Nastasia Peteuil
Journaliste indépendante aux États-Unis
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 janv. 2016

Détroit : une dizaine de professeurs attaquée en justice pour avoir fait grève contre l'état lamentable de leurs écoles

Depuis plusieurs dizaines d'années, le système éducatif de Détroit se détériore. Des dizaines d'écoles publiques ont fermé leurs portes, faute de financement et de nombre d'élèves. En début d'année, les professeurs ont commencé à communiquer sur twitter leurs conditions de travail. Certains professeurs se sont mis en grève, ce qui est interdit dans le Michigan. Ils ont été attaqués en justice.

Nastasia Peteuil
Journaliste indépendante aux États-Unis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vu sur Twitter

En 2000, Détroit recensait près de 150 000 élèves. Aujourd'hui, on n'en compte pas plus de 45 000. Ces chiffres, c'est le New York Times qui en parle dans son article sur l'état du système éducatif de Détroit. La qualité de l'enseignement baisse, ce qui pousse les familles à envoyer leurs enfants dans les écoles des banlieues, ce qui entraîne une baisse de financements dans les écoles de Détroit. Un puits sans fonds. 

Ces dernières semaines, certains professeurs ont décidé de se mettre en grève. Enfin, non, de se faire porter pâle. Car il serait illégal de faire la grève. En tout, 88 écoles ont fermé leurs portes par intermittence pour un total de sept jours. Ils commencent à décrire leurs salles de classe délabrées, les souris qui se promènent dans les coins de l'école, les fruits de la cantine en pleine fermentation. 

Comme pour la Ville, le "school district" a un gestionnaire d'urgence qui aurait demandé gentiment aux professeurs " un rapport à chaque fois qu'ils ont une information sur un collègue qui arrêterait de travailler illégalement". Au passage, le gestionnaire n'est pas un élu, mais a été nommé par le gouverneur. Vous avez dit démocratie ? À Détroit, on ne connaît plus ce système depuis quelques années. 

Aujourd'hui, comme le rapporte le Detroit Free Press, le comité du "school district" a attaqué en justice 28 professeurs, afin de les forcer à stopper leurs mouvements et reprendre le chemin de l'école. Plusieurs professeurs étaient à l'extérieur de la cour de justice afin d'influencer la décision du juge. Les professeurs demandent à rencontrer Rick Snyder, le gouverneur républicain du Michigan, déjà bien occupé avec la crise de l'eau polluée de Flint

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik