Nouvelle alerte aupres de l'ONU (Cybertortures)

Suite au REPORT ON PSYCHOSOCIAL DYNAMICS CONDUCIVES TO TORTURE (Un rapport s,inscrivant dans la reconnaissance des CYBERTORTURES), j'adresse une nouvelle alerte, documentee de photos a l'ONU

Je partage avec vous, ce blog etant le lieu privilegie pour le faire puisque tout est devenu dysfonctionnel en France , pour rester dans l'euphemisme, une nouvelle alerte quant aux cybertortures que ma fille Jemea (3ans) et moi subissons depuis 3 ans et demi (ca a commence peu de temps avant sa gestation).

J'avais envoye ce temoignage, comme des milliers d'autres personnes ciblees a l'ONU, temoignages s'inscrivant dans le cadre du rapport Mielzer sur les cybertortures, dont le Syndrome de la Havane, releve probablement.

REPORT ON PSYCHOSOCIAL DYNAMICS CONDUCIVES TO TORTURE | Le Club de Mediapart

Aujourd'hui menacee dans mon integrite physique et morale, il m'apparait urgent en lumiere le combat qui est le mien depuis plus de 3 ans a present, afin de permettre au plus grand nombre d'etre informe du PERIL TOTALITAIRE qui nous guette.

_________________________________________________________

Madame, monsieur

Je vous adresse une alerte complémentaire aux témoignages et dossiers que je vous ai déjà envoyé dans le cadre du rapport Mielzer sur les CYBERTORTURES.

Le niveau d’alerte est cette fois ci, optimale car il concerne ma plus jeune enfant JEMEA LOBE, qui subit de très graves cyberattaques au même titre que moi.

Nous subissons des radiations électromagnétiques toutes les nuits, qui ont eu de graves conséquences sur son système respiratoire comme le prouve la radio ci-jointe.

thumbnail-jpeg-2

Plus graves et plus choquants, ses deux dents supérieures a l’avant  ont été abimées par des tirs intentionnelles (Un des harceleurs avait préalablement fait une remarque sur l’état parfait de ses dents….le lendemain, elles étaient subitement abimées via l’utilisation d’armes a énergie dirigée).

20210731-140440

Il n’y a pas eu de commotions, et cette dégradation est apparue du jour au lendemain. Toute la cavité buccale est impeccable , comme le montre la photo ci-dessous.(cf, photo).

20210731-140547

Son cuir chevelu, et donc ses cheveux par extension, est attaque. Ses cheveux sont devenus durs et cassants du jour au lendemain. Il a pu arriver qu’elle les perde par ailleurs par poignée au réveil, du jour au lendemain.

C’est une enfant a la sante parfaite, très en avance dans son éveil psychomoteur, qui a une alimentation saine et une excellente hygiène.

Mais tout comme sa mère, elle est victime d’un harcèlement en réseau, dont la composante électromagnétique (cybertorture) m’inquiète car je soupçonne que le cancer de mon père  mort en 2013, y est lié.

Les institutions françaises ne me sont d’aucune aide : les plaintes n’aboutissent pas. Parfois la police ne les prend pas. Je devrais bénéficier de l’aide juridictionnelle pour un avocat, et je n’en ai toujours pas a ce jour.

Tout est devenu très dysfonctionnel en France sous l’influence grandissante de ces réseaux mafieux et communautaires, disposant d’un accès a ces armes a énergie dirigée et les utilisant sans discernement sur des civils, y compris de tres jeunes enfants comme JEMEA LOBE (3ans).

Je précise également avoir déposé une plainte auprès du TGI de Bobigny pour Viol et agressions sexuelles. Je vis dans la crainte que cela se répète, et ces cybertortures sont en partie, un moyen de pression.

Le TGI de BOBIGNY est un barrage institutionnel très importants, et je pense que lur niveau de responsabilité est important dans l’essor de cette criminalité galopante.

Quels recours nous reste t-il lorsque les institutions sont dysfonctionnelles et que la loi est devenu celle du plus fort….

Je vous remercie pour toute l’aie que vous pourrez nous apporter dans notre situation.

Voici ma nouvelle adresse provisoire, car je ne reçois pas toujours mon courrier convenablement sur l’autre adresse :

Eugenie LOBE

**********

93260 LES LILAS

Bien cordialement,

Eugenie LOBE

07 ******* 44

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.