L'Algérie, un Rêve d'artistes

Du 05 au 10 octobre, 11 artistes de la diaspora algérienne exposeront, à la FABRIQUE made in Bagnolet, les oeuvres qu'elles/ils ont créées en hommage au mouvement de contestation populaire qui a cours en Algérie depuis le 16 février dernier. A cette occasion, chaque artiste révélera au public son «Algérie».

L'Art au temps de la Révolution du sourire © N. Agsous L'Art au temps de la Révolution du sourire © N. Agsous
Les artistes s’y mettent aussi 

Si la «Révolution du sourire» qui, depuis plus de six mois, a cours en Algérie, a fait couler beaucoup d’encre, elle a également fait couler des litres de peinture, acrylique, aquarelle, peinture à l’huile, sur toile, sur papier, sur les murs; elle a nourrit et inspiré pléthores d’imaginaires qui proposent au public des performances de rues, des expositions, des installations ; elle a fait déclencher d’innombrables clics sur des appareils photos pour immortaliser ces moments historiques vécus dans la joie, l’humour et la liesse tout en mettant le curseur sur la gravité de la situation qui prévaut en Algérie; elle a fait tourner des centaines de vidéos qui ont circulé de par le monde pour porter haut et fort cette prise de conscience collective et la volonté du peuple algérien de bâtir une société juste, égalitaire, fraternelle et humaine. En effet, dès l’avènement du mouvement de contestation populaire algérien, le 16 février 2019, les artistes, femmes et hommes, à Alger, à Béjaia, et dans d’autres villes algériennes, ont rejoint la dynamique contestataire inédite, unitaire et pacifique (silmiya), mettant au service de la cause leurs matériaux, leurs imaginaires et leurs savoir-faire artistiques. Expositions de peinture, réalisation de fresques et de vidéos, performances, photographies et bien d’autres manifestations artistiques ont fait – et continuent à faire – florès, accompagnant avec force et conviction, ce mouvement populaire qui exige le départ des tenants du pouvoir actuel et l’instauration d’une gouvernance du pouvoir politique sur des bases transparentes et démocratiques

A Paris, dès le 24 février, les artistes de la diaspora algérienne se sont mêlés aux Algérien.ne.s qui, chaque dimanche, manifestent sur la Place de la République, et parfois, à Place de Stalingrad, pour faire écho à ce qui se passe en Algérie, et soutenir l’action contestataire de leurs compatriotes. Ils sont plusieurs, femmes et hommes, à occuper un espace sur ces lieux publics où ils créent collectivement. 

L'Art au temps de la Révolution du sourire © N. Agsous L'Art au temps de la Révolution du sourire © N. Agsous

Leur objectif ? 

Retranscrire de manière picturale leur vision du mouvement, et exprimer leurs émotions, leur colère, leurs idéaux, leurs espoirs, leur Rêve d’une Algérie libre, juste et humaine. Par leur geste artistique, ces artistes visent à laisser des traces de cet élan populaire et à contribuer à l’écriture picturale de l’histoire contemporaine algérienne.

Afin de mettre en lumière le rôle de ces artistes dans cette « Révolution du sourire »,  et rendre visibles les œuvres qu’elles/ils ont créées collectivement, les dimanches, lors des rassemblements, et celles qu’elles/ils ont conçues dans leurs ateliers, inspirées par le soulèvement populaire, onze artistes - Chérif Ahmed-Chaouch, Hacene Bensaad, Zahra Agsous, Moho Sahraoui, Mustapha Sedjal, Hammadi Amina, Bachir Yanat, Abdelali Mouada, Dalila Ammari Chaieb, Anouar Boudia, Naser Yanat - ont été conviés à participer à une exposition intitulée « L’Algérie, un Rêve d’artistes ».

Lors de cette exhibition, le public aura le loisir de découvrir, d’une part, des œuvres créées dans un esprit collaboratif et mutualiste; et d’autre part, les œuvres de chaque artiste qui, selon son propre langage, sa pratique, ses techniques, à travers une multiplicité de matériaux, de supports, et de modes d’expression – peinture, laque, dessin graphique, photographies – dévoilera son « Algérie », ce pays tant aimé, tant fantasmé, tant rêvé !  

Une diversité d’univers, une pluralité de formes, une mosaïque de couleurs, une variété d’atmosphères, une multitude d’imaginaires bigarrées, le tout exprimé dans un langage pictural qui parlera à la sensibilité de chacun.e; c’est ce à quoi vous invite l’exposition, « L’Algérie, un Rêve d’artistes » qui se déroulera du 5 au 10 octobre à La FABRIQUE made in Bagnolet, un Lieu Artistique Collaboratif situé au centre-ville de Bagnolet (93).

L'Art au temps de la Révolution du sourire © N. Agsous L'Art au temps de la Révolution du sourire © N. Agsous
Pourquoi le 05 octobre ?

Cette date a une fonction hautement symbolique. En organisant l’exposition le 5 octobre, les artistes envisagent de rendre hommage aux centaines de jeunes qui, le 5 octobre 1988, ont envahi les rues des villes algériennes pour manifester contre le régime politique et les inégalités sociales. Cette manifestation a été réprimée dans le sang par l'armée.

 

L'Art au temps de la Révolution du sourire © N. Agsous L'Art au temps de la Révolution du sourire © N. Agsous
Une table ronde autour de l’Art en Algérie

Parallèlement à cette exposition, une table ronde intitulée « L’Art en Algérie, histoire, mémoire et perspectives » sera proposée au public. Elle réunira trois intervenants qui parleront de l’Art en Algérie : Emilie Goudal, historienne de l’art; Rabah Chaïb, enseignant de peinture et de dessin à Oran (Algérie), actuellement en retraite, et Habib Bouchayou, enseignant des Arts appliqués en Algérie, en France et en Outremer.

 

 Exposition de 11 artistes de la diaspora algérienne à Paris 

  • Du 5 au 10 octobre 2019 

Vernissage : samedi 5 octobre à 16  H 30

La FABRIQUE made in Bagnolet, 11 Rue Paul Vaillant Couturier, 93170 Bagnolet, Métro Gallieni, Ligne 3, Bus 76, 102, 122, 318

  • 18 h 30 : table ronde : L'Art en Algérie, Histoire, Mémoire, et Perspectives".

Intervenants : Emilie Goudal, Rabah Chaïb, Habib Bouyachou

 

L'Art au temps de la Révolution du sourire © N. Agsous L'Art au temps de la Révolution du sourire © N. Agsous

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.