Naruna Kaplan de Macedo
Abonné·e de Mediapart

179 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 janv. 2009

C'est quoi, refuser?

Ça n’en finit pas. Cela finira bien par se terminer, mais pour l’instant ça ne finit pas.Et quand ça se terminera, quand on finira par arriver à un accord qui fera cesser le feu, on froncera les sourcils… on dira tout bas ou tout haut que peut-être ce n’était pas nécessaire, tout ça…

Naruna Kaplan de Macedo
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ça n’en finit pas. Cela finira bien par se terminer, mais pour l’instant ça ne finit pas.

Et quand ça se terminera, quand on finira par arriver à un accord qui fera cesser le feu, on froncera les sourcils… on dira tout bas ou tout haut que peut-être ce n’était pas nécessaire, tout ça…

On se demandera si tous ces morts on « servi » à quelque chose.

Et la réponse viendra : non, non et non.

A quoi ça pourrait servir ?

Cette soldate de la radio militaire qui affirmait ce matin que « les habitants de Gaza sont las de la guerre et en veulent beaucoup au Hamas… ils savent sans doute que tout ça est la faute de l’organisation terroriste » pense-t-elle vraiment que c’est avec des bombes qu’on fait avancer les idées ?

Les questions qu’on se pose dans la rue c’est :

tu as vu/ lu les nouvelles ?

ton mari/ ami/ voisin est appelé ?

tu manifestes ce soir ? demain ?

Il y a quelques jours de cela, Nadav et moi avons téléphoné à Myriam pour l’inviter au cortège de protestation contre la guerre… Myriam ne voulait pas… On pensait que c’est parce qu’elle est à son huitième mois de grossesse, mais en fait c’était son mari qui ne voulait pas y aller. Et puisqu’il ne voulait pas y aller avec elle, elle a décidé de rester avec lui à la maison.

Pourquoi Daniel, le mari de Myriam, ne veut-il pas manifester ?

Daniel n’est pas contre la guerre… il pense que la riposte est nécessaire… oui, démesurée, mais nécessaire sans aucun doute.

On a argumenté un peu avec lui, on lui a dit que, oui, il faut défendre les frontières du pays, mais pas comme ça… Il nous a répondu que le Hamas exagère, qu’il faut leur montrer... aucun de nos arguments ne l’a fait bouger, rien n’y a fait…

On est allé à la manifestation sans eux, très déçu de notre ami, fâché même.

On s’est promis qu’on parlerait avec lui.

Avant-hier, Daniel a été appelé par son unité d’artillerie.

Myriam est dans tous ses états, paniquée.

Elle me dit : il y a des morts, tu sais.

Je sais.

Je lui dit de ne pas s’inquiéter, que son mari ne partira pas à la guerre, qu’on ne le laissera pas… qu’il refusera.

Non… elle me dit qu’il ne veut absolument pas aller en prison… il est décidé à partir s’il ne trouve pas d’excuse valable…

Myriam décide de faire jouer sa grossesse. Elle téléphone à son médecin, lui demande de faire une lettre disant que sa grossesse est surveillée et que Daniel ne peut pas la laisser seule sans risques pour l’enfant. Le médecin refuse, après moult tergiversations.

C’est là où Daniel se souvient qu’il a été opéré du genou il y a deux ans de cela… Son médecin accepte de lui faire une lettre pour l’exempter.

Daniel et Myriam sont descendus à la base de Daniel au Sud du pays, pour apporter la lettre en main propre. Entre son mauvais genou et le ventre très très rond de Myriam, ils ont réussi à convaincre les autorités militaires que Daniel n’était pas apte au service.

Daniel ne partira pas à Gaza.

Alors que je suis ravie, rassurée et contente pour nos amis, Nadav est furieux.

Il en veut à Daniel de ne pas avoir fait de choix : Nadav pense que s’il est pour la guerre, il n’a qu'à la faire, et s’il est contre, il n’a qu’à le dire haut et fort, assumer sa décision, en payer le prix… c’est à dire être jugé par un tribunal militaire et passer quelque temps en prison.

Cet entre-deux déçoit Nadav au-delà de tout.

Nadav fait son service de réserve parce qu’il refuse que ce soient toujours les mêmes qui se battent pour le pays. Toujours les mêmes, c’est-à-dire les pauvres, les défavorisés, les minorités qui veulent profiter de l’illusion d’ascenseur social que l’armée promet…

Nadav va à l’armée pour qu’il y ait aussi des hommes Ashkénazes de gauche issus de milieu privilégiés qui défendent le pays. Il est beaucoup critiqué par certains de nos amis qui ne comprennent absolument pas sa démarche, estimant qu’on ne peut pas servir dans une armée d’occupation un point c’est tout.

Nadav a signé la pétition de ceux qui refusent d’aller en territoires occupés.

Mais Nadav continue de passer trois semaines par an en uniforme, parce qu’il sait que s’il ne le fait pas quelqu’un d’autre devra le faire à sa place. Et surtout parce que il sait ainsi que s’il refuse de participer à une opération comme celle qui a lieu en ce moment à Gaza, il aura toute la légitimité pour le faire puisque son refus se fera dans le cadre de ses droits et de ses devoirs de citoyen.

La triste vérité c’est que dans le consensus médiatique, même les refus sont étouffés…

Saviez-vous que 3 soldats de l’armée israélienne ont refusé de servir la guerre qu’Israël mène en ce moment à Gaza ?

Nous non plus, on ne savait pas…

et sans les listes couriel anarchistes et gauchistes auxquelles nous sommes abonnés, on n’en aurait jamais rien su…

trois… c’est un début

On a suivi un drôle de débat sur un forum anarchiste à la suite d’un appel à une manifestation du mouvement « Courage de Refuser » qui organise une grande parade demain soir.

Les membres de « Courage de Refuser » appelaient les « anars » et les « rouges » à venir protester contre la guerre avec eux et à se joindre à eux pour demander aux soldats d’Israël de refuser de participer à cette guerre injuste. Mais, ils demandaient par la même occasion, de laisser à la maison slogans violents et drapeaux rouge et noirs, de manière à permettre à un maximum de gens d’entendre leur cause et peut-être même de la rejoindre dans le refus. Les refuzniks, comme on les appelle ici, soutiennent que leur manifestation est une manifestation patriotique, une manifestation qui célèbre un autre Israël, juste et pacifiste.

Certains anars étaient très vexés de la demande et se sont déchaînés sur le forum internet, insultant les ex-soldats, leur patriotisme putride et leur drapeaux moches.

D’autres ont promis qu’ils mettraient leurs différences de côtés, aux vues de la situation… et qu’ils seraient de la manifestation demain.

Discipline ! Il faut qu’on se discipline ! Tous contre la guerre ! je ne veux pas voir une seule tête qui dépasse !

autorisation de débattre dans les rangs, mais tous ensemble

pour une fois…

pourquoi laisser aux autres le privilège de la cohésion ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo