"Faire de la politique" en 2009-2010 : entre ce qu'on dit et ce qu'on fait...

Quand on observe toutes les guéguerres de personnes à l'intérieur des partis et surtout les enjeux de pouvoir auxquelles elles se réfèrent, on est en droit de se demander si la déconnection entre la population et les partis n'est pas irrémédiablement engagée vers le chemin de la rupture définitive. L'abstention et la soumission au pouvoir en place en sont les premières conséquences, et à terme, on peut craindre des soulèvements désorganisés... En effet, il est devenu presque impossible de rassembler des personnes de mêmes convictions sur la base d'un même discours idéologique, d'un même projet de société, sans qu'à terme triomphent les clivages reposant sur des querelles de chapelles et non d'idées!!!


La démocratie est ainsi en danger. La démobilisation générale, premier symptôme, provoque le désintérêt de nos concitoyens vis à vis des décisions à prendre et vis à vis de toutes informations relatives au fonctionnement de notre société et à ses mutations.

Les associations restent actives et mobilisées, mais chacune travaille souvent dans son coin, même si de réelles propositions existent pour créer des liens entre elles et ouvrir des perspectives d'actions en réseau inter-projets.


Les partis quant à eux "construisent" leurs listes, mais les plans d'architectes ne sont pas toujours très lisibles et ce qu'il en ressort avant tout par des effets d'audience et de consommation de "scoops en exclusivité" sont les conflits de personnes. (Heureusement, parfois, c'est comique et on peut remercier pour cela certains acteurs de la théâtritude politique... ). Mais c'est plus triste en interne quand il faut mobiliser les militants pour aller faire campagne... Epuisés par les querelles internes, ils ont oublié de recontrer leurs voisins, leurs concitoyens, et doivent réapprendre à leur parler. Leur parler de quoi? Ils ont aussi du temps à rattraper pour s'approprier un projet politique qu'ils doivent présenter à ceux à qui ils ont oublié de parler... Et les scores ne sont donc pas à l'attente de l'énergie mobilisée... Sauf que l'énergie s'est mobilisée sur de faux combats.

 

 

suite ici : http://dansmabesace.blogspirit.com/archive/2009/11/22/faire-de-la-politique-en-2009-2010-entre-ce-qu-on-dit-et-ce.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.