Nadia Reiff
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 août 2018

A quand un dispositif canicule pour les sans-abris?

Durant les périodes de grand froid, l’opinion publique est interpellée et des mesures hivernales sont prises pour tenter de mettre à l’abri un maximum de personnes, mais qu'en est-il en été ?

Nadia Reiff
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. Durant les périodes de grand froid, l’opinion publique est interpellée et des mesures hivernales sont prises pour tenter de mettre à l’abri un maximum de personnes.

Ces dispositifs sont largement insuffisants, néanmoins, ils existent.

En été, de surcroit en période de canicule, la question se présente de manière totalement différente. Les autorités semblent réagir un peu comme si en été, les personnes sans-abris ne mouraient pas, alors qu’elles sont au contraire, particulièrement vulnérables.

En effet, il y a moins de lits proposés par l’hébergement d’urgence. Pendant l’été à Strasbourg par exemple, le turn-over est d’environ 4 nuits d’hébergement pour deux semaines sans proposition, considérant une personne qui appelle chaque jour le 115, numéro dédié.

Autant dire qu’à ce rythme-là, beaucoup de personnes sans-abris n’appellent plus le 115 et se débrouillent par elle-même.

Ces personnes perdent le contact avec les professionnels durant cette période, ce qui n’est pas sans conséquence sur leurs situations sociales et médicales. Par ailleurs, elles bénéficient plus difficilement, de fait, de lieux où elles peuvent se rafraîchir. L’accès au douche est plus complexe.

Les personnes sans-abris sont soumises à de rudes épreuves durant la canicule : difficultés de trouver un lieu où se rafraichir, se doucher. Les vêtements et les chaussures ne sont pas adaptés à de si fortes températures et apparaissent alors des problèmes de peau…

La mendicité au ras du bitume accroit le risque d'insolation.

Les décompensations ou aggravations de pathologies existantes ou pré-existantes liées à la chaleur se multiplient.

Lorsque le seul abris est une voiture ou une tente, selon l’endroit où elle est située, la chaleur y est infernale.

Les personnes dépendantes à l’alcool sont particulièrement vulnérables, elles pensent s’hydrater en buvant alors qu’elles ne font qu’accélérer le processus de déshydratation. L’alcool perturbe la production de vasopressine par le cerveau, une hormone qui régule l’activité des reins. Lorsqu’une personne boit, ses reins produisent trop d’urine et évacuent donc de grandes quantités d’eau. Or, le peu d’eau présent dans les verres d’alcool absorbés ne permet pas de compenser les pertes. Si par malheur, quelqu’un s’endort en plein soleil après avoir beaucoup bu, c’est le drame.

Les associations tournent à régime réduit en raison des congés. Néanmoins, elles mettent en place des maraudes, offrent de l’eau, des produits de première nécessité en délivrant des messages de prévention concernant les risques de déshydratation. Ce sont elles qui pallient au manque de vraies mesures étatiques, ce qui doit tout de même nous interpeller.

Au regard de ces situations, on comprend difficilement pourquoi il n’existe pas un dispositif national spécifique pour les sans-abris en période de canicule comme le dispositif hivernal, avec un vrai budget alloué. Les recommandations du plan canicule existent mais cela est dramatiquement insuffisant.

En effet, il me parait nécessaire que les personnes sans-abris puissent fréquenter des lieux adaptés et climatisés en journée, où il est possible de prendre des douches pour reposer un peu corps et esprits et garder le contact avec les équipes professionnelles. Par ailleurs, elles ont tout autant besoin de pouvoir trouver un lit que durant les autres saisons.

L’accès aux fontaines et toilettes dans les villes doit être renforcé et non pas comme nous l’avons vu dernièrement à Nice, coupé pour éloigner les sans-abris !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel