Nasr Lakhsassi
Enseignant, syndicaliste FSU, professeur de l’enseignement professionnel (PLP).
Abonné·e de Mediapart

29 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 nov. 2022

Nasr Lakhsassi
Enseignant, syndicaliste FSU, professeur de l’enseignement professionnel (PLP).
Abonné·e de Mediapart

Adapter les formations des Lycées professionnels aux besoins locaux : pourquoi est-ce dangereux ?

C'en est quasiment fini de la spécificité du Lycée Professionnel et de la formation de l'Homme, du travailleur et du citoyen. Emmanuel Macron veut que le LP s'adapte aux besoins des entreprises locales et donc aux aléas de l'économie de marché ! Cette évolution est extrêmement dangereuse pour l'avenir de nos jeunes. L'analyse de Christian Sauce.

Nasr Lakhsassi
Enseignant, syndicaliste FSU, professeur de l’enseignement professionnel (PLP).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En déplacement aux Sables d’Olonne le 13 septembre, Emmanuel Macron a déclaré vouloir une (énième) « transformation profonde de la voie professionnelle », quitte à « fermer certaines sections et en ouvrir d’autres pour répondre aux besoins des entreprises locales. »1 Cette déclaration est une suite logique à ce qu’il déclarait pendant la campagne présidentielle : « Les lycées professionnels seront davantage ouverts à l’apprentissage et aux entreprises locales. On va changer la logique des formations…On va planifier les besoins de compétences en les territorialisant. »2

Voilà qui est marqué au coin du bon sens. Il faut en finir avec cette gabegie : un lycée professionnel de la mer implanté à Saint-Michel de Maurienne (73) et un lycée professionnel des métiers de la montagne installé à Gujan-Mestras (33) !! Cela vous surprend et vous avez raison car c’est bien sûr l’inverse qui existe dans la réalité ! Jusqu’à ce jour, les équipes pédagogiques, leur administration, les Régions, n’étaient pas complètement idiotes pour prendre des décisions aussi stupides !

C’est ainsi que l’on trouve des lycées professionnels du bois et de l’ameublement dans les régions forestières, de l’horlogerie dans la région de Besançon, du nucléaire à Blaye, de la logistique autour des grandes métropoles, de la cuisine et de l’hôtellerie dans les régions touristiques, de la mode à Paris, Lyon, Bordeaux, Toulouse…Et ainsi de suite. Plus d’un millier de lycées professionnels ou de sections professionnelles répartis dans toute la France et qu’il n’a pas toujours été facile de défendre et de promouvoir dans le développement de l’économie locale tant sont nombreux les freins pour ouvrir de nouvelles sections professionnelles en LP !

Les lycées professionnels sont donc bien implantés dans l’économie locale et régionale. Alors pourquoi vouloir sans cesse les « réformer en profondeur » ? Pourquoi parler de « gâchis » alors qu’ils répondent le plus souvent à des besoins de formation de nos territoires et du pays ? Parce que l’idéologie libérale veut les casser, les éliminer, afin que gouvernement et patronat aient les mains libres quant à l’organisation de la formation professionnelle en France !

Si le Président insiste lourdement sur les besoins en compétences des entreprises locales, c’est pour en finir avec les diplômes nationaux : le CAP, le Bac Pro voire le BTS. Et ça existe déjà dans l’éducation nationale : cela s’appelle des FCIL, formations complémentaires d’initiative locale ! En voilà les objectifs : « Une formation rapide et unique, la seule dans son genre : elle permet d'acquérir une qualification plus pointue dans un secteur en rapport avec le marché local ou régional. Elle répond aux besoins spécifiques des collectivités ou des entreprises du coin. Autrement dit, il n'existe pas de FCIL nationale : elle dépend de l'endroit où vous vous trouvez en France. Attention, une FCIL n'est reconnue que dans la région où elle a été obtenue. Elle ne délivre pas de diplôme mais une attestation qui prouve que vous avez bien fait la formation. » 3

Exactement ce que souhaite Emmanuel Macron ! Certes, pour le moment elles sont « complémentaires » et font donc suite à un diplôme national. Mais ce n’est pas obligatoire : « Certaines d’entre elles n’exigent aucun diplôme particulier. »4 Vous imaginez aisément la suite ! Par ailleurs, ces sections ouvrent pour répondre à un besoin immédiat et ferment dès qu’il n’a plus de raison d’être. C’est le cas des FCIL « fibre optique » puisque le passage à la fibre est quasiment réalisé ! Ce sont les aléas du marché…. Il existe 136 FCIL en France. Leur multiplication serait extrêmement inquiétante pour l’avenir de nos enfants !

Les « réformes » successives du lycée professionnel n’ont fait que le déstructurer pour mieux le détruire : moins d’établissements, moins de sections professionnelles, moins d’élèves, moins d’heures d’enseignement, moins de moyens financiers, moins d’enseignants ! Ne reste qu’un obstacle à surmonter pour que ce gouvernement libéral et les branches professionnelles parviennent à leurs fins et gèrent comme ils l’entendent la formation professionnelle…et le fric de dingue qui gravite autour : en finir une fois pour toutes avec les diplômes nationaux dans l’enseignement professionnel et la formation professionnelle !!

Une fois encore, ce seront les enfants des classes populaires qui vont être grandement pénalisés ! S’il n’y a plus de diplômes nationaux, s’il n’y a que des certifications de branches professionnelles ou des attestations de formation, il n’y aura plus aucune protection pour les salaires et les progressions de carrière. Finis les acquis sociaux. Nos jeunes seront livrés à la concurrence et aux aléas du marché. Faudra se vendre et pour cela bien entrer dans les clous du libéralisme. Un jeune, une solution, ou pas !

Heureusement, il restera toujours quelques pédagogues pour leur apprendre à traverser la rue…

Christian Sauce

PS : rien n’est encore décidé me direz-vous. Certes, mais dans toute politique idéologique, il y a des suites…logiques !!!

(1) La Gazette des Communes (31/10/2022)

(2) fr (07/09/2022)

(3) Kidvacances (Fiche d’orientation)

(4)CIO Lyon (12/04/2020)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique auprès d’une association d’aide aux migrants à Calais. Dans un entretien à Mediapart, elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine

La sélection du Club

Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat