myr

myr

Abonné·e de Mediapart

36 Billets

3 Éditions

Billet de blog 22 avr. 2009

Croquants et craquants

myr

myr

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ils sont croquants et craquants. Un brin piquants, rafraîchissants, et toujours agréables à mettre en bouche. Tantôt ronds, tantôt longs, rosés ou au contraire bien rouges, on les trouve sur le marché, en bottes, ficelés par leurs fanes. Vous l’aurez compris, les temps étant difficiles, je suis partie en quête de radis.

.
Au marché de Brive-la-Gaillarde, un spécialiste ès radis depuis 40 ans, Christian Croisille installe son banc : « Je fais du radis cerise, qui est rond et rouge, et du radis long, rouge à bout blanc, mais cette variété est aujourd’hui moins demandée. A partir de mars, je sème tous les jours et les premières pousses apparaissent au bout de 15 jours. »
Dans chaque botte, 24 radis ramassés à la main sans prendre le temps de conter fleurette : « Je fais environ 80 bottes à l’heure », ajoute Christian Croisille. Mais avant de procéder à la récolte des radis, il faut préparer la terre et dans ce domaine, notre homme est sans appel : « Uniquement du fumier de vache dans la terre ! Je suis anti-produits depuis toujours, j’utilise une méthode naturelle : je stérilise d’abord la terre à la vapeur ».
.
L’école des fanes

Pourtant, le radis a moins la cote dans nos assiettes, confirme Christian Croisille : « Lorsque j’ai commencé, je vendais environ 1800 bottes en une matinée. Depuis une dizaine d’années, les habitudes alimentaires des gens ont changé et maintenant, en une matinée, j’en vends seulement 200... ».
Des habitudes alimentaires qui changent mais aussi, trop souvent, la mauvaise qualité du produit sur certains étalages peut décourager : un radis de bonne qualité doit être cueilli du jour, ferme, lisse, d’une belle couleur et surtout pas creux. Sans oublier qu’un radis qui a manqué d’eau piquera.

.
« Autrefois les gens cuisinaient aussi les fanes, reprend notre spécialiste. C'est rare maintenant, il y en a même qui achètent des radis tout prêts dans des emballages plastique...». Car, dans le radis, tout est bon et les amateurs ne délaissent pas les fanes. Jeunes et fraîchement cueillies, elles se complaisent à agrémenter les salades mais permettent aussi de réaliser soupes, potages et veloutés les plus variés.

.

Avec sa petite tête rougeaude et son tendre feuillage, tout le radis est un plaisir des papilles. A défaut d’oseille ou de blé qui s’avèrent plus difficiles à dénicher en cette saison, optez pour le radis !

* * *

Et aussi, l'édition des PPJ !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal — Industrie
Industrie française : l’attractivité de la rente
Accusé d’être le fossoyeur de l’industrie, Emmanuel Macron entend contre-attaquer : grâce à sa politique, la France aurait retrouvé son attrait pour les investisseurs étrangers. Mais il confond compétitivité-prix et attractivité, qui repose sur des écosystèmes détruits systématiquement par le gouvernement au profit d’un capitalisme de rente.
par Martine Orange
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre