Emploi des profils atypiques : et si on se parlait?

Puisque nous sommes tous plus ou moins destinés à devenir des profils atypiques au regard du marché de l'emploi, pourquoi ne pas nous intéresser à de nouvelles formes de discrimination qui touchent plus qu'on imagine ceux qui perdent leur emploi?

Des recruteurs qui ne répondent pas, pire qui ne lisent même pas le CV ou le courrier sur lesquels on a pourtant passé des heures de rédaction, modification, relecture, partage d'avis auprès de l'entourage... Dure loi de la recherche d'emploi, amplifiée par le caractère atypique de certains profils...La plupart des politiques profitent de cette période de présentation de programmes pour nous proposer de nouvelles solutions mécanistes que voudraient nous laisser croire que les réponses se trouvent dans la formation et la motivation, mais il apparait cependant que malgré de sérieuses expériences, certains rencontrent des blocages chez les reruteurs...

Critères de diplômes, critères d’âge (mais chut, il ne faut pas le dire…Criant), critères d’environnement de travail (industrie, logistique, commerce)… C’est lorsqu’ils ont l’opportunité de se dévoiler qu’ils suscitent l’intérêt… mais pour cela, il leur faut un contact oral…

 

Quelques constats et propositions à ce sujet sur mon blog, dans l'article intitulé : Profils atypiques, à la conquête de l'emploi

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.