Nadejda Soukhoroukova
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2022

Marioupol, dans cette ville, tout le monde est en train d’attendre la mort

Le 20 mars 2022, 25e jour de la guerre. Quand le bombardement s’arrête, je sors dans la rue. Il faut que je promène mon chien. Il gémit sans cesse, il tremble et il se cache dans mes jambes. Je n’ai plus peur de regarder autour de moi. Deux semaines se sont écoulées et je ne crois plus qu’avant nous ayons pu vivre une autre vie. Par Nadejda Soukhoroukova, habitante de Marioupol.

Nadejda Soukhoroukova
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Témoignage publié initialement ici :  https://www.pravda.com.ua/rus/columns/2022/03/20/7332894/

Le 20 mars 2022, 25e jour de la guerre.  

Quand le bombardement s’arrête, je sors dans la rue. Il faut que je promène mon chien. Il gémit sans cesse, il tremble et il se cache dans mes jambes.

J’ai tout le temps sommeil. Encadrée d’immeubles, ma cour est silencieuse et morte. Je n’ai plus peur de regarder autour de moi.

En face, l’escalier de la maison numéro 105 finit de brûler. Le feu a avalé quatre étages, le cinquième se consume. Le feu crépite dans la pièce calmement, comme dans une cheminée.

Les fenêtres noires calcinées sont sans vitres. Les rideaux carbonisés pendent, telles des langues lambeaux. Je regarde cela calmement, avec un sentiment de condamnation.

Je suis sûre de mourir bientôt. Il ne me reste plus que quelques jours.

Dans cette ville, tout le monde est en train d’attendre la mort. Je désire juste qu’elle ne soit pas trop atroce.

Il y a trois jours, un ami de mon neveu aîné est passé chez nous et il nous a annoncé qu’une bombe est tombée exactement sur la caserne des pompiers. Les pompiers sont morts. Les éclats ont arraché la tête, une jambe et une main d’une femme.

Je rêve que les parties de mon corps restent ensemble, même si une bombe larguée par un avion explose.

Je ne sais pas pourquoi c’est important pour moi. D’autre part, comme les combats continuent, il n’y aura personne pour nous enterrer de toute façon. C’est ce que nous ont dit les policiers que nous avons abordés dans la rue pour leur demander ce que nous devions faire avec le corps de la grand-mère de nos amis. Ils nous ont conseillés de l’entreposer sur le balcon.

Je me demande combien de corps sont ainsi couchés sur les balcons.

Notre maison se trouve sur l’avenue de la Paix : c’est la seule qui n’ait pas reçu directement de bombes. Par deux fois les obus l’ont touchée, les vitres dans plusieurs appartements ont volé en éclat, mais elle n’a pratiquement pas souffert et, à comparer avec d’autres maisons, la nôtre a eu beaucoup de chance.

Le sol de la cour est entièrement couvert de débris de verre, de cendres, d’éclats de matière plastique et de métal.

J’essaie de ne pas regarder l’horreur métallique qui a atterri sur le terrain de jeu des enfants. Je crois que c’est une fusée mais peut-être est-ce une mine. Cela m’est égal, c’est juste désagréable. Dans la fenêtre du deuxième j’aperçois un visage et je frissonne. Je me rends compte que j’ai commencé à avoir peur des gens vivants.

Mon chien se met à hurler et je comprends que bientôt ils vont recommencer à tirer.

Je suis dans la rue en plein jour et un silence de mort m’entoure. Il n’y a ni autos ni voix, ni enfants ni petites vieilles assises sur les bancs. Même le vent est mort.

Il y a quand-même quelques personnes. Leurs corps sont couchés sur la place près de la maison, ils sont couverts de vêtements. Je ne veux pas les regarder. J’ai peur d’y voir quelqu’un que je connais.

Maintenant la vie de ma ville entière se meurt doucement dans les caves. Elle ressemble à la bougie qui brûle dans notre coin dans la cave. Il est si facile de l’éteindre. Le moindre frémissement ou courant d’air et l’obscurité s’abattra sur nous.

J’essaie de pleurer mais je n’y arrive pas. Je me plains moi-même, mes proches, mon mari, mes voisins, mes amis.

Je retourne dans la cave et j’écoute le grincement métallique répugnant. Deux semaines se sont écoulées et je ne crois plus qu’avant nous ayons pu vivre une autre vie.

À Marioupol, les gens continuent à rester dans les caves. Chaque jour ils ont de plus en plus de de difficulté à survivre. Ils n’ont plus d’eau, de nourriture, de lumière, ils ne peuvent même pas sortir dans la rue à cause des attaques permanentes.

Les habitants de Marioupol doivent vivre. Aidez-les. Racontez ce qui s’y passe. Pour que tout le monde sache que l’on continue à massacrer une population paisible.

Par Nadejda Soukhoroukova (НАДЕЖДА СУХОРУКОВА), habitante de Marioupol

Traduit en lituanien par mb ; traduit en français par am

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain