pas des volontaires qui participeront à des missions d’intérêt général mais bien toute une tranche d’âge (filles et garçons) autrement dit quelques 800 000 jeunes mineurs qui auront l’obligation chaque année, d’y participer 15 jours durant la seconde phase obligatoire du S.N.U. Ce qui est confirmé par Gabriel Attal secrétaire d’Etat chargé de son pilotage : « L’idée est de les faire participer à la vie de ces structures et de leur faire toucher du doigt une première expérience d’engagement. Ce ne sera pas un stage d’observation » (3)

Qu’en pensent les dirigeants des associations Loi 1901 qui oeuvrent dans les secteurs du social, de l’humanitaire, de l’environnement (et j’en passe) ?

Ont-ils pour vocation d’exploiter de jeunes mineurs sous prétexte de les former à l’engagement ?

A l’engagement à quoi d’ailleurs ?

A servir docilement et gratuitement un système à bout de souffle, qui préfère consacrer 3 milliards d’euros par an à cette mascarade, plutôt qu’à l’enseignement, l’éducation et la formation de tous les jeunes ?

Qui laisse sur le bas-côté tous ceux qui ne peuvent pas suivre ?

Qui par son modèle de consommation et de développement exploite et détruit la terre entière ?

Je trouve les associations bien silencieuses sur le sujet…Un syndicat de salariés du secteur associatif tire la sonnette d’alarme  l’heure est plus que jamais à la mobilisation. (4)

Souvenez-vous, durant le grand débat, vous entendrez surement  le président Macron vanter les mérites du Service National Universel, tant sa principale obsession aujourd’hui est que ceux dont il ne prononce jamais le nom ne se reproduisent pas.

Ceux qui le souhaitent peuvent signer notre pétition en ligne : https://www.change.org/p/oui-a-l-education-a-l-environnement-non-au-service-national-universel

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B