Naruna Kaplan de Macedo
Abonné·e de Mediapart

179 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mai 2008

Visite à Tel-Aviv

Naruna Kaplan de Macedo
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ma mère est venue me rendre visite. Recevoir quelqu’un dans une ville où l’on est pas encore tout à fait chez soi c’est l’occasion de s’approprier un peu plus le lieu : on est plus tout à fait l’étranger, puisqu’il y a plus étranger que soi. Je reçois ma mère dans ma ville, à Tel-Aviv, chez moi.

Elle est arrivée il y a quatre jours, à deux heures du matin. Perplexe, le chauffeur de taxi me demande pourquoi je n’ai pas de bagage, puisque je vais à l’aéroport. Je vais chercher ma mère. Ah… mais elle habite où, ta maman ? Paris ? C’est loin. Ça t’embête pas, d’être si loin de ta mère ? Moi je pourrais pas… J’ai une femme, deux enfants, quarante sept ans… mais ma mère habite de l’autre côté de la rue. Une maman, qu’est-ce que tu veux, ça ne se remplace pas. Ma femme elle est géniale, pleine de qualités, magnifique… je l’adore. Mais ma mère, c’est différent, je l’aime autrement. Tu comprends ? Je pourrais jamais habiter loin d’elle comme ça, comme toi. Paris c’est loin. Tu es juive ? Vraiment ? Donc, ta mère aussi… Alors pourquoi elle vient pas habiter ici, ta mère ?

Ma mère n’était jamais venue en Israël. Pas avant que je pose mes valises ici pour une durée élastique. Mes parents sont alors venus une fois, deux fois… Mon père s’est tout de suite senti à l’aise, pas gêné pour un sou de répondre : non, pas moi, mais elles oui… à la question « t’es Juif ? »

Quand je suis venue habiter ici, j’ai découvert qu’il y avait une rue à notre nom. Kaplan. Le nom de ma mère. C’est la rue où il y a la « Kyria », la base militaire. Il y a toujours plein de soldats, dans cette rue. J’ai demandé à mon grand-père : qu’est ce que ça veut dire, Kaplan ? Il m’a raconté deux histoires.

D’abord, quand il était petit, il avait posé la même question à son père, immigré Polonais venu en Amérique avant la première guerre mondiale, qui lui avait répondu, définitif : Kaplan, ça veut dire Juif.

Ensuite, après qu’il se soit engagé à l’armée, qu’il ait libéré la France et qu’il soit devenu attaché culturel pour le gouvernement américain, mon grand-père a été envoyé en mission au Liban. Où, à la suite d’un quiproquo il a été arrêté. Il n’a été libéré qu’après l’intervention dudit gouvernement. Encore une fois, Kaplan, ça voulait dire « juif » et papy était soupçonné d’espionnage pour Israël.

Pour moi, le nom Kaplan c’est toujours des explications alambiquées au moment d’entrer ou de sortir d’Israël… Trop long, trop d’histoires… J’aurais du prendre le nom de Nadav. Lapid, la torche… Le patronyme originel du père de Nadav était autre chose… quelque chose en « itch » à la fin. Très juif. Peut-être un peu trop. Alors, le nom a été changé, pour un nom Israélien… Lapid : court, incisif, sûr de soi.

Ma mère aime beaucoup Tel-Aviv. Les rues, les grandes baraques un peu déglingues, les arbres en fleurs.

Sa mère lui parlait en yiddish, je l’amène au vieux café des « yeke », les immigrants allemands, où tous les matins des très vieilles dames se réunissent pour boire du thé et rendre infernale la vie des deux serveurs qui deviennent leurs esclaves pendant les trois heures où elles tiennent salon. Elles se parlent (en yiddish, donc), se plaignent beaucoup, renvoient leur thé- trop fort, leur verre d’eau- trop froide, leur gâteau- trop cuit.

Ma mère se marre.

On est allées visiter la maison de Ben Gurion. Dans le salon est affichée la déclaration d’indépendance de l’état d’Israël. Parmi les signataires, un certain A. Kaplan… ministre à l’époque. Sur un autre mur, une citation du premier des premiers ministres de l’état hébreu : « pendant des siècles dans ses prières, le peuple juif se demandait si un jour il aurait un état… aujourd’hui la vraie question est : y aura-t-il un peuple pour cet état ? »

Ce matin, dans le journal, un compte-rendu de la dernière conférence internationale de l’Hashomer Hatzair, le mouvement mythique des jeunes pionniers socialistes qui sont pour beaucoup dans la fondation du pays… L’une des portes paroles du mouvement a présenté les réflexions de l’assemblée : après de nombreuses années où le but de l’organisation était primordialement d’amener de nouveaux pionniers en terre sainte, l’Hashomer se rend compte aujourd’hui qu’il est tout aussi nécessaire d’avoir une diaspora forte et engagée, depuis l’extérieur, au progrès social et au développement culturel du pays.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Libertés fondamentales : Gérald Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver les enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart