Myriam Martin
Enseignante, syndicaliste, Ensemble Insoumis, Membre de la France Insoumise
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 mai 2019

Pourquoi Christophe Castaner doit démissionner

Après les déclarations mensongères de Christophe Castaner, ministre de l'intérieur, mercredi 1er mai,à propos de la Salpêtrière, après des mois de répressions policières, exigeons sa démission.

Myriam Martin
Enseignante, syndicaliste, Ensemble Insoumis, Membre de la France Insoumise
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il ne s’agit pas d’une lubie personnelle, ni d’une posture politicienne, je laisse cela justement à tous ceux et toutes celles qui ont enfourché le même cheval que Christophe Castaner sur la soi-disant « attaque » de la Salpêtrière, journalistes et dirigeants politiques (y compris jusqu’à Yannick Jadot, consternant!), sans rien vérifier du tout, pensant surfer sur l’émotion que provoque ce type d’information.

Non, il n’y a aucun doute, l’actuel ministre de l’intérieur doit démissionner car il a commis une faute très grave pour un ministre d’état.

Les faits sont désormais connus : il n’y a pas eu « d’attaque » de l’hôpital De La Salpêtrière. Des manifestant-e-s se sont réfugié-e-s au sein de l’hôpital pour échapper aux matraquages et aux gaz lacrymogènes qui saturaient l’air.

Mais pourtant Christophe Castaner s’enfonce dans le déni et le mensonge, expliquant sans rire qu’il reconnaissait, dans sa première déclaration, un problème de vocabulaire, estimant qu’il n’aurait pas dû parler « d’attaque » mais « d’intrusion violente ».

Non, il n’y a aucun doute non plus, il ne s’agissait pas « d’une intrusion violente » mais d’une fuite éperdue des manifestant-e-s.

Sans conteste désormais Christophe Castaner a menti. Et s’il s’est précipité mercredi soir, il avait largement le temps de revenir en arrière et de reconnaître son erreur. Ce n’est pas le choix priorisé, le gouvernement et le ministre de l’intérieur préfèrent parler de « polémique » initiée par l’opposition au pouvoir Macron.

Mais il n’y a aucune polémique, il demeure des faits et un mensonge d’état.

M. Castaner doit donc démissionner :

- parce qu’un ministre de l’intérieur, ministre d’état donc, qui manipule l’information et porte de fausses accusations, ne peut rester en poste,

- parce que utiliser une partie des médias pour tromper l’opinion, est indigne d’un « soi-disant serviteur de l’état ». Il est même extrêmement inquiétant en démocratie, que l’information se transforme en propagande au service de celui-ci,

- parce qu’il y a eu de fausses accusations portées sur des manifestant-e-s innocent-e-s de ce qui leur était reproché,

- parce que l’attitude du ministre n’avait qu’un seul but, utiliser cet événement pour faire diversion et faire en sorte qu’on ne parle pas de la répression policière et de l’impossibilité pour cette manifestation du 1er mai de se dérouler à cause de l’intervention systématique des forces de l’ordre. Il s’est passé à Paris ce qu’il s’est passé à Toulouse le samedi 13 avril dernier. Les manifestant-e-s ont été sans cesse nassés, gazés voire matraqués, dans l’impossibilité la plupart du temps, de former un cortège,

- parce que depuis le début du mouvement des gilets jaunes, et sous la houlette de Mr Castaner, on note une victime, une vieille dame décédée à Marseille, un nombre effroyable de blessés, de mutilés, éborgnés, avec des mains ou des pieds arrachés, un nombre incalculable de condamnations qui en disent long sur le niveau de répression de l’état.

Quand un pouvoir tente de museler les mouvements sociaux, de les discréditer, de les criminaliser en utilisant tous les moyens jusqu’aux mensonges qui compromettent un ministre, il est temps de réagir et d’agir.

Nos droits et libertés fondamentales sont attaqués.

Il est temps que l'ensemble des associations, organisations démocratiques, populaires, syndicales, partis de gauche et de transformation sociale, Gilets jaunes s'engagent ensemble, qu'ils prennent des initiatives pour exiger la démission de Castaner, la fin de la répression et de la criminalisation des mobilisations sociales.

Macron et son gouvernement refusant de répondre à l’urgence sociale, écologique et démocratique, s’enfonce dans une dérive autoritaire.

Notre démocratie est en danger. Il y a urgence.

Myriam Martin, conseillère régionale Occitanie FI


https://www.change.org/p/myriam-martin-conseill%C3%A8re-r%C3%A9gionale-occitanie-france-insoumise-d%C3%A9mission-du-ministre-de-l-int%C3%A9rieur-christophe-castaner  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Conjoncture
Le lien brisé entre emploi et inflation
Notre premier épisode sur les mirages du plein emploi: pourquoi l’embellie de l’emploi ne permet-elle pas une hausse des salaires réels ?
par Romaric Godin
Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal — Écologie
La sécheresse fait craquer de plus en plus de maisons
Depuis 2015, les périodes de sécheresse s’enchaînent et affectent les sols argileux. Plus de 10 millions de maisons en France sont sur des zones à risque et peuvent se fissurer. Un enjeu à plusieurs dizaines de milliards d’euros pour les assurances.
par Daphné Gastaldi (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe