Un acharnement sans précédent sur la voie professionnelle scolaire.

Un acharnement sans précédent sur l’Enseignement Professionnel Public : deux rapports pour mettre à mal la voie professionnelle scolaire !

Un jour, un rapport. Tous rédigés par de très proches du gouvernement et dont les conclusions sont souvent celles attendues par…le gouvernement ! On n’a même pas eu le temps d’analyser le précédent que l’on en est déjà au suivant. Avec toujours le même sentiment d’être pris pour des imbéciles car si des oppositions se font jour, on vous renvoie en boucle que vous êtes ringards et anti-réformes !  Pourtant, comme par hasard, ces rapports vont toujours dans le même sens : celui de déstructurer le service public, la fameuse « variable d’ajustement » pour faire des « économies » et aussi et surtout pour préparer le transfert de ces services au secteur privé ! Bête comme le libéralisme ! Et il sera bien trop tard quand certains découvriront la réalité qu’on leur aura bien masquée grâce aux écrans de fumée des éléments de langage !

 Il en est ainsi pour l’enseignement professionnel public, continuellement en première ligne depuis bientôt 40 ans avec la mise en œuvre en 1979 des séquences éducatives en entreprises. Dès lors, la part de formation en lycée professionnel a drastiquement diminué (plus du tiers) et celle en entreprise n’a fait que croître avec pour point d’orgue les deux rapports de ces deux dernières semaines à la gloire du tout apprentissage !

 Comme par hasard, le premier rapport rendu le 30 janvier est celui de Sylvie Brunet sur la « réforme » de l’apprentissage : dès la 4ème en collèges, des journées des métiers seront organisées pour faire la promo de l’apprentissage, lequel deviendra entièrement piloté par les branches et les organisations professionnelles avec en particulier la rédaction des référentiels et des compétences, les Régions récupèreront l’orientation pour bien peser sur le choix des familles, des Unités de Formation par Alternance seront ouvertes dans tous les LP…

Le second enfonce le clou et lourdement : annoncé comme une énième « revalorisation » de la voie professionnelle sous statut scolaire, il est tout…sauf ça ! L’Enseignement Professionnel Public sous statut scolaire va devoir bel et bien « servir la soupe » à l’apprentissage avec un questionnement sur l’orientation vers l’apprentissage à la fin de chacune des 3 années du bac pro !!! Le lycée professionnel va perdre tout ce qui en faisait sa spécificité : la professionnalisation des élèves qui choisissaient cette voie mais aussi leur formation générale en tant que citoyen. Faudra bientôt entrer en résistance pour faire du français, de l’histoire, du dessin d’art…c’est-à-dire tout ce qui n’aura pas de rapport direct avec l’entreprise. Et ne parlons pas de la législation !

Soyons clairs : le rapport Calvez-Marcon est une atteinte grave à la formation humaniste de nos enfants en particulier ceux qui ne sont pas issus des classes favorisées ! Certes, ce ne sont que des propositions, les organisations syndicales vont être consultées …Mais nous savons tous comment ça se passe : les parents rechignent, les personnels font part de leur désaccord ! Pas de problèmes, on dégaine les ordonnances ! Grave ! Leur « révolution copernicienne » est bien une  inversion historique et préjudiciable des valeurs !

Christian Sauce et Nasr Lakhsassi

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.