Nadia AGSOUS
Journaliste/ Ecrivaine
Abonné·e de Mediapart

64 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 avr. 2019

Les droits des femmes algériennes et la Révolution du Sourire

On avait, pendant longtemps, pensé que les Algérien.ne.s étaient dans l'incapacité de s'unir autour de causes communes. Mais voilà que le vent de révolte qui souffle sur l'Algérie vient infirmer cette croyance.

Nadia AGSOUS
Journaliste/ Ecrivaine
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On avait, pendant longtemps, pensé que les Algérien.ne.s étaient dans l'incapacité de s'unir autour de causes communes. Mais voilà que le vent de révolte qui souffle sur l'Algérie vient infirmer cette croyance. Car depuis le 16 février dernier, les Algérien.ne.s manifestent massivement et pacifiquement à travers presque tout le pays. Leurs revendications collectives ?

Le départ des tenants du pouvoir actuel. Le renouvellement de la classe politique. La gouvernance du pouvoir politique sur des bases démocratiques et transparentes. La légitimité, la souveraineté et la prise en compte des aspirations du peuple. L'abolition des privilèges. La justice sociale. La redistribution des richesses du pays. L'égalité des chances...

Les femmes, tous âges confondus, ont massivement investi ce mouvement de révolte. A partir du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, à Aokas (située à l'est de Béjaia) (Collectif Femmes d'Aokas), à Béjaïa (ville située à l'est d'Alger) (Collectif libre et indépendant des femmes de Béjaia), à Alger, (Collectif Femmes Algériennes pour un Changement vers l'Egalité), les femmes ont manifesté en brandissant des banderoles dont les slogans posaient sur la scène publique des revendications féministes. L'abrogation du Code de la famille et l'application de l'égalité des droits entre les genres, étaient au centre des doléances. Le collectif de Béjaia a demandé également l'abrogation de la clause du pardon relative à l'article 341 bis du Code pénal promulguée dans le cadre de la loi contre les violences faites aux femmes.

Le vendredi 29 mars, des hommes ont agressé, verbalement et physiquement, le groupe du Collectif Femmes Algériennes pour un Changement vers l'Egalité qui manifestaient à Alger centre. Pourquoi ces comportements violents à l'égard de ces femmes ?

«Ce n'est pas le moment. Vous divisez le mouvement», vociféraient ces hommes pour qui les revendications féministes ne sont pas une priorité. Pour ces manifestants, le comportement de ces femmes est source de discorde.

Ces hommes ne sont pas les seuls à penser que la priorité est à l'union pour « dégager le système algérien». Cet argument est relayé dans les rues et sur les réseaux sociaux. A ce propos, un internaute écrit sur sa page Facebook, « Au moment où on appelle à l'union de tous les Algériens, certains travaillent à la division ».

« Arrêtons de nous lamenter. Nous devons d'abord libérer le pays. C'est la priorité. Après on fera le travail nécessaire pour éduquer et libérer les mentalités », écrit un autre internaute en réaction à un post publié par une femme qui défend l'idée selon laquelle la question des droits des femmes est la condition sine qua non pour l'instauration de la démocratie en Algérie.

Et voilà que l'histoire est sur le point de se répéter pour les femmes algériennes. Car ce n'est jamais le moment pour elles de revendiquer l'égalité des droits entre les genres.

Pourquoi la question des droits des femmes doit être au cœur des révoltes qui ont actuellement lieu en Algérie ? Pourquoi le Code de la famille doit-il être abrogé ? Comment les femmes sont-elles représentées dans ce document social et juridique qui tire ses origines de la culture coutumière et du droit musulman ?

Promulgué en 1984 par une assemblée nationale à majorité masculine, le Code de la famille algérien qui régit les relations entre les femmes et les hommes au sein de l'institution familiale, puise son idéologie dans une société à structure patriarcale basée sur le privilège de masculinité. Dans ce type d'ordre social, « l'habitus culturel fonde le culte du père comme noyau et référent essentiel de la norme sociale ».

Ce texte de loi qui institutionnalise la domination masculine, c'est-à-dire « la croyance dans la supériorité d'un principe masculin sur le féminin » confine les femmes dans un statut de minorité opprimée. Il les enferme dans une identité de procuration faisant d'elles, des filles de, des épouses de, et des mères de. Par conséquent, la loi les dépouille d'une individualité propre les réduisant à des « objets » devant adopter un devoir-être et se sous-mettre aux hommes de la famille, détenteurs des pouvoirs familiaux. Ainsi, les femmes sont conçues comme un « bien » voire un capital qu'il « faut conserver à l'abri du soupçon et de l'offense » afin que leur comportement en dehors de la sphère du privé n'entache pas l'honneur (la harma) de la famille, et de la nation, par extension.

En matière de mariage, la loi instaure la règle du tuteur matrimonial appelé wali. Ce qui signifie que si les femmes -majeures- sont autorisées à conclure elles-mêmes leur mariage, elles se retrouvent contraintes de se marier en présence d'un wali qui peut être « le père, un proche parent ou toute personne de son choix ». A défaut de wali, l'acte de mariage encourt la nullité. Cette fonction « d'autorité morale » attribuée aux hommes lors de la formation du lien du mariage place les femmes dans une position de mineures.

La loi autorise les hommes à épouser plus d'une femme dans les limites de la loi musulmane, c'est-à-dire quatre. La tutelle parentale est exercée par le père et non pas par les deux parents. La mère perd la garde de son enfant lorsqu'elle se remarie. En matière d'héritage, les hommes héritent la double part de celle réservée aux femmes. Concernant le divorce, la loi autorise la répudiation judiciaire, c'est-à-dire la dissolution unilatérale des liens du mariage sur la volonté de l'époux. Le divorce à la demande des épouses est, cependant, soumis à une batterie de conditions, très souvent, difficiles à réunir. Il est également possible aux femmes d'obtenir le divorce en recourant à la pratique du khol. Ce divorce par compensation, sans autorisation de l'époux, permet aux femmes de racheter leur liberté moyennant une somme d'argent.

Au regard de ces éléments, des questions se posent. Pourquoi les femmes accepteraient-elles d'être en position d'éternelles secondes ? Pourquoi devraient-elles porter cette domination masculine qui les tient en laisse, sur leurs corps, dans leurs cœurs, dans leurs esprits, comme un stigmate ? Pourquoi ne se saisiraient-elles pas du mouvement de révolte actuel pour revendiquer l'égalité des droits entre les femmes et les hommes ?

La construction des genres en « catégories binaires et hiérarchisées », porte préjudice aux femmes. C'est également une violation du principe d'égalité entre les citoyens algériens inscrit dans la constitution algérienne qui, dans son article 29, dispose que «les citoyens son égaux devant la loi sans que puisse prévaloir aucune discrimination de naissance, de race, de sexe ». Ce texte juridique doit être remplacé par des lois civiles et égalitaires. Et pour atteindre cet objectif, il est impératif d'établir une séparation entre la religion et les champs politique et juridique.

Ce schéma des rapports entre les femmes et les hommes qui prône la supériorité d'un genre sur un autre, est largement dépassé. Car en grand décalage avec la réalité sociétale sans cesse traversée par des influences d'origines diverses tels que les paraboles, Internet, les réseaux sociaux, qui jouent un rôle primordial dans la vie sociale des Algérien.ne.s. Au même titre que les hommes, les femmes sont des êtres ayant une « tête », c'est-à dire « une liberté ». Elles sont dotées d'une capacité de réfléchir et de définir par elles-mêmes, ce qu'elles veulent être et comment elles veulent être.

L'abrogation du Code de la famille est une revendication d'une brûlante actualité. C'est une nécessité. C'est une urgence. Ce texte juridique doit être remplacé par des lois civiles et égalitaires. Et pour atteindre cet objectif, il est impératif d'établir une séparation entre la religion et les champs politique et juridique.

Parallèlement à ce combat pour abolir le mode androcentrique qui régit les rapports entre les sexes, la plus grande révolution que l'Algérie aura à entreprendre est celle des mentalités. Ce travail sera de longue haleine. Car l'infériorité des femmes est profondément ancrée dans les habitus des hommes, mais aussi des femmes qui ont intériorisé les mécanismes de la domination masculine dans leurs corps, leurs schémas de pensée, leurs codes vestimentaires et leurs représentation de soi en tant que femmes, conçues essentiellement comme des êtres cantonnés dans une fonction de reproduction et de socialisation où la maternité à temps plein prévaut sur tout le reste.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal
Ukraine, la guerre sans fin ?
La guerre déclenchée aux portes de l’Europe par l’invasion russe en Ukraine s'éternise. Va-t-on vers une guerre sans fin ? Et aussi : enquête sur le président Volodymyr Zelensky, la voix de l’Ukraine dans le monde.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart