Nadia AGSOUS
Journaliste/ Ecrivaine
Abonné·e de Mediapart

62 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mai 2019

«Fais soin de toi» ou la cartographie algérienne du dés-amour

Comment les Algérien·ne·s vivent-elles/ils leurs relations amoureuses ? L’amour est-il conçu comme un sentiment de tendresse et d'empathie envers l’être aimé ? Comment l'amour se construit-il et se déconstruit-il dans une société où la famille intervient dans le choix de vie de ses membres. Telles sont quelques-unes des questions explorées par Mohamed Lakhdar Tati dans son dernier film.

Nadia AGSOUS
Journaliste/ Ecrivaine
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au commencement, la mère et son fils célibataire

La ville. Belle et vociférante. Dans ses ruelles, des corps. Féminins. Masculins. La foule anonyme investit l’espace public; elle s’insurge, revendique, manifeste. Pacifiquement. 

Dans un appartement à l’ambiance calfeutrée, dans ce huis-clos familial, une mère parle à son fils. Son ton est chargé de reproches. Sur son visage, l’inquiétude est à son acmé : tu ne vas pas vers la jeunesse. Ta barbe blanchit de partout, murmure-t-elle. Son fils, réalisateur et célibataire de son état est allongé sur un lit. La mère continue à parler. Elle expose sa conception de l’amour : aimer ne vient pas d’un coup. Au premier regard "oh un ange !" et tu en deviens fou, non ! C’est la relation qui créé l’amour, explique-t-elle. 

Cette mère ne croit pas au coup de foudre. En sa qualité d’autorité morale, elle s’arroge le droit de remettre en cause le célibat de son fils; elle le sermonne même. C’est justement cette mère qui joue le rôle d’élément déclencheur et incite son fils à sillonner le pays, à la rencontre de femmes et d’hommes pour recueillir leur parole relative au sentiment amoureux. Ma mère– explique le réalisateur, – fait partie de ma réflexion sur le sentiment amoureux dans la société algérienneElle personnalise la confusion que le film affronte et met en lumière : celle du sentiment amoureux et du mariage. 

La cartographie algérienne du dés-amour

Le voilà parcourant l‘Algérie, zones urbaines et rurales, traversant des villes du Nord telles que Alger, Béjaia, Saïda, et des villes du Sud, comme par exemple, Biskra, Toggourt, en bus, en taxi, en train. A travers ce voyage qui prend l’allure d’un quête initiatique, le réalisateur poursuit un double objectif. D’une part, comprendre comment ses pair.e.s conçoivent et vivent le sentiment amoureux dans une société où l’amour est systématiquement associé au mariage; un ordre social où femmes et hommes sont pris.e.s dans l’étau d’un système «tribal» où la famille joue un rôle déterminant dans le choix de vie des hommes et encore plus des femmes, qui n’existent pas en tant qu’individus dotés d’une liberté de décision et de vivre leurs relations amoureuses selon leur propre entendement, mais en tant que membres d’un groupe social, national et religieux, qui s’immisce dans leur vie sentimentale. C’est le cas de ce jeune homme célibataire, interviewé dans sa voiture, qui ne parvient pas à épouser la fille qu’il aime depuis sept ans car sa mère s’oppose à leur union.

D’autre part, en rencontrant ses pair.e.s, le réalisateur se lance dans une démarche introspective. Car il ne se contente pas de recueillir la parole de personnes interviewées, mais il se met en scène et se positionne comme l’un des personnages du film mettant en lumière sa conception de l’amour. Ce positionnement est stratégique : libérer la parole des personnages pour instaurer un échange réciproque.

Pourquoi ce film est-il intéressant ?

«Fais soin de toi» prend l’allure d’un road-movie («film routier») nous incitant à suivre le réalisateur dans son travelling dans les méandres de l’amour. C’est ainsi qu’on se retrouve embarqué dans ce trip à travers l’Algérie profonde; une Algérie belle de par sa nature; une Algérie en ébullition, habitée par des femmes et des hommes qui appréhendent l’amour comme une impuissance voire un désir impossible à assouvir. 

Ce film est intéressant à plusieurs égards. Primo, parce qu’il parle à notre sensibilité, bouscule nos représentations, interroge notre définition de l‘amour et nous incite à réfléchir sur nos pratiques amoureuses. C’est en ce sens que le film revêt une dimension introspective.

Secundo, les témoignages des personnages qui s’épanchent, se confient, parlent de leurs expériences ponctuées de contrariétés, de déceptions et d’échecs, mettent en lumière la nature des relations entre les genres. Problématiques et conflictuelles, ces relations se caractérisent par la défiance et la méfiance. Pour appâter les femmes, les hommes ont, très souvent, recours à la stratégie du mensonge. C’est le cas de cet homme qui explique qu’il est obligé de mentir et de jouer un jeu pour attirer une fille. Si je lui dis que je suis chef d’entreprise – confie-t-il – elle va être emballée. Mais dès qu’elle découvre ma situation, elle va m’éviter. Si tu ne joues pas le rôle d’un homme riche, tu ne pourras jamais approcher une fille, conclut-il.

Tertio, les expressions langagières des hommes à l’égard des femmes laissent transparaître l’existence de représentations négatives et péjoratives. Pour certains, les femmes se comportent comme des «traîtresses» : elles te remplacent pour rien, lance un jeune homme qui semble désabusé. D’autres les qualifient d’immatures et d’irresponsables : les femmes manquent de sagesse et de foi. Elles n’ont pas de cervelle, explique un jeune homme. Pour la plupart des hommes, les femmes qui ont «un passé», c’est-à-dire qui ont fréquenté des hommes, ne sont pas respectables et indignes de confiance car «souillées».

Ce point vient faire écho au témoignage d’une jeune femme qui parle du syndrome de «la mère et de la putain» qui prévaut dans les représentations des hommes. Ces derniers conçoivent les femmes soit comme des «objets», érigés en modèles exemplaires et irréprochables, qu’ils subliment et sacralisent à l’extrême et les envisagent comme des épouses et mères de leurs enfants, soit comme des «putains», appréhendés essentiellement comme des corps qui servent à assouvir leurs désirs et leurs fantasmes. Cette perception a des répercussions négatives sur les femmes lorsqu’elles ont des relations avec des hommes. Car elle engendre de l’inhibition et les incite à entretenir avec les hommes des relations superficielles : quand nous sommes amoureuses, nous ne nous autorisons pas à vivre sincèrement notre relation par peur du jugement de l’autre, confie une fille interviewée à Béjaia.

Quarto, l’un des aspects qui mérite d’être souligné concerne la représentation méprisante que les jeunes hommes ont de leurs pairs qui adoptent à l’égard du sexe féminin une attitude empreinte de gentillesse et d’attention. De leur point de vue, un homme qui se comporte ainsi est un «halab» (celui qui est prêt à obtenir les faveurs d’une femme ou les riches qui entretiennent des jeunes filles),  accusé d’induire chez les filles une attitude hautaine : elles se la pètent et finissent par avoir une haute opinion d’elles-mêmes déclare un jeune homme interviewé dans la rue.

D'une manière générale, il apparaît clairement que le sentiment amoureux induit de la peur; peur de soi, de l’autre, du mensonge, de la manipulation, du jugement de l’autre, de la traîtrise, de l’abandon et de la souffrance. 

Cette peur de l’amour est d’autant plus intensifiée dans le film par le recours à des subterfuges tels que la nature par le biais des aléas climatiques : vent, pluies torrentielles et de la métaphore de la mer et de ses mouvements houleux. Le sentiment amoureux tel qu’il est vécu et ressenti par les personnages du film est assimilé à la mer lorsqu’elle se déchaîne et vient jeter sa colère et sa hargne sur les rochers de la jetée, lieu où, loin des regards inquisiteurs et moralisateurs, des couples amoureux donnent libre cours à leur sentiment amoureux.

Avant la tempête ?

Car comme le dit si bien Grégoire Bouillier, écrivain :  «l’amour naissant c’est la jouvence de la vie. C’est avant la merde».

Fiche technique 

Année : 2017

Durée : 158’

Scénario : Mohamed Lakhdar Tati

Image : Sylvie Petit

Montage : Abdeghani Raoui

Son : Baptiste Chachat

Musique : Nadia Ratsimandresy

Production : Stella Production France / Tayda Film Algérie

Save the  date

Le film sera projeté le jeudi 13 juin 2019, à 20 h 30, au cinéma "Le Saint-André des Arts", 30 rue Saint-André des Arts, 75006 Paris, métro Saint Michel ou Odéon, dans le cadre des activités organisées par l'association France-Algérie. La projection sera suivie d'un débat animé par Nadia Agsous, journaliste, en présence du réalisateur. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette