Nasr Lakhsassi
Enseignant, syndicaliste FSU, professeur de l’enseignement professionnel (PLP).
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 sept. 2022

Nasr Lakhsassi
Enseignant, syndicaliste FSU, professeur de l’enseignement professionnel (PLP).
Abonné·e de Mediapart

La voie royale, c’est (c’était ?) le Lycée Professionnel !

Emmanuel Macron vient de présenter sa deuxième réforme de l'enseignement professionnel en 4 ans ! Pour que les élèves de lycées professionnels passent encore moins de temps en cours théoriques et pratiques et encore plus de temps en entreprises pour être rentables ! Christian Sauce nous parle de la spécificité de ces LP qui risquent bien de disparaître !

Nasr Lakhsassi
Enseignant, syndicaliste FSU, professeur de l’enseignement professionnel (PLP).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour des raisons purement idéologiques, les gouvernants français de ces 20 dernières années ont eu une fâcheuse habitude : affaiblir voire détruire un service public efficace au profit d’un système privé qui coûte un pognon de dingue et dont l’efficacité est totalement illusoire ! 

La dernière lubie du Président Macron est l’exemple type de cette politique. Le voilà à faire la une des médias pour annoncer une énième réforme de la voie professionnelle scolaire afin de la rapprocher du monde du travail en augmentant de 50 % la durée des stages en entreprises, tout en décidant que la carte des formations des lycées professionnels serait principalement en lien avec les entreprises locales ! En quelque sorte, il annonce l’effacement de l’Éducation nationale dans la gestion de l’enseignement professionnel sous statut scolaire au seul profit du patronat et des branches professionnelles. Un recul en arrière de 63 ans !

Pour bien formater les esprits, les éléments de langage ont été préparés par les cabinets de conseils : « La faible insertion des bacheliers professionnels et des titulaires d’un CAP est un gâchis collectif » (Macron) ; « Les 2/3 des lycéens décrocheurs viennent de la voie professionnelle » (Grandjean) ; « Le lycée professionnel se réforme en s’ouvrant à l’entreprise » (les médias) !

Comme le lycée professionnel n’intéresse quasiment personne, y compris les associations de parents d’élèves, le dossier de propagande gouvernemental a de beaux jours devant lui. Personne ne viendra vérifier les assertions qu’il contient. On va donc le faire à la place de ceux dont c’est le métier ou des associations dont c’est la responsabilité !

Commençons par rappeler ce qu’est le lycée professionnel. Créé en 1959 pour donner à l’état la responsabilité de former sa jeunesse, il délivre des diplômes nationaux dans de multiples secteurs industriels, tertiaires et du bâtiment. En CAP, ce sont près de 200 formations à des métiers indispensables et souvent très pointus : Avionique, Arts de la reliure, Agent de la qualité de l’eau, Agent de la sécurité, Accompagnant petite enfance, Boucher, Carreleur, Carrossier, Charpente navale, Conducteurs routiers, Couvreur, Cuisine, Ebéniste, Electricien, Horloger, Horticulteur, Industries chimiques, Installateur Thermique, Luthier, Maçon, Maintenance des véhicules, Maroquinier, Menuisier, Opticien, Orthoprothésiste, Soudeur, Souffleur de verre, Tapissier…De même en Bac Pro avec des centaines de spécialités dans la continuité de ces CAP. Et des spécificités importantes comme les métiers du numérique, de la mer, du nucléaire, des bio-industries…Que des sections inutiles pour le développement du pays, vous en conviendrez !

Quand j’entends le Président vouloir « ré-arrimer très en profondeur le lycée professionnel avec le monde du travail », vous comprendrez aisément ma colère !

Cela fait des années qu’il est arrimé au monde du travail, et plus précisément depuis 1979 et les premiers stages de nos élèves en entreprises ! Et ce qui me met encore plus en colère, c’est sa décision de faire coller la Carte des Formations aux besoins locaux : « La nouvelle carte devrait mettre les besoins immédiats des entreprises devant les droits à la formation des jeunes ou même les politiques régionales. » (Le Café Pédagogique) ! C’est totalement inadmissible car cela entraînera la fermeture de milliers de sections dans les spécialités pointues citées ci-dessus ! et qui ne corresponde pas forcément au bassin d’emploi. Quel « gâchis » si cela se réalise !

