HE HO les socialistes : Désolidarisez –vous !

Parlant désormais comme Macron Valls entend organiser des compromis avec "l'arc républicain" y compris avec Fillon. Hamon serait ainsi hors arc républicain ? Et c'est comme ça qu'il entend se vendre pour les législatives ? Que le Ps se désolidarise des fuyards et d'abord du premier d'entre eux.

HE HO les socialistes : Désolidarisez –vous !

Un peu de respect pour la démocratie : Désolidarisez-vous !

Avec qui Valls n’est-il pas compatible désormais ?  A part Hamon … dont on n'a pas l'impression que pour luui il fasse partie de l'arc républicain

Macron, c’est fait. Fillon ça pourra se faire  « Dans l'Obs, Manuel Valls assure qu'il faudra «aider le prochain président de l'arc républicain». Et ajoute que si c'est François Fillon qui est élu, il «faudra chercher à trouver des compromis »

… Pour Le Pen il ne semble pas y avoir de contact aujourd’hui mais si Fillon l’emporte… gageons hélas que la synthèse ne sera pas si difficile que ça…

Monsieur 5% qui n’a cessé de se draper ostensiblement dans les valeurs de la République pour mieux exclure les Rroms, les migrants, les racisé(e)s ; le premier ministre qui a puisé sans vergogne dans l’arsenal pétainiste pour proposer la déchéance de  nationalité, celui aussi qui sommait les musulmans de se désolidariser des terroristes à chaque attentat…

Le melting pot macronien ne le rebute pas. Il est compatible, Valls, il est mu par sa propre cohérence, il peut gérer avec Hue, Madelin, les anciens ministres de Chirac, mais aussi, s’il le fallait et si le sort en avait décidé ainsi, avec le premier président mis en examen, « pour l’aider à redresser le pays ». Sans vergogne, il est prêt à faire don de sa personne à la France, quel que soit celui qui l’appelle pourvu qu’il ne soit pas de gauche.

Monsieur 5% devenu par la grâce de Hollande une tête d’affiche « socialiste » et qui a formé, sous l’égide ou en accord avec ce président, un gouvernement qui restera dans l’histoire pour ses échecs et son immense trahison.

Mais aujourd’hui, nous pouvons nous fixer des objectifs modestes, qui sont tout à fait atteignables même par un gouvernement et un parti à bout de souffle. Pour ne pas retrouver ces minables sous l’étiquette « socialiste » aux législatives, nous devons demander à ce qu’il reste du PS de se désolidariser de ceux qui ne respectent pas la première des valeurs de la République –c'est-à-dire le vote démocratique. Que tous ceux qui sont allés soutenir Macron soient exclus du parti socialiste et bien sûr, et en premier, Manuel Valls, l’homme qui est tellement allergique à des mesures de gauche –pourtant chichement portées par Hamon – qu’il préfère tendre la main à Fillon « au cas où »…

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.