A Tel-Aviv, les roquettes de Sdérot

  Dans un journal à grand tirage, aujourd’hui, le titre : "Je suis un héros et je m'en sortirais".Le héros en question a huit ans. Il y a un mois, il a été victime d’un tir de roquette kassam. Il n’a plus de jambes.

 

 

Dans un journal à grand tirage, aujourd’hui, le titre : "Je suis un héros et je m'en sortirais".

Le héros en question a huit ans. Il y a un mois, il a été victime d’un tir de roquette kassam. Il n’a plus de jambes.

Au moment de la blessure du garçon, les habitants de Sdérot avaient dressé une tente au centre de Tel-Aviv.

Tel-Aviv étant connue pour ne s’inquiéter que de son microcosme, ils voulaient faire prendre conscience aux habitants de la « bulle » qu’à une heure et demie de route de chez eux, c’est la guerre.

La tente est en toile blanche, grande et vide. C’est vendredi soir et les passants ne s’arrêtent pas. Un type un peu

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.