Naruna Kaplan de Macedo
Abonné·e de Mediapart

180 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mai 2022

Portrait du ministre en homme fort (ou pas)

Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.

Naruna Kaplan de Macedo
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes.

A part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses "domaines de compétences" ou ses positions politiques.

Mais je pense que quand il a été pressenti pour une charge ministérielle, j'ai vu plus de photo de lui circuler. Je n'ai pas particulièrement tiqué sur lesdites photos. Qu'est ce qu'on regarde sur une image?

Ses portraits étaient toujours cadrés plus ou moins pareil, au niveau des épaules.

Mais d'un coup, avec ses affaires de viols, on a plus vu de représentations photographiques du ministre en devenir circuler dans les journaux. Et je constate après coup qu'il était représenté comme un homme fort. Des épaules larges, une mâchoire carrée, un cou épais. On dirait un rugbyman.

L'affaire sortie, il nie les faits.

Et puis, il contre-attaque, il dit qu'il n'a pas pu violer.

Qu'il n'a physiquement pas pu violer ces femmes.

Pas possible pour lui, à cause de son handicap.

Et le lendemain (pour le conseil des ministres où il se rend) on voit des images de lui "en pied", entrant dans l'Elysée.

Dans ce cadre élargi, il ne ressemble plus du tout à un avant centre du quinze de France. On découvre ses jambes, ses bras. On voit ce qui avant été suggéré, une atrophie qui prend corps.

Et je ne peux pas ne pas m'interroger: à quand le glissement iconographique ?

Quand est-ce que les hommes et les femmes qui mitraillent les politiques devant le perron élyséen se sont dit: on y va, on va laisser son handicap visible?

Quand est-ce que les "iconos" (celles et ceux qui décident des visuels à mettre en avant pour une "une" ou un "papier") ont admis que les photographes reculent un peu plus, attrapent le corps en entier du ministre Abad ?

Est-ce que d'autres photos de lui comme ça avaient circulé avant ?

Je n'en avais pas vu, peut-être m'avaient elles échappé.

Ou est-ce que c'est une manière (consciente? ou pas) de recouper son récit ?

Ce qui interroge là, au-delà de la construction visuelle d'un récit public, c'est bien évidemment ce qu'un homme (et par conséquent une femme) politique met en avant dans les photos qu'il (ou elle, j'insiste) fait circuler de lui.

Un.e politique se doit d'être fort. L'incarnation du pouvoir doit être carrée, virile. Un roc sur lequel reposer ses doutes d'électeur et ses espoirs citoyens. Alors pas de place visuelle pour le handicap, bien sûr. Pas de faiblesse, pas d'hésitation. Rien que du dur, du muscle, du lourd, du menton en avant.

Sauf si cette force est remise en cause comme violente ou dangereuse.

Alors faudra adoucir. Avec des chats, par exemple.

Ou un portrait de ministre en homme affaibli...

Il y a encore du chemin, évidemment.

Du chemin à parcourir contre les violences sexistes et sexuelles en politique. Mais aussi dans les représentations que nous nous faisons et que nous nous fabriquons, de celles et ceux qui nous représentent.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Le risque d’une crise systémique de l’économie
Avec l’irruption de l’inflation s’engage une nouvelle phase de la crise du capitalisme. Désormais, celle-ci semble totale et multidimensionnelle. En trouver l’issue sera de plus en plus complexe. 
par Romaric Godin
Journal — États-Unis
Attaque du Capitole : Donald Trump plombé par un témoignage dévastateur
Une membre du cabinet de l’ancien président états-unien a témoigné mardi devant la commission d’enquête sur les événements du 6 janvier 2021. Elle affirme que Donald Trump savait que ses partisans étaient armés et qu’il a voulu les rejoindre.
par François Bougon
Journal
La crise politique de 2019 secoue encore la Bolivie
L’ancienne présidente par intérim, Jeanine Áñez, a été condamnée à 10 ans de prison pour non-respect de la Constitution et manquement à ses devoirs, pour s’être installée à la présidence sans en avoir le droit, en 2019, après le départ d’Evo Morales. Une procédure judiciaire loin d’être finie. 
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica