L’inclusion, bombe à retardement pour une destruction massive !

Un regard différent sur l'inclusion car elle n'est pas forcément source d'épanouissement et de réussite pour les élèves en situation de handicap. Une expression originale et coup de cœur d'un enseignant de l'Adaptation Scolaire et Scolarisation des élèves Handicapés pour défendre l'avenir des structures d'enseignement adapté que sont les EREA et les SEGPA.

Ah l’inclusion mais que c’est merveilleux !

Mais qui n’est pas pour dans un monde idéal ?

Ça sonne comme de la guimauve, les bonbons de nos polissons !

Mais c’est dur comme le nougat, raide comme la justice, aussi bien que la prison.

 Au rez-d’chaussée dans mon ministère,

Il y a les mecs qui inventent des systèmes,

Et vive les slogans, (« ne laissons personne au bord du chemin »), ça c’est pétant,

Et ça doit passer, ils ont étudié,

Passent les nuits à faire avancer une société qui recule,

Plus ils en font et plus on est au fond,

Mais ça c’est con car ils sont à fond,

À fond pour l’inclusion, c’est leur décision,

Et pour nous ça c’est pas bon !

 Putain c’qu’il est blême mon ministère, on a toujours les mêmes,

Et les mômes du système, pas de mystère, nous on les aime,

 La vérité, c'est que l'inclusion n'est qu'une économie de moyens. Une réduction des budgets au détriment des jeunes en situation de Handicap dans une société libérale !

 Au premier dans mon ministère,

Il y a les parents qui y croient,

On va leur trouver une place à leur p’tiot,

Après tant de chemin de croix,

On fait illusion mais eux ils y croient,

On n’est pas idiot, l’inclusion, c’est la prison,

Mais pour certains c’est bon, ils sont à fond,

Les autres ont déjà donné, ils n’en veulent pas,

Ils ont été pulvérisés de marcher au pas !

 Putain c’qu’il est blême mon ministère, on a toujours les mêmes,

Et les mômes du système, pas de mystère, nous on les aime,

 Les parents dans un pseudo déni y croient, dans une société de rêve et de promesses, dans une volonté enfin de ressembler aux autres.

 Au deuxième dans mon ministère,

Il y a des enseignants parfois pas très marrants,

Le boulot ils le font même s’ils en ont plein le dos,

Les réformes ils s’en cognent depuis 20 ans,

Leur passion c’est les marmots malgré tous ces maux,

Des mots il y en a de tous ces cravateux qui ne connaissent rien,

Ils n’ont jamais vu nos gamins et ça c’est pas bien,

Être engagé c’est enseigner pas de réformer,

C’est d’accueillir et non pas de détruire !

 Putain c’qu’il est blême mon ministère, on a toujours les mêmes,

Et les mômes du système, pas de mystère, nous on les aime,

 Pourquoi donc détruire des structures existantes qui accueillent des jeunes qui sont issus de l’échec de l’inclusion et des lois de 2004, 2005 ...

Pourquoi nier l’évidence que ces établissements, pas assez nombreux, font un véritable travail de reconstruction ? Dans ces établissements, nous permettons à des jeunes détruits par le système de l’inclusion et d’intégration, d’être enfin  heureux.

Heureux de venir à l’école, de ne pas être considérés comme des choses. On peut avoir les larmes aux yeux lorsque ces gamins tous les matins viennent avec la banane vous serrer la main et vous demander si ça va !

Nous connaissons une vraie réciprocité, un échange, une complicité, avec des jeunes souvent en souffrance et que l'on réussit à reconstruire. Ils nous le disent, ils apprennent à nous faire confiance à l'image de ces oiseaux si fragiles qui un jour viennent manger dans votre main. Des jeunes qui nous disent "Monsieur ici on se sent bien, on rigole, on travaille, on réussit". N'est-ce pas cela aussi l'école de l'inclusion, l'école de tous et pour tous ?  

Des anciens qui passent et qui nous disent : "Heureusement que vous étiez là, heureusement qu'il y avait l'EREA !"

Nous avons construit des citoyens, n'est-ce pas notre mission ?

Ne sommes-nous pas là aussi dans de l’inclusion ? La belle INCLUSION celle de la réussite !

 Et c’est cela que l’on veut détruire avec leur normalisation de l’inclusion de tous dans le milieu ordinaire !

 Au troisième dans mon ministère

Il y a des combattants, des vigilants, des enseignants et des parents,

Ils s’en foutent des numéros, des mots, des tableaux et du boulot,

Les marmots, les p’tiots, les poulbots, les minots pour nous c’est notre combat.

On les connaît, ils sont soignés, ils sont formés, ils ne sont plus à plat.

Il ne faut pas toucher à ces p’tit gars-là.

Sinon la révolte grondera par là.

L’inclusion c’est aussi la ségrégation,

Il faut l’étudier avant de l’imposer,

 Putain c’qu’il est blême mon ministère, on a toujours les mêmes,

Et les mômes du système, pas de mystère, nous on les aime,

 Le pire reste à venir avec une politique 100 % Inclusive !

Attention parents, enfants en danger !

Comment pouvez-vous, sous prétexte d’accéder au milieu ordinaire, laisser votre enfant en souffrance dans des classes chargées ou surchargées, des classes ou les pauvres enseignants essaient de faire ce qu’ils peuvent pour s’occuper déjà de ces 30 ou 35 gamins, et ce n’est pas toujours des minots des années 50 !

On vous le vend avec un accompagnement, une AESH qui doit s’occuper de votre progéniture dans le brouhaha de la classe, un jeune en situation de Handicap, deux, puis trois ou quatre qui seront dans cette classe !

 Au quatrième dans mon ministère

Il y a les secrétaires, les gestionnaires et les décisionnaires,

Convaincu que l’on a rien vu,

Qu’il faut expliquer pour faire passer,

Au besoin imposer,

Ils veulent aujourd’hui le noir, l'autorité, l'austérité et la rigueur,

Mais pour nous ce noir, c'est la tristesse, la peur et surtout le désespoir,

Et pour les gamins, c’est le trou noir, et je vous jure ce n’est pas malin !

 Putain c’qu’il est blême mon ministère, on a toujours les mêmes,

Et les mômes du système, pas de mystère, nous on les aime,

 Ça gronde déjà de partout, les collègues sont au bord de l’asphyxie !! Mais au fond de la classe, il y a encore un peu de place, prenez des crayons et dessinez. On verra plus tard, non plus tard, non encore plus tard, je ne n’ai pas le temps….

Il est gentil, il est volontaire, il fait ce qu’il peut une moyenne de 10 permettra de contenter un système et des parents obnubilés par des chiffres et des résultats.

Est-ce cela la socialisation pour ne laisser personne au bord du chemin ?

En tous cas, c’est leur Inclusion à eux, ce qui compte c’est le résultat pas la qualité !

Ces jeunes sont intégrés, pour le reste, c’est un autre problème ! Ils sont physiquement dans la classe, du moins pour l’instant car la grande souffrance guette et les jeunes désabusés, les yeux remplis de buée jettent l’éponge et parfois même ils "préfèrent" rester chez eux !

 Ces jeunes des EREA et des SEGPA que le système veut faire partir du spécialisé de l’Éducation Nationale pour un milieu ordinaire qui ne l’est pas trop et qui accentue les discriminations.

Seules des économies budgétaires motivent tout cela comme si nous étions dupes. Il y a quelques années, les politiques voulaient fermer les 6 ème SEGPA. Le but étant de fermer les entrées ! Ainsi, il n'y a plus eu de 5 ème, puis de 4 ème et plus de 3 ème ! C'est la mort assurée de nos SEGPA.

Et il y a eu l'INCLUSION. L'inclusion pour que les enfants en situation de handicap soient comme tout le monde dans un parcours de recherche d'emploi. Mais là ce n'est plus du ressort de l'Éducation Nationale. Elle a fait son job !

Des jours, des semaines pour la voie de garage, en fait celle de l’exclusion. À deux lettres près c’est pareil non ! Inclusion…. Exclusion….. !!!

 Puis y'a aussi, dans mon ministère,

Un ancien enseignant,
Un inspecteur, et un ministre,
Qui s' balade en costard,
Y fait chaque jour sa réforme,
Avec son chargé d’insertion,
De l’école au ministère,
C'est vachement enrichissant,
Quand j'en ai marre d' ces braves gens,
J' fais un saut au huitième,
Pour construire un moment,
Avec mes copains enseignants,
Un monde rempli d'enfants,
Et quand l' jour se lève,
On s' quitte en y croyant,
C'est vous dire si on rêve !

 Putain c’qu’il est blême mon ministère, on a toujours les mêmes,

Et les mômes du système, pas de mystère, nous on les aime,

 Mais l’inclusion, ça doit forcément marcher puisque nous sommes dans du chiffre ! Inclure ce n’est pas instruire, c’est trouver une place à l’intérieur d’une classe. Après la gestion fait le reste… Économie de personnels, de structures, de moyens !!

Même le milieu ordinaire avec un système à l’agonie ne voit pas la destruction du spécialisé. Levons la tête et surtout regardons, analysons, jugeons, discutons, échangeons, faisons ce que l’on ne fait plus depuis des années, la tête dans le guidon et surtout celle d’une individualisation devant nos écrans !

 Pensons aux enfants, à nos enfants, à vos enfants ! Bientôt ce sera noël ! Ce ne sont pas des journées pour les enfants ça !

 Putain c’qu’il est blême mon ministère, on a toujours les mêmes,

Et les mômes du système, pas de mystère, nous on les aime.

 Je vous embrasse les enfants !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.