Mobilisation poétique

 

Rencontre rafraîchissante, un dimanche matin d'été dans les rues de Limoges, avec une affiche sauvagement joyeuse.

"Mobilisation générale", proclament les Pachas insoumis de la Poésie. Comme cet écrit non règlementaire va sans doute être promptement enlevé, en voici le texte :

" Par décret des Pachas insoumis de la Poésie, la mobilisation des rêves telluriques d'O, d'air et de feu est ordonnée ainsi que la réquisition des politiciens, des armes de destruction massive des consciences, des hoola-up, des grosses frappes en pleine lucarne, des murs des hôpitaux psychiatriques, du grand frisson, de vos intérupteurs (sic), des bouches sparadra, des vieux sexes endormis, des animaux domestiques, des femmes fatales, de vos décapsuleurs, des nuages, de vos descentes de lit, des sonneries téléphoniques, des agendas et des montres, du LUNDI, du mardi, du mercredi et du jeudi, de vos dettes, réquisition à outrance,

à Limoges, de toutes vos poches de sangs, de vos peurs, de vos silences, de vos infidélités et de tous les moyens nécessaires pour suppléer à l'insuffisance extraordinaire d'approvisionnement de vos héros.

Le premier jour de la mobilisation est maintenant.

Sortez vos lunettes noires, il va faire jour cette nuit."

 

Un peu obscur, mais puisque c'est une mobilisation poétique...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.