Oui, le lycée professionnel est bien la voie royale pour former l’élite des ouvriers et employés qualifiés dont le pays a besoin, pour que nos jeunes s’insèrent dans la vie active et évoluent sans cesse sur l’ensemble de leur carrière et même pour poursuivre leurs études au-delà du bac pour être techniciens ou ingénieurs. Oui, on peut et on doit être fiers de nos LP !

Il ne faut pas négliger par ailleurs les efforts des Régions pour équiper les ateliers et classes des Lycées Professionnels. Ce sont plusieurs centaines de millions d’€ qui sont consacrés à l’achat de matériels performants. Quelques exemples : « Le LP de Cognac a reçu de la Région une ligne de production de mise en palettes. Un vrai bijou pour répondre aux attentes des industriels. » (Charente Libre) « L’atelier usinage du LP de Montbrison a reçu une machine haute performance dédiée au fraisage de pièces industrielles. » (Le Progrès) « Le LP de Vire reçoit une machine de 230000 € de la Région pour la section chaudronnerie. » (La Manche Libre) Quand ce ne sont pas les industriels eux-mêmes qui fournissent des équipements gratuits comme la cession de véhicules neufs pour les sections Maintenance automobile ! Voilà encore ce qu’est le « gâchis » pour le Président ! Et que finissent par croire nos concitoyens !

Comment donc imaginer que ces centaines de milliers d’élèves de LP formés dans des formations primordiales pour l’avenir du pays aient particulièrement du mal à trouver un emploi ?? Sauf si à la sortie du lycée ils sont concurrencés par le recrutement d’apprentis ! Car les Centres de Formation d’Apprentis qui se multiplient comme des petits pains n’hésitent pas à ouvrir des sections concurrentielles pour damer le pion à nos élèves diplômés puisque les employeurs privilégient le recrutement de la main d’œuvre gratuite ! C’est la fameuse loi du marché mais qui ne règle absolument rien puisque le patronat ne cesse de geindre qu’il lui manque de la main d’œuvre qualifiée ! Il y a des coups de pieds qui se perdent…

Bien évidemment, il y a aussi des spécialités tertiaires en Commerce et en Vente dans nos établissements. Elles ne sont surtout pas inutiles car on ne cesse de recruter dans ces deux domaines. Mais elles sont loin d’être majoritaires en LP : 136.000 élèves sur 626.000 les fréquentent (22 %) !  Mais Macron se fait un plaisir d’instrumentaliser ces formations tertiaires (c’est très démagogique d’autant plus que c’est l’État et les Régions qui les ont ouvertes) pour dénigrer l’ensemble de la voie professionnelle puisque le citoyen lambda connaît peu les LP : « On laisse vivre trop de filières sans débouchés » (Les Echos) ! Car même s’il ne le précise pas, c’est à ces sections qu’il pense puisque des fermetures sont d’ores et déjà annoncées pour la rentrée prochaine comme en Vente au LP de Pessac (33) !

Derrière les éléments de langage de l’indispensable « réforme », produits le plus souvent par des cabinets de conseil, c’est la formation en lycée professionnel qui est en ligne de mire. Et mis à part les élèves, les personnels et les organisations syndicales, Macron pourrait ne rencontrer que peu de résistance dans la société car nos établissements accueillent majoritairement des jeunes des classes populaires. Et qui s’en préoccupe ??? La bourgeoisie n’y met pas ses enfants ! En revanche, elle est particulièrement encline à les utiliser comme main d’œuvre bon marché, rapidement rentable et employable !

Il est donc très grave de déstructurer ainsi l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ce n’est pas le détruire qu’il faut, c’est le refonder en revenant aux origines. Il n’est pas possible de laisser faire et d’abandonner ainsi nos lycées professionnels qui ont plus d’un demi-siècle d’histoire : il faut impérativement et rapidement réagir !

Christian Sauce

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